Articles

Gauche communautariste

Les Mureaux : La LDH, le MRAP, le PCF, des militants Verts dans une manif de soutien à la branche présumée du GICM en France !

Par Lucette Jeanpierre

article publié dans la lettre 538

Lien permanent vers cet article

Jusqu’où ira la complicité du gauchisme avec l’islamisme ? C’est un hallucinant cortège qui s’est animé, samedi dernier, aux Mureaux (Yvelines). Un fumeux « comité citoyen d’action civique » organisait une manifestation de soutien aux huit représentants présumés du Groupe islamique combattant marocain (GICM) en France, qui seront jugés en juin, en raison de leurs liens avec les auteurs des attentats de Casablanca perpétrés en mai 2003. Rappelons que ces attentats avaient fait 45 morts (dont les 12 kamikazes) et des dizaines de blessés.

Du quartier de la Vigne Blanche à une salle municipale où se tenait une réunion publique après la manifestation, une quarantaine de personnes, barbus intégristes à l’avant, femmes en niqab à l’arrière, anciens du Mouvement immigration banlieue (MIB) en tête, rassemblés autour d’un pseudo « Comité citoyen d’action civique », ont participé à une marche de soutien pour les huit islamistes arrêtés, notamment aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie, après les attentats de Casablanca du 16 mai 2003. Cette initiative était soutenue par des membres de la Ligue des droits de l’homme et des membres du syndicat de la magistrature, par le MRAP, et par l’élu local communiste Joseph Tréhel. Le conseiller régional, qui est aussi candidat aux législatives, a même réservé la salle où s’est tenue une réunion publique à l’issue du rassemblement !

Conformément au discours manipulateur des islamistes, et à la confusion complice qui caractérise le discours des soutiens d’extrême-gauche à l’islamisme, on apprend dans un tract diffusé le jour de la manif que les prévenus qui vont être déférés devant le juge le mois prochain sont victimes d’une terrible injustice en raison de leur qualité de musulmans… mais bien sûr !
Les huits hommes, Moustapha Baouchi le chef présumé du groupe, Bachir Ghoumid, Fouad Charouali, Redouane Aberbri, Rachid Aït El Hadj, Hassan Boutani, Jamal Oulahsen et Attila Türk dont le procès s’ouvrira en juin, sont en fait de drôles de musulmans. Dans un souci de parfaire leur pratique religieuse, ces derniers ont participé régulièrement à des pèlerinages militaires en Afghanistan, ils sont surtout soupçonnés d’avoir apporté un soutien logistique et financier au GICM en Europe, l’organisation qui a revendiqué les attentats contre l’hôtel Farah, le cimetière juif de l’ancienne médina, un restaurant italien dirigé par un juif marocain, le Cercle de l’Alliance israélite et la Casa Espana, un restaurant associatif jouxtant une antenne de l’ambassade d’Espagne à Casablanca.

S’intéressant, sans doute, à leur pratique de l’islam assez peu tranquille il est vrai, le parquet de Paris ouvrait une information judiciaire le 19 mai 2003, trois jours après les attaques simultanées, pour « assassinats, complicité d’assassinats, tentative d’assassinats » et « associations de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». L’instruction avait été confiée à Jean-Louis Bruguière, Jean-François Ricard et Philippe Coirre, qui viennent de remettre leur rapport à la justice.
Au final, aucune charge criminelle n’a été retenue contre les huit suspects, mais bien des mises en cause pour des délits passibles d’un maximum de dix années de prison, du fait notamment de leur participation présumée à un « groupement ou une entente en vue de la préparation d’actes de terrorisme ». Sur internet, on trouve le texte du renvoi en correctionnel des huit prévenus.

Laissons la justice faire son travail pour déterminer leur degré de responsabilité. Mais, il demeure dans cette affaire, qu’on est encore choqué de constater qu’ une certaine gauche antilibérale et altermondialiste va se compromettre avec l’islamisme le plus dur, espérant en tirer les fruits électoraux dans les quartiers où ce dernier sévit.
Pressés par les frères musulmans de la sphère Tariq Ramadan, ou par les salafistes, ils n’ont eu de cesse depuis 2001 de vouloir remettre en cause la laïcité en brandissant l’étendard de la « laïcité ouverte ». Jusqu’où iront-ils ? Les victimes du terrorisme et ceux qui subissent l’intégrisme religieux en tout cas ne les remercient pas. Et il reste à la gauche, qui croit en la défense des valeurs républicaines, à marginaliser encore ces groupuscules sectaires, y compris dans les urnes !
Souvenons-nous que les militants des organisations qui, parmi les Verts, le MRAP, la LDH, le PCF, ont ouvert la porte à l’islamisme dans le mouvement altermondialiste, se sont laissés, au fur et à mesure des années, infiltrer et manipuler, portent une responsabilité dans l’abandon des classes populaires, et aussi une part de responsabilité dans l’échec électoral de la gauche, qui n’est notamment plus crédible sur la question de la sécurité dans les quartiers pauvres.

par Lucette Jeanpierre
voir tous ses articles

Rubriques liées

Lettre d'information

Agenda

Voir toutes les dates