Articles

Liberté d'expression

L'ordre moral français frappe un important artiste russe !

Par Nicolas Pomiès

article publié dans la lettre 602

Lien permanent vers cet article

Il y a quelques numéros de cela nous alertions nos lecteurs sur le retour à l'ordre moral en présentant la mésaventure subie par l'artiste Philippe Pissier qui est sous la menace d'emprisonnement et d'une trés forte amende pour avoir envoyé à un correspondant, trois cartes postales représentant des femmes aux seins nus.

L'accusation portée contre Pissier (voir son blog de soutien) reposait sur le fondement de l’article 227-24 du code pénal qui punit tout message pornographique, violent ou portant gravement atteinte à la dignité humaine dès lors qu’il est susceptible d’être vu par un mineur.
On apprécie la notion de susceptible comme on s'interrogera les frontières données aux atteintes à la dignité humaine comme sur la notion de pornographique.
Chez Pissier, une simple photo de seins ayant trois pinces à linges lui a permis de dépasser les limites permises par l'Ordre Moral et on aura compris que la Poste en voie de privatisation compte embaucher des mineurs pour distribuer le courrier.
Chez l'artiste russe Oleg Kulik ayant voulu exposer à la Fiac parisienne, ce sont ces photographies de performances autour du thème "l'homme et l'animal" qui ont justifiées l'action de la nouvelle inquisition.
Oleg Kulik est en Russie une figure incontournable du monde de la culture, reconnue, respectée et ayant le droit d'exposer.
Alors que les chaînes de la nouvelle ORTF sont toujours promptes à dénoncer l'effroyable dictature de Poutine et l'ordre moral en Russie, Oleg Kulik libre chez lui, s'est vu interdire d'exposer en France, sans qu'un journal de 20 heures n'ait dénoncé une telle privation de liberté.

De quoi s’agit-il ? De photographies de performances de l’artiste russe Oleg Kulik qui datent des années 1990. On y voit l’artiste nu avec un collier de chien. Et parfois avec un animal. « Un artiste doit seulement décider combien de choses non-nécessaires doivent être ôtées pour permettre à la plasticité de réveiller l’imagination d’une personne cultivée », dit-il. Plasticité du corps. Du corps nu. Kulik se met en scène, donc, seul, avec des humains, ou avec des chiens. Les œuvres de Kulik ne sont pas destinées aux enfants. Les œuvres, parfois, sont choquantes. Selon ce qu’elles offrent à voir, et selon le regard qu’on y pose.
"Rien d'inhumain ne m'est étranger", affirme l'artiste, paraphrasant la maxime connue. Pour Oleg Kulik, l'homme est un enfant prodigue qui a perdu son essence animale, un paria qui a abandonné le royaume de la nature et s'est privé de l'énergie de l'animal.

Des policiers en civil ont donc débarqué vers 17 heures, vendredi 24 octobre à la FIAC, au Grand Palais, sur le stand de la galerie moscovite XL. "Un d’entre eux a tenté de décrocher des photos, raconte l’artiste Gilles Delmas, témoin de la scène, mais comme il n’y parvenait pas, un des assistants de la galerie s’en est chargé. Devant les réactions des visiteurs, les policiers ont dit qu’ils avaient un mandat d’un juge, et que les images sont choquantes."
"Les policiers ne savaient pas trop quelles photos décrocher,commente le galeriste Sergueï Khripoun. Une dame a choisi d’enlever toutes celles où Kulik figurait nu."
Les galeristes ont été emmenés au commissariat du 8e arrondissement et menottés à un banc. Ils ont été libérés vers 21 heures. "J’avais l’impression d’être dans un film" dit Sergueï Khripoun.

C’est la douane française, lors de l’entrée des œuvres en France, qui a informé le parquet de Paris. Ce dernier a demandé à la police de "faire retirer les photos de la vue d’un public non averti". Le parquet s’appuie sur le fameux article 227-4 du code pénal.

La Ligue des Droits de l'Homme a été informée que le parquet envisageait une descente au Louvre. On y voit des sexes d’athlètes à hauteur d’enfants. On y voit aussi des jeunes gens nus jouant avec des tortues.
Et Milon de Crotone se faire bouffer les fesses par un lion.

Il faut vraiment se pincer pour réaliser que c'est bien en France, le pays de 1789, la terre de plusieurs générations d'artistes rebelles à l'ordre établi et reconnus pour leur avant-gardisme et goût pour la Liberté que l'ordre moral attaque de plus en plus fort et de plus en plus souvent.

Pauvre France !

par Nicolas Pomiès
voir tous ses articles

Rubriques liées

Lettre d'information

Agenda

Voir toutes les dates