A lire, à voir ou à écouter

Suède, Algérie… entre fiction et document

jeudi 4 juin 2020

Sur les traces des assassins d’Olof Palme : La folle enquête de Stig Larsson (Jan Stocklassa, Ed. J’ai Lu)

Rappel (Wikipedia) – L’assassinat d’Olof Palme, Premier ministre suédois, eut lieu le vendredi 28 février 1986, à 23 h 21, au croisement des rues Sveavägen et Tunnelgatan, dans le centre de Stockholm.
L’enquête a suivi plusieurs pistes, entre autres celle du PKK, de Victor Gunnarson et de l’Afrique du Sud, sans pour autant aboutir à aucune conclusion concrète. En décembre 1988, un certain Christer Pettersson (en) a été arrêté en tant que suspect du meurtre et reconnu coupable en juillet 1989 par la cour de Stockholm, mais il a ensuite été libéré par la Cour d’appel en novembre de la même année. Des soupçons envers Pettersson ont cependant persisté et un recours a été introduit par le procureur général en décembre 1997 mais il a été rejeté par la Cour suprême de Suède le 28 mai 1998. Depuis lors, aucune percée n’a été réalisée ni aucun suspect inculpé, et ce bien que cent trente personnes aient avoué le meurtre et que l’enquête reste l’une des plus vastes au monde.

Stig Larsson est cet auteur à qui nous devons les trois premiers romans de la série Millénium. Avant d’être cet écrivain reconnu internationalement, Stig Larsson était surtout un journaliste qui a passé sa vie à enquêter (et à alerter) sur les réseaux d’extrême droite et de leurs connexions avec certains services de l’Etat suédois.
L’assassinat du premier ministre suédois Olof Palme abattu en pleine rue à Stockholm en 1986 a amené Stig Larsson à enquêter pendant cinq ans. Cette enquête a eu une influence majeure sur sa création littéraire : Millénium. Malheureusement Stig Larsson n’a pas eu le temps d’achever cette enquête. Il est mort d’une crise cardiaque en novembre 2004. Sans que ce bourreau de travail ait su lever le pied à temps.
Jan Stocklassa, lui aussi journaliste indépendant, a repris cette enquête et l’a approfondie. Pour Stig Larsson, l’assassinat d’Olof Palme mettait en cause les services secrets Sud-Africains (En 1986 nous en sommes encore à l’apartheid) l’extrême droite suédoise et certains policiers et membres des services secrets suédois. Jan Stock Lassa penchait lui plutôt pour le geste d’un amateur assassin solitaire haïssant Olof Palme.
Ce roman documentaire, qui se lit comme un thriller, nous raconte cette double enquête. Il explore les différentes pistes sans jamais céder au complotisme. Les hypothèses sont régulièrement confrontées aux faits, aux contradictions …
De ce travail, Jan Stocklassa émet une hypothèse qui semble cohérente. Ce qui est certain c’est que le travail des deux journalistes (Stig et Jan), complété par d’autres sources ont été transmis à la justice et police suédoises…
On peut s’interroger sur les raisons qui font que depuis 1986, les magistrats et policiers suédois n’aient pas abouti. Une mobilisation citoyenne est sans doute nécessaire…

Philippe Barre

One, two, three, nouvelle Algérie. Le mouvement citoyen raconté par celles et ceux qui le font, par Mina Kaci

Amoureux du livre version papier, ça y est, vous pouvez commander le mien One, two, three, nouvelle Algérie, depuis le 27 mai en librairies (éditions la Boîte à Pandore).
Le mouvement citoyen algérien, ce fameux hirak, raconté comme si vous y étiez !
Mon livre questionne : pourquoi un tel mouvement ? Pourquoi n’est-il en rien un soubresaut des « printemps arabes » ? Pourquoi ébranle-t-il la société tout entière ? Pourquoi, en dépit de sa suspension à cause du Covid-19, il est toujours d’actualité, toujours vivant dans le corps algérien ? Pourquoi quiconque dans le monde peut se reconnaître dans cette quête algérienne pour la liberté et l’égalité ?
Achetez-le, lisez-le et, surtout, faites-moi part, svp, de vos réactions.

Mina Kaci

Par

Voir tous les articles de