Extrême-droite

Non, mille fois non à Le Pen-la Haine

jeudi 17 mars 2011

Qui n’a pas compris que le Front National sert de « diable de confort » ? Comme la fable antidémocratique du « vote utile » ne marche plus on avance par tous les moyens le danger lepeniste et pour le contrer qu’il faudrait voter UMP ou PS ! Mais c’est jouer avec le Feu : la république et la démocratie ne peuvent être à la merci d’un tel mouvement dont on connaît les origines, les méthodes et la fonction.

En 1983 avec Jean-Luc Mélenchon et Gabriel Amard, nous manifestions dans l’Essonne, à Saint-Vrain, contre le meeting du Front National au cri de « hors de Saint-Vrain fils de Pétain ». Nous avions compris qu’après sa défaite en 1945 la « bête immonde » était de retour. Nous connaissions ces partis d’extrême droite, leurs méthodes, leur fonction, depuis toujours en Europe et dans le monde. Le fondateur du Front National, J.M. Le Pen, ne venait-il pas de donner un signe clair en éditant les disques des chants nazis. Oui nous connaissions ces partis de la haine, en France avant-guerre la haine des juifs, des Polonais, puis des Italiens, des Espagnols, des Portugais fuyant la misère ou leurs amis politiques, tour à tour Mussolini, Hitler, Salazar, Franco, et puis la haine des Maghrébins, des ressortissants plus récemment d’Afrique noire.

Aujourd’hui Madame Le Pen qui fait baptiser ses enfants dans une église illégalement occupée par ses sinistres amis catholiques intégristes a trouvé une nouvelle cible, les musulmans. Toujours la même méthode pour la même fonction. La haine de son voisin de palier coupable de tous les maux qui accablent notre société, pour dégager la responsabilité du capitalisme financier et du système social qui lui permet de prospérer. Ils veulent nous détourner de cette évidence : ce dernier est en train de « tiers-mondiser » notre pays, en le privant de tous ses services publics, en privatisant tout ce qui peut faire de l’argent : éducation, santé, sécurité, équipement, transports, énergie, quand a-t-on vu le Front National formuler une condamnation des contre-réformes contre les acquis sociaux comme celle sur la retraite, soutenir une seule grève de salariés, une seule lutte de petits commerçants, dénoncer la multiplication des CDD, ou avancer une proposition menaçant l’oligarchie en particulier celle du CAC 40 ? Rideau de fumée dérisoire que celui de l’extrême droite, mais aussi quel danger. La république sut résister à la famille politique de madame Le Pen en 1934, mais quelle revanche dès que la France fut occupée par les Allemands, Pétain put enfin abolir la République et toutes ses libertés.

Madame Le Pen veut jeter à l’eau les pauvres diables qui fuient les massacres dans leurs pays, comme sa famille politique le demandait pour les 400 000 réfugiés républicains espagnols décrétés « voyous rouges » en1939. Pétain en livra des milliers à la barbarie des camps de déportation nazie, mais des milliers purent participer à la résistance. Madame Le Pen croit-elle que les Français sont des analphabètes, sans mémoire, des républicains qu’on peut berner en jouant les laïques fraichement convertis comme elle tente de nous le faire croire dans son incroyable numéro politicien ? Il est vrai qu’il reste encore à reprendre aux Français la sécurité sociale dans son intégralité et le système hospitalier, l’école, ce qui reste du droit du travail et ce qui avait rendu fou de rage sa famille politique quand le FRONT POPULAIRE avait arraché, les congés payés, et puis avec les acquis sociaux les droits démocratiques obtenus de haute lutte comme l’IVG….

Et bien Madame Le Pen avec le FRONT DE GAUCHE, c’est un nouveau Front Populaire qui se met en marche. Il va vous en falloir faire des contorsions.

Par

Voir tous les articles de