Extrême-droite

Parution : Le Monde vu de la plus extrême droite

dimanche 16 janvier 2011

A l’heure où la majorité des médias semble un peu trop facilement laisser entendre qu’une nouvelle présidente, “femme de son temps” , suffirait au FN pour rompre avec son lourd héritage faisandé, il est plus qu’utile de lire le dernier livre de l’historien Nicolas Lebourg : Le Monde vu de la plus extrême droite. Nous reviendrons lors d’un tout prochain numéro sur ce livre par un entretien exclusif avec son auteur.

Présentation de l’éditeur :


Dès l’origine, les mouvements fascistes connaissent une marge qui se veut européenne et socialiste. N’ayant pu jouir du pouvoir, ayant souvent été éliminée, elle a toutefois su inventer des discours et des idées pour la construction d’une Europe nationaliste. Ceux-ci ont largement contribué à la formation de la propagande des Etats fascistes après 1942, mettant en exergue l’édification d’un Nouvel ordre européen. Après la Seconde Guerre mondiale, et particulièrement avec la phase de décolonisation, puis post-1968, le néo-fascisme a redéployé ces éléments dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler le nationalisme-révolutionnaire.

Ayant placé l’unité européenne en horizon d’attente, ces fascistes oeuvrent à la constitution d’une action et d’une idéologie internationales. Ils participent dès lors à de nombreux champs politiques, nationaux et internationaux, et y entreprennent des tactiques différentes de l’un à l’autre. Leurs idées européistes les entraînent ainsi non seulement dans une élaboration post-moderne du politique, n’hésitant pas à puiser aussi bien dans les signes gauchistes que moyen-orientaux, mais les poussent à des réorientations géopolitiques éclairant l’évolution du monde des lendemains de la Première guerre mondiale à ceux du 11 septembre. De là, ce sont l’histoire et la nature du phénomène fasciste qui sont revisitées.
Cet ouvrage s’appuie avant tout sur une documentation inédite : les archives internes des mouvements néo-fascistes et des documents des services de police, essentiellement des Renseignements Généraux. Il reprend des éléments d’une thèse d’histoire contemporaine soutenue à l’Université de Perpignan-Via Domitia (directeur : Jean-Marcel Goger, Université de Perpignan-Via Domitia ; rapporteurs : Pascal Dry, Université Paris I Panthéon-Sorbonne et Roger Grifin, Université d’Oxford Brookes ; Michel Cadé, UPVD ; Olivier Dard, Université de Metz).

Nicolas Lebourg, Le Monde vu de la plus extrême droite. Du Fascisme au nationalisme-révolutionnaire, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 2010, 261 p.