Si vous rencontrez des difficultés pour lire cette lettre, cliquez ici : http://www.gaucherepublicaine.org/lettres/506.htm

  1. chronique d'Evariste
    1. Vive les Hommes libres courageux, par Évariste
  2. Laïques de tous les pays unissez-vous!
    1. PROGRAMME RENCONTRE LAIQUE INTERNATIONALE, par Le Collectif D'initiative Laïcity
    2. Non à la division des laïques, par ReSPUBLICA
  3. obscurantisme religieux
    1. Des crimes et des enfants - la situation en Pologne, par Teresa Jakubowska
    2. Europe : la chancelière et les grenouilles, par Hélène Nouaille
  4. Ne pas tolérer les offensives islamistes
    1. Ne soyons pas des dattiers, par Maryse Haslé
    2. Des islamistes appellent à voter Le Pen !, par Ni Putes Ni Soumises De Lille
    3. Boubakeur & Confrérie ne récoltent que ce qu'ils ont semé, par Mohamed Pascal Hilout
    4. Financement des mosquées : toujours plus !, par Arnaud Lefebvre
  5. Polémiques contre ReSPUBLICA
    1. Le MRAP répond à la chronique d'Evariste sur Mouloud Aounit, par ReSPUBLICA
  6. élections présidentielles 2007
    1. Sarkozy pour le licenciement sans motif sur toute la vie : Il annonce un Cpe à vie pour toutes et tous !, par Gérard Filoche
    2. Les candidats du vide et de la guerre, par Philippe Cohen
  7. Barbarie
    1. APPEL A MANIFESTATION, par METIN Umit
  8. école publique
    1. Les valeurs de la formation des maîtres? La laïcité "ouverte"?, par Mireille Popelin
  9. sans-papiers
    1. ADRESSE SOLENNELLE à Monsieur le Préfet des Côtes d'Armor présentée par Les Amis de Fatiha et Samira le 23 janvier 2007, par Michèle Vianès
  10. à lire
    1. L'ERT, BILDERBERG et le Vatican, par Mireille Popelin
  11. Agenda

1 - chronique d'Evariste

1.1 - Vive les Hommes libres courageux

Je dois l'avouer, j'ai toujours eu une affection particulière pour les " résistants " à l'ordre dominant, qu'ils se situent dans les partis, dans les associations ou dans les syndicats. J'ai toujours aimé celui qui levait la main, tout seul, au milieu des regards désapprobateurs de la majorité, parfois sous les sifflets. Celui qui monte à une tribune, dit des choses fortes, et en descend sous le silence glacial de toute l'assistance. Celui à qui personne n'ose parler en public, sous peine d'être accusé de complicité par l'appareil et de perdre son poste...

Bref, vous l'aurez compris, j'aime les esprits libres, les Hommes libres, ceux qui refusent le " silence dans les rangs ! " des bureaucrates et de ceux qui préfèrent la sécurité de leur emploi de permanent ou de leur futur poste de ministre ou de député, plutôt que l'application de la phrase de Jaurès : " Le courage, c'est de chercher la vérité, et de la dire ".

Mais pour moi, le courage ne peut qu'être au service d'une cause noble et progressiste. Je ne pourrai pas utiliser ce terme pour des militants d'extrême droite, ou pour un Dieudonné, qui maintenant veut soutenir la candidature Bové après avoir été fricoter avec Le Pen il y a quelques semaines.

Des exemples de ce qu'est le vrai courage, selon moi ? J'aimais bien ces syndicalistes, au sein de la CGT, dans les années 80, qui se baladaient avec des badges " CGT avec Solidarnosc " quand Krasucki et les siens soutenaient Jaruzelski, et qu'à l'époque, s'opposer à la direction confédérale de la CGT ne manquait pas de panache.

Il a fallu de l'audace à tous ces militants communistes, comme Pierre Juquin en 1988, par exemple, pour rompre avec des dizaines d'années d'alignement, et affirmer que cela ne pouvait plus continuer comme cela à Colonel-Fabien.

Dans cet esprit, je n'ai pu qu'admirer, bien sûr, les militants qui, en 1989, lors de la première affaire du voile islamique à Creil, ont refusé le " politiquement correct " de ceux qui disaient que, comme Le Pen était (à l'époque) contre le voile à l'école, il fallait être pour, sinon on était pour Le Pen ! Arlette Laguiller et Lutte ouvrière ont été, dans ce combat, d'une clarté absolue, en disant que le voile, c'était l'oppression de la femme, et que cela n'avait rien à faire à l'école ! Notre collaborateur Bernard Teper n'a pas craint, avec les siens, de s'affirmer pour un " non de gauche au voile islamique, et de tous les signes religieux, à l'école ", en organisant un banquet républicain à Créteil.

En 1991, il a fallu du courage à ceux qui, au Parti socialiste, sous les menaces, ont refusé de soutenir la première du Golfe contre Saddam Hussein. Jean-Pierre Chevènement, Jean-Luc Mélenchon, Julien Dray subiront les pires insultes de certains qui avaient sans doute mauvaise conscience, mais entraînont quand même sans état d'âme la France dans une guerre au service de la politique américaine.

Il a fallu, dans cette continuité, du courage, en 1992, pour s'opposer, là encore au Parti socialiste et dans toute la gauche, au traité de Maastricht, et résister à la horde des dominants médiatiques, qui traitaient tout partisan au " non " au mieux de nostalgique de l'ex-URSS, au pire de nationaliste fascisant.

Il a fallu du courage à un Julien Dray, dans ces années, pour commencer à peaufiner un discours de gauche sur la sécurité qui rompe avec l'angélisme et le discours victimaire de toute une gauche et une extrême gauche culpabilisée par la repentance et le post-colonialisme.

Il a fallu bien de la tenacité à cette gauche républicaine pour refuser la dictature du politiquement correct et de la gauche bobo, qui avait décidé que le bleu blanc rouge, c'était fasciste, que la demande de sécurité des classes populaires, c'était lepéniste, que le travail, c'était ringard, que le contrôle de l'immigration, c'était réactionnaire, que les langues régionales, c'était progressiste et moderne, que les sans-papiers, c'était le nouveau prolétariat, et que le vote des immigrés aux élections c'était la vraie démocratie, que la laïcité, c'était dépassé, et que bien sûr la Nation devait s'effacer devant l'Europe et les Régions.

Du courage, il en faudra à François Bayrou, quelques années plus tard, quand il refusera de rentrer dans le parti unique de la droite, décidé par Chirac et Juppé. Il jouera sa peau, avec quelques dizaines des siens, et refusant de rentrer dans le rang. L'UMP présentera des candidats contre lui partout, et malgré tout, Bayrou sauvera son parti du rouleau compresseur chiraquien, et existe toujours en politique.

De même Roselyne Bachelot, lors des débats sur le Pacs, quand tout son camp, derrière Christine Boutin, se déchaînait contre les homosexuels, n'a pas manqué de grandeur pour soutenir cette réforme, et traiter les sénateurs qui la critiquaient de " vieux cons ". En 2005, on n'a pu qu'admirer la pugnacité de Jean-Luc Mélenchon, Marc Dolez, Gérard Filoche et de tous les socialistes qui ont mené la bataille du " non " lors du référendum européen.

Mais on a dû reconnaître également, de l'autre côté, le courage solitaire d'un Nicolas Dupont-Aignan, qui a fait entendre également une autre voix, à droite, que celle des Bayrou, Sarkozy et Chirac.

Il a su continuer, s'est opposé au CPE en 2006, a refusé la fusion Gaz de France-Suez, a été salué les manifestants, et vient d'aller au bout de sa logique, en quittant l'UMP et en déclarant candidat aux présidentielles. J'ignore s'il aura les cinq cents signatures, mais j'ai plus de respect pour cet homme que pour tous ceux qui font des moulinets, menacent de se présenter, et se retirent en ayant sans doute eu des promesses futures au sein d'un gouvernement de vainqueurs. Des noms ? A droite, Christine Boutin et sa Bible, qui fait tout un cinéma sur sa candidature, et rentre dans le rang en quelques heures, devenue nouvelle groupie de Sarkozy. Michèle Alliot-Marie, marionnette de Chirac, qui amuse le tapis pendant quelques débats, et se couche finalement sans gloire.

A gauche ? Le pantin Jack Lang, qui fait tout son cinéma pendant la pré-campagne, et se retire sans combattre, contre un poste bidon dans la campagne Ségolène. Ailleurs, un Nicolas Hulot qui a fait toute sa promotion en utilisant les médias à l'oeil, et qui se retire d'une bataille qu'il n'a jamais eu l'intention de mener.

Puisqu'on est sur l'écologie, comment ne pas rendre hommage à Corinne Lepage, vraie laïque, quand, invitée par les Verts, elle n'hésite pas à provoquer les sifflets en disant qu'elle, elle ne manifestera jamais avec le Hamas et le Hezbollah !

Que dire de la pugnacité des laïques, qui subissaient insultes, mépris et parfois des coups des gauchistes et des communautaristes, majoritaires dans les médias dominants.

Parlons justement de la presse, aujourd'hui. Un Jean-François Kahn, dont on peut ne pas partager l'ensemble des propos, est un grand monsieur. Il a su, après " l'Evénement du Jeudi ", réussir le coup de sa vie avec l'hebdomadaire " Marianne ". Il a joué ses économies, sa vie presque, dans la réussite de ce projet, qui entendait lutter contre la bien-pensance et la dictature médiatique de " Libération " de July, et surtout du " Monde " de Colombani.

Aujourd'hui, grâce à cet hebdomadaire, la dictature du " politiquement correct " de la gauche bobo en a pris un bon coup, depuis des années, surtout à la suite du livre de Philippe Cohen et de Pierre Péan " La Face cachée du Monde ".

Pour avoir été victime de cette dictature, incarnée sur la question laïque par le journaliste Ternisien, qui a essayé de nous tuer politiquement en 2004, Respublica et les laïques savent ce qu'ils doivent au combat d'un homme libre comme Jean-François Kahn, et d'un journal comme Marianne.

De même, on peut ne pas aimer Charlie Hebdo sur certaines questions (c'est mon cas) et apprécier le fait que, quand le cléricalisme, qu'il soit catholique, juif ou musulman, redresse la tête et menace nos libertés élémentaires, on peut faire confiance aux dessinateurs de ce journal, et à Philippe Val, pour être du bon côté de la barricade. Pourtant, Boubakeur, la Ligue islamiste mondiale et l'UOIF les traîneront devant les tribunaux, les 7 et 8 février prochains. Boubakeur sera défendu par l'avocat de l'UMP, Spizner, et on attend avec impatience la position de ceux qui, à gauche, sont prêts à continuer à faire un bout de chemin avec l'extrême droite islamiste, et de ces " antiracistes " du Mrap et de la LDH qui les avaient invité à manifester avec eux le 7 novembre 2004.

A leur façon, Philippe Val et Jean-François Kahn sont des hommes libres, des résistants au totalitarisme, des empêcheurs de normaliser en paix les esprits.

Moi qui ait un faible pour les " mauvais esprits ", je ne peux que me réjouir que ces deux hommes soient présents, les 10 et le 11 février, à Montreuil, aux journées internationales laïques, pour appuyer les démocrates, les syndicalistes et les femmes, qui, partout dans le monde, subissent les menaces et les assassinats des cléricaux, et principalement des islamistes.

Chacun son camp, il y a ceux qui invitent Tariq Ramadan et qui se montrent aux côtés de l'UOIF, nous on préfère Jean-François Kahn et Philippe Val, ainsi que les démocrates, les féministes et les syndicalistes des pays qui souffrent sous la terreur islamiste.

Évariste Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org

2 - Laïques de tous les pays unissez-vous!

2.1 - PROGRAMME RENCONTRE LAIQUE INTERNATIONALE

Hôtel de ville 93105 Montreuil, Métro Mairie de Montreuil, ligne 9

Samedi 10 février

9H00

Allocution de bienvenue:

Table ronde 1

De 9 h 30 à 12 heures

La laïcité, principe universel

Modérateur: Pierre Cassen, Rédacteur en chef du journal électronique RESPUBLICA

Participants:

Déjeuner de 12 heures à 14 heures

Table ronde 2

De 14 h à 16 h

L'intégrisme contre les libertés de conscience et d'expression

Modérateur: Michèle Dessenne, militante féministe et altermondialiste (Les Pénélopes)

Participants:

Table ronde 3

De 16 h à 18 h

Les intégrismes contre le droit des femmes et contre l'égalité hommes-femmes

Modérateur: Jocelyne Clarke, Rédactrice en chef de la Revue Laïque et Féministe (RLF)

Dimanche 11 février

Table ronde 4

De 9 h 30 à 12 h

La laïcité contre les racismes et les communautarismes

Modérateur: Anne Zelenski, Présidente de la Ligue du droit des femmes

Repas de 12 h à 14 heures

Table ronde 5

14 h - 16 heures

Pour une mobilisation des forces laïques et féministes à l'échelle mondiale

Modérateur: Monique Vézinet Rédactrice en chef d'UFAL-INFO

Conclusion : Jean-François Kahn, directeur de "Marianne"

Contacts organisationnels :

Compte de financement :

Le Collectif D'initiative Laïcity c/o UFAL - 27, rue de la Réunion - 75020 PARIS - France
Tél. : 01.46.27.09.25

2.2 - Non à la division des laïques

Un dirigeant de la Libre Pensée, nommé Claude Singer, a commis un texte, que sa direction fait abondamment circulé sur le web, qualifiant l'initiative laïque internationale ci-dessus d'"appel à la guerre civile et à la guerre froide".

C'est tellement grotesque, à la lecture de l'appel et des invités, que nous préférons ne pas répondre, pour le moment, à ces manoeuvres de division, pour consacrer toutes nos forces à la réussite de cette initiative.

ReSPUBLICA

3 - obscurantisme religieux

3.1 - Des crimes et des enfants - la situation en Pologne

"Je ne peux m'imaginer d'acte plus fondamentalement odieux que puisse faire l'être humain que mettre au monde un enfant non désiré"

James Trefil, "Comment naît l'être humain".

Il ne se passe pas une semaine en Pologne sans que nous n'entendions parler d'enfants maltraités, de bébés assassinés, de nouveau-nés abandonnés dans des poubelles, de délinquants âgés de 13 ans. Pourtant le plus souvent nous n'entendons pas les cris des enfants battus systématiquement et pas toujours amenés à l'hôpital. On ne parle des raisons de cette situation, alors qu'elle ne fera que s'amplifier avec le temps.

Il est évident que les délinquants ont été en grande partie des enfants non désirés, maltraités, rejetés ou élevés dans ce qu'on a appelé des " foyers sans chaleur ". Ces enfants grandissent dans la haine envers le monde et la violence et le crime en sont les conséquences naturelles. A l'occasion du débat parlementaire au sujet de l'augmentation de la prime de naissance, il s'est avéré que la natalité polonaise est de plus en plus liée à l'augmentation de la misère et des pathologies sociales. En effet, si la prime de naissance concernait jusqu'à aujourd'hui 70% des naissances, cela veut dire que dans les familles où naissent ces enfants le revenu mensuel ne dépassait pas 504 Zloty (135 Euro) par personne. De plus, des enfants naissent également là, ou la famille n'a en fait jamais existé, ou il n'y a aucun revenu régulier, et ou la naissance d'un enfant représente une malédiction. En un mot, les enfants viennent au monde de plus en plus là où ils ne devraient pas : ils ne sont pas désirés, menacés depuis le début de leur vie par la violence, l'alcoolisme et le crime. Par exemple en 2004, 356 000 enfants sont nés en Pologne. 70% de ces enfants, soit 250 000, ont comme mère des femmes qui n'ont même pas une base matérielle des plus modestes. Combien d'entre elles ont désiré ces enfants ? On peut estimer, sans trop se tromper, qu'elles ne sont pas nombreuses. Beaucoup femmes n'ont aucun soutien de la part du père de l'enfant ce qui a entraîné une avalanche de demandes d'aide auprès du Fonds Alimentaire d'Etat car de nombreux pères ne payaient pas de pension alimentaire. Puis ce Fond a été supprimé. Une partie de ces enfants ne survit que grâce à une aide sociale minimale payée par tous les citoyens.

Pourquoi est-ce ainsi?

Avant tout parce que nous avons une loi sur l'avortement très restrictive qui a des conséquences contraire à ce que souhaitaient ses promoteurs. La natalité en Pologne a baissé et baisse de façon spectaculaire tandis que la loi anti-avortement discriminatoire ne marche que contre les femmes et les jeunes filles les plus pauvres, qui n'ont pas les moyens d'accéder ni à la contraception ni à l'avortement ni surtout d'élever un enfant. En général, tout le monde sait qu'en Pologne il n'y a aucun problème pour accéder à un avortement à condition d'avoir de l'argent. Car la conscience ne permet pas d'avorter ou de pratiquer l'avortement gratuitement, mais contre de l'argent, pas de problème. La loi interdisant l'avortement, exigée par l'Eglise, a été instituée au début des années 90 malgré une pétition pour un référendum qui a obtenu 1,5 millions de signatures de citoyens. La hiérarchie ecclésiastique a estimé qu'il n'était pas possible d'organiser un référendum au sujet de " l'assassinat d'enfants ".

Au temps de la République Populaire de Pologne, une femme alcoolique pouvait aller à l'hôpital et avorter gratuitement. Maintenant, la femme victime d'alcoolisme, de la drogue et du SIDA doit mettre au monde son enfant...et puis si vous voulez connaître la suite relisez le début de ce texte. Ces femmes n'ont pas les moyens d'accéder à la contraception car, depuis cette loi, les contraceptifs ne sont plus remboursés alors qu'ils devraient être distribués gratuitement dans des centres médicaux comme cela se pratique dans les pays civilisés. La pose d'un stérilet est payante même dans un centre médical public et même pour les femmes bénéficiant de la sécurité sociale. Pour ces mêmes raisons idéologico-économiques, ces femmes n'ont pas non plus accès à la médecine prénatale ce qui a pour conséquences un taux important de naissances d'enfants handicapés physiques et mentaux, qui ajoute du malheur au malheur. Chez nous le nombre de naissances d'enfants handicapés est relativement plus élevé que chez nos voisins. Ces enfants sont abandonnés par les parents alors qu'ils n'ont aucune chance d'être adoptés. Des études financées par l'UE dans le cadre du programme MOSAIC menées au sujet des enfants prématurés ont démontré qu'en Pologne il y a 3 ou 4 fois plus de malformations génétiques sérieuses à la naissance que dans les autres pays européens. Rien d'étonnant : en Tchéquie par exemple le nombres d'examens prénataux proportionnellement aux taux de naissance est 10 fois plus important qu'en Pologne.

Malgré un taux de naissance de très faible nous entendons continuellement parler des enfants affamés ce qui confirme les statistiques selon lesquelles un nombre élevé d'enfant naît dans des famille pauvres et à cause de la pauvreté. La sous-alimentation des enfants a des conséquences dramatiques à long terme sur leur développement physique et intellectuel. Ces enfants n'ont aucune chance de s'en sortir, ils vivent dans une atmosphère de violence et deviennent " naturellement " des clients potentiels des mafias qui en feront des criminels. Il fau ajouter également le taux élevé de jeunes enfants victimes d'accidents domestiques faute de soins et d'attention ayant pour conséquences notamment de graves brûlures. Il arrive qu'un enfant terriblement défiguré suite à ce genre d'accident soit rejeté définitivement par sa mère et soit abandonné à la charité publique.

Cette statistique dramatique ne semble pas alarmer nos parlementaires. Au contraire, les joutes oratoires de certains leaders de partis soutenant la "prime du landau" pour toute personne quelle que soit sont revenu sont désarmantes de bêtise. Ils nous disent que la Pologne meurt, qu'il n'y aura pas assez de monde pour payer les futures retraites. Mais la natalité actuellement c'est avant tout une hausse du nombre de futurs clients de l'aide sociale !

La police signale une énorme hausse de la criminalité des mineurs, parfois d'enfants. Les bandes d'enfants et d'adolescents sont une plaie pour les cités, la violence est entrée à l'école. Les enseignants ont commencé à avoir peur des élèves et ces derniers ne se sentent pas non plus en sécurité. Suite à ces actes de violences, certaines écoles font systématiquement appel à la police. Pourtant, des statistiques ont démontré que dans les pays (par exemples dans certains Etats américains) qui ont libéralisé l'avortement, 15-20 ans plus tard la criminalité des jeunes a baissé. Tout simplement, ceux qui étaient destiné à remplir les prisons ne sont pas venus au monde. Mais chez nous les politiciens du PIS2 sont des supporters enthousiastes de la peine de mort. Ils pensent qu'il vaut mieux exécuter un être humain de 20 ans plutôt que d'interrompre une grossesse. Une sorte de logique théologico-patriotique très étrange.

De plus, dans la mentalité polono-catholique, l'embryon est considéré comme un sujet alors que la femme n'est rien de plus que son emballage. A tel point que la Ligue des Familles Polonaises a l'arrogance de proposer un durcissement accru de la loi interdisant l'avortement par des dispositions humiliant la femme : un loi qui va la forcer à accoucher même si la grossesse menace sa vie et sa santé, même si l'un enfant est le fruit d'un viol ou si le foetus est porteur de maladies génétiques. Evidemment, en l'absence de médecine prénatale seules les femmes pauvres devront (et doivent aujourd'hui) se soumettre à cette loi. Pour ces femmes la loi polonaise fonctionne dans la pratique de façon bien plus répressive qu'elle ne l'est théoriquement. La Pologne a d'ailleurs à ce sujet son premier procès à la Cour Européenne de Strasbourg.

En Pologne, au moment de sa naissance l'enfant perd brusquement sa qualité de sujet et devient un objet de la puissance parentale. Par exemple, selon la directive du ministre de l'éducation nationale de 1999, jusqu'à l'âge de 18 ans sa participation aux cours, facultatifs de toute façon, d'éducation sexuelle dépend d'une autorisation spéciale délivrée par ses parents ! Ce pouvoir s'exprime pleinement le fait que les enfants soient brutalisés (bien entendu, tant qu'ils sont vulnérables du fait de leur âge !). Quoi qu'il en soit, le code pénal polonais stipule dans l'article 217 1 que " qui frappe un être humain ou d'une autre façon porte atteinte à son intégrité physique, est passible d'une amende, d'une peine de limitation ou de privation de liberté jusqu'à 1 an " alors que le paragraphe 3 précise que "les poursuites sont effectuées sur plainte privée ", ce qui très clairement ne concerne pas les enfants mineurs. Personne n'a jamais entendu parler que quelqu'un en Pologne soit condamné pour avoir frappé un enfant. Ne sont pas non plus condamnées les tierces personnes (comme par exemple les voisins) qui savent qu'un enfant est maltraité mais n'en informent pas les institutions concernées, bien qu'ils puissent être inculpés de non-assistance à une personne se trouvant en danger de mort ou de graves blessures. Il en ressort clairement qu'en Pologne l'enfant n'est pas un être humain et point barre. Et pourtant il suffirait d'appliquer le code pénal et poursuivre d'office les maltraitances sur les mineurs. Tout cela crée une ambiance générale qui tolère le fait de battre les enfants.

La loi promulguée en 2005 destinée à combattre les violences familiales n'a pratiquement pas bougé d'un pouce la situation des femmes et des enfants battus. On n'a rien fait pour renforcer la répression contre les auteurs des violences sur les enfants d'une part, d'autre part un des grand manque de cette loi est l'impossibilité d'expulser immédiatement du logement l'auteur des violences et de lui interdire de s'approcher des victimes, ce qui est pratiqué dans tous les pays civilisés du monde. En Pologne il est nécessaire pour cela de disposer d'une décision de justice, ce qui est en pratique inatteignable. Par contre personne ne considère comme nécessaire d'avoir un arrêté de justice pour faire en un rien de temps de la femme et de l'enfant des SDF, en les transférant dans un centre social habituellement géré par l'Eglise et entretenu avec les deniers publics. Personne ne s'intéresse au fait que l'enfant est arraché à son milieu et à son école ni que la mère est éloignée de son lieu de travail. Il y a plus de 130 centres sociaux de ce genre en Pologne et les responsables sont fiers de ce qui est pourtant une discrimination avérée envers les femmes.

Le scandaleux phénomène d'enfants donnant naissance à des enfants est lié à l'absence d'éducation sexuelle dans les écoles, surtout dans les milieux défavorisés. En 2003 nous avons eu deux mères de 12 ans ce qui ne devrait pas avoir lieu dans un pays européen civilisé. Chez nous on oblige ces enfants à devenir mère. Cette même année 14 500 élèves sont devenues mères. En tout 22 514 adolescentes mineures ont eu des enfants. Ces chiffres parlent pour eux-mêmes.

L'intérêt de la Pologne en tant que société n'est pas tant d'augmenter la natalité que de modifier la structure sociale de cette natalité. Il faudrait que les enfants ne viennent au monde que dans des familles qui les désirent et qui sont capables de leur assurer les conditions d'un épanouissement physique et intellectuel. Aucune prime de naissance ne l'assurera toute seule. Comme quelqu'un l'a justement remarqué, "on devrait enlever les droits parentaux aux mères qui n'ont des enfants que pour toucher la prime du landau ". Malheureusement nous sommes en face d'un nouveau phénomène : des femmes qui ont abandonné dans les hôpitaux des enfants nés pour " la prime du landau ".

Que faire pour que les enfants qui viennent au monde ne soient que des enfants désirés ?

Abroger immédiatement la loi interdisant l'avortement et permettre l'avortement ainsi qu'également la ligature des trompes sur demande de la femme, gratuitement dans les centres médicaux publics.

Introduire dans les écoles dès les plus petites classes un enseignement sur l'être humain ainsi que sur ses fonctions sexuelles et reproductives au moins 1 heure par semaine. Eliminer les manuels scolaires et les programmes éducatifs propageant les méthodes de contraception dites naturelles, complètement inadaptées aux besoins des jeunes. Eliminer toutes les discriminations que les femmes subissent dans la vie publique et privées.

S'inspirer des expériences des autres pays, par exemple la Norvège, en ce qui concerne la parité.

Garantir et mettre en oeuvre l'égalité des sexes dans le monde du travail.

Mettre en place des congés parentaux destinés aux pères et financés par les services publics et ne pouvant pas être rétrocédés à la mère.

Organiser un service public de la petite enfance, surtout dans les campagnes, et organiser les moyens de transports pour en faciliter l'accès aux enfants.

Mettre en oeuvre des réductions d'impôts pour les entreprises qui organisent des crèches pour leurs salariés.

Permettre aux jeunes et aux personnes défavorisées l'accès à des contraceptifs gratuits Réfléchir à l'introduction d'une stérilisation des personnes condamnées pour maltraitance d'enfants sur décision de justice.

Introduire au moins 5 tranches d'imposition pour l'impôt sur le revenu et le relier aux nombres de personnes dans la famille.

Eliminer des manuels scolaires les stéréotypes sexistes (maman fait la vaisselles, papa lit le journal).

Cela va être plus rentable à long terme, nous allons moins dépenser pour les prisons et les familles d'accueil. Il existe certainement d'autres méthodes efficaces, il faut s'inspirer des expériences des autres pays.

La loi pénalisant l'avortement est une des raisons, même si elle n'est pas la seule, des phénomènes tragiques de la démographie polonaise que nous venons de décrire. Cela ne veut pas dire que son abrogation va faire de la Pologne un pays de bonheur universel, mais sa suppression est d'un intérêt vital pour le pays.

On estime le nombre d'avortement illégaux en Pologne à 200 - 250 000 par an. Il est utile de se rappeler que la natalité était très élevée à l'époque de la République Populaire de Pologne alors que l'IVG était entièrement libre et gratuite dans les hôpitaux publics.

Teresa Jakubowska Porte parole du Parti Anti-clérical Polonais Racja "La Raison", intervenante aux journées internationales laïques de Montreuil

3.2 - Europe : la chancelière et les grenouilles

Tony Blair, qui connaît le pouvoir des fables, s'était fait acclamer à Strasbourg : Angela Merkel, dont le pays préside l'Union pour six mois, présentait son programme aux 700 députés européens, mercredi. Tout autre est le style de la chancelière. Le monde est diversité. Chez Monsieur de la Fontaine, il y a des lièvres et des tortues. Des cigales et des fourmis. Des pigeons et des grenouilles. Des histoires d'assemblées, et de commun salut - on y trouve même l'Europe[1]. Et des orateurs, bien sûr Qui savent exciter les âmes les plus lentes.

La chancelière de la République fédérale d'Allemagne s'est donc essayée au difficile exercice d'expliquer à l'assemblée européenne les moyens et les fins de l'action qu'elle envisage pour remettre dans le vent une Europe encalaminée - pour " sortir de la crise causée par la ratification du traité constitutionnel "[2]. Parce que, affirme-t-elle, " Il est impératif de mettre fin à la situation ". Et de préciser qu'il n'est plus temps de bayer aux corneilles : " La phase de réflexion est terminée. Il convient maintenant de mettre au point de nouvelles décisions d'ici au mois de juin. Je m'engage à faire en sorte que, d'ici à la fin de la présidence allemande de l'UE, (le 30 juin 2007) une feuille de route pour la suite du processus du traité constitutionnel puisse être adoptée ".

En effet, rappelle-t-elle, soucieuse de se faire clairement entendre de députés pour l'heure plutôt moroses, il est temps de " mener à bien ce processus d'ici les prochaines élections au Parlement européen qui se tiendront au printemps 2009 ". Bien sûr, reconnaît-elle, " Toutes ces tâches ne peuvent pas être accomplies en six mois. Nous devons et voulons mettre fin au système de la présidence tournante qui ne permet pas d'envisager les choses sur le long terme. L'Europe a besoin de continuité ". Et de dévoiler son moyen " d'assurer davantage de continuité en Europe ", une idée dont l'essence est " inscrite dans le traité constitutionnel ", celle d'un " trio présidentiel, le premier dans l'histoire de l'Union européenne ".

Pour comprendre, il faut regarder le calendrier. La présidence de l'Union est allemande au premier semestre 2007. Puis elle revient au Portugal jusqu'à la fin de l'année. Ensuite à la Slovénie jusqu'en juin 2008 et enfin à la France au second semestre de l'année 2008 - juste avant les élections du Parlement européen en 2009. Il faut donc, si nous comprenons bien, associer dès à présent Portugal et Slovénie à la feuille de route allemande afin que la France n'ait plus qu'à la mettre en oeuvre. Rappelons que la tradition est déjà de travailler à trois, mais avec son prédécesseur et son successeur. La Finlande, qui a fort bien oeuvré pour le bien commun au cours du deuxième semestre 2006, se trouve écartée du jeu. Peut-être parce qu'elle a démontré de facto qu'on pouvait survivre sans traité nouveau de façon moins chaotique que ne l'affirme la chancelière ?

" Ainsi, la boucle de mes réflexions est bouclée ". Et quelles sont les réflexions personnelles d'Angela Merkel ?

Elles portent, bien sûr, sur la " nécessité d'une réforme des traités " qui lient entre eux les pays membres de l'Union et leur permettent de fonctionner ensemble. Avec, si l'on se penche sur les textes de ses déclarations, une ligne directrice claire : " La chancelière a réaffirmé que l'Allemagne restait attachée à l'essence du traité constitutionnel "[3]. Et encore : " Les élargissements futurs exigent cependant de l'Union européenne des réformes institutionnelles afin qu'elle puisse continuer d'agir et de prendre des décisions. Cela soulève la question d'un traité constitutionnel européen (...). En sa qualité de présidente de l'UE, elle présentera, en juin, un calendrier sur la manière de poursuivre le processus constitutionnel. D'ici là, des consultations confidentielles auront lieu avec des représentants des États membres ".

Consultations confidentielles ?

Oui, précise Angela Merkel, parce que " les larges débats généraux (sur la constitution) sont derrière nous, ajoutant qu'elle n'est, personnellement, en faveur de nouveaux referendums sur le traité "[4]. " Une rude opposition est attendue ", remarque notre confrère EUObserver. En effet, " quelques députés ont dit à Madame Merkel qu'elle ne devrait pas perdre son temps à essayer de ressusciter la constitution, le député conservateur britannique Timothy Kirkhope soulignant que cela " augmenterait le sentiment d'aliénation " des citoyens si l'Union européenne se contentait de négliger la décision prise par les électeurs français et néerlandais ". On admirera l'admirable maniement du sous-entendu, traditionnel chez les Britanniques.

Des citoyens qui confirment d'ailleurs ce qu'ils avaient déjà dit : un sondage réalisé mercredi aux Pays-Bas montre que " si le document (le projet de traité proposé) restait inchangé, une nette majorité de 60 % des Néerlandais voteraient à nouveau " non " si un nouveau référendum était tenu, à peu près dans les mêmes proportions qu'en 2005 (61,5 %) "[5]. Avec un point capital : s'ils sont ouverts à une rediscussion et conscients (qui ne l'est pas ?) qu'un nouveau mode de fonctionnement est nécessaire, " Une majorité de 64 % des Néerlandais considère que la constitution européenne doit jouer un rôle dans la formation du gouvernement " - laquelle est en cours et devrait être finalisée au mois de mars prochain.

Manuel Barroso, président de la Commission européenne, lit les sondages qu'il commande régulièrement à Eurobaromètre[6]. Dans un premier temps, il a tenté de modérer l'enthousiasme d'Angela Merkel pour la reprise du traité à l'identique - il faudrait, avait-il dit, en changer le nom, par exemple (sic). Mais, devant la détermination de la chancelière et bousculé lui-même (il faut réduire cette Europe " lente, bureaucratique ", il faut " mieux légiférer "), il s'est réfugié, en fin politique, dans l'incantation sans frais : " Le mot d'ordre de la présidence est 'Ensemble, nous réussirons l'Europe.' C'est vrai car l'Europe est un projet pour tous. L'Europe contribue à votre liberté, à votre sécurité et à votre prospérité. Durant les six mois prochains, nous avons l'intention de continuer de l'améliorer. Aidez-nous! "[7].

Joseph Borell, qui était jusqu'à mardi président du Parlement européen (il a laissé sa place à un allemand, Hans-Gert Pöttering)[8], est sorti de la langue de bois dans un entretien donné au site du Parlement[9]. " Incontestablement, l'Europe traverse une triple crise : une crise de dimension, une crise de légitimité et une crise d'efficacité (...). Certains disent que la crise est liée à l'identité, mais les questions d'identité sont, en fait, dues à l'absence d'objectifs clairs pour l'Union européenne. Jusqu'à présent, les Européens savaient pourquoi ils étaient ensemble : pour éviter de se battre les uns avec les autres. Ceci, nous l'avons accompli. A présent, la question est donc : que voulons-nous faire d'autre ? Jusqu'où voulons-nous approfondir l'intégration ? ". Tiens, les électeurs français n'ont pas entendu ce langage pendant la campagne référendaire.

" Pourquoi les gens votent ? Pour choisir entre deux façons différentes de construire l'Europe ? Ce n'est pas clair non plus (...). Jusqu'à maintenant, le débat européen a été assez fade, car presque tout le monde était en faveur de l'Europe. Mais maintenant, nous commençons à débattre sur quel type d'Europe nous voulons, et une Europe pour quoi faire ? Et, doucement, il y a des sujets qui sont contestés, ce qui est une bonne chose. S'il n'y pas de débat, il n'y a pas de participation. Si tout le monde est de la même opinion, pourquoi aller voter ? ". On approche du coeur des préoccupations des électeurs. Mieux vaut tard que jamais.

" S'il n'y pas de débat, il n'y a pas de participation ".

Tel n'est pas le sentiment d'Angela Merkel. Qui a donc fait le pari, en se donnant de fait 18 mois de règne, de ressusciter le traité constitutionnel et de charger la France, ce pays peuplé de grenouilles disent (affectueusement ?) les Britanniques, de couronner son oeuvre. Pour l'instant, les grenouilles sont occupées à se donner un roi - qu'elles espèrent autre qu'un soliveau. Et les prétendants au trône sont - à cette heure - fort peu disposés à aborder les questions qui fâchent. Mais pour bien connaître ces têtes (pas si) frivoles (1), il est douteux qu'elles s'en remettent, pour décider de leur destin, à l'ombre cachée des cabinets, fut-ce pour faire plaisir à leurs amis allemands.

Par le hasard du calendrier, l'Allemagne dispose en même temps de la présidence européenne et de celle du Parlement, de celle du G8, de la charge de célébrer le cinquantenaire du traité de Rome. Elle verra changer les têtes en France et probablement en Grande-Bretagne. Dehors, nous l'avons déjà dit ici, la mer est grosse. Dans son propre pays, les oppositions grandissent. Le chemin sera rude.

Et sans les peuples, il n'y aura pas d'Europe.

Notes

[1] Le pouvoir des fables (VIII. 4), La Fontaine. ...Vous avez bien d'autres affaires ; A démêler que les débats ; Du lapin et de la belette. ; Lisez-les, ne les lisez pas ; Mais empêchez qu'on ne nous mette ; Toute l'Europe sur les bras.

[2] Le discours de la chancelière est consultable en ligne et en français sur le site du gouvernement fédéral à l'adresse: http://www.bundesregierung.de/Content/FR/Reden/2007/01/2007-01-17-rede-bkin-ep-frz.htm

[3] Conférence de presse à Bruxelles le 15 décembre 2006, consultable en ligne (en français) à l'adresse http://www.bundesregierung.de/nn_5706/Content/FR/Artikel/2006/12/2006-12-15-gute-voraussetzungen-fuer-deutsche-eu-praesidentschaft__fr.html

[4] Propos rapportés par EUObserver du 17 janvier 2007. L'adresse ci-dessous n'est valide en clair que quelques jours (payante ensuite) : http://euobserver.com/18/2329

[5] EUObserver du 19 janvier 2007 (même remarque que ci-dessus): http://euobserver.com/9/23303

[6] Voir par exemple l'attitude des Européens sur le futur de l'Europe à l'adresse (PDF, Français) http://ec.europa.eu/public_opinion/quali/ql_futur_fr.pdf

[7] Faire avancer l'Europe, le 09.01.2007 Réunion conjointe: le Conseil des ministres fédéral et la Commission européenne http://www.bundesregierung.de/nn_5822/Content/FR/Artikel/2007/01/2007-01-09-europa-voranbringen__fr.html

[8] Démocrate chrétien, biographie en ligne (en français) à l'adresse : http://www.cdu-lkos.de/poettering/2/biographie_franzoesisch.php

[9] Consultable en ligne (en français) à l'adresse http://www.europarl.europa.eu/news/public/story_page/008-1648-352-12-51-901-20061219STO01647-2006-18-12-2006/default_fr.htm

Hélène Nouaille

4 - Ne pas tolérer les offensives islamistes

4.1 - Ne soyons pas des dattiers

Dans environ 15 jours, les 7 et 8 février, aura lieu le procès de Charlie Hebdo au tribunal de Paris. Philippe Val sera poursuivi, en tant que directeur de la publication, pour " injure envers un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. " Les plaignants sont la Grande Mosquée de Paris défendue par l'avocat personnel du président de la République (info provenant de Philippe Val), l'Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale (qui fait partie du courant wahhabite, le plus rigoureux de l'islam, un courant qui ne brille pas pour son ouverture aux Lumières....) On verra si la justice française fera aussi bien que le tribunal d'Aarhus, localité du siège du Jyllands-Posten, qui vient de débouter les associations islamiques ayant porté plainte à la suite de la publication des caricatures. Le tribunal a jugé avec raison que " les caricatures n'ont pas de caractère offensant. " Les avocats Richard Malka et Georges Kiejman seront les défenseursde Charlie Hebdo et de son directeur. Dans le pays de Voltaire où l'on n'ose pas jouer son Mahomet sans la présence des forces de l'ordre, on va enfin savoir si on a encore le droit en France de critiquer les religions en générale, et l'islam en particulier. Et on saura ainsi dans quel état se trouve la démocratie française. Car pour l'instant on ne peut pas dire que la liberté de critiquer les religions et la libre expression se portent comme un charme.

Alors bonne année à Charlie Hebdo , à Philippe Val et tous ses collaborateurs. N'oublions pas dans nos voeux tous ceux qui sont menacés par les sectateurs de l'islam radical en France, comme le journaliste Mohamed Sifaoui et Robert Redeker, Messaoud Bouras et dans le monde, Salman Rushdie et les courageuses Wafa Sultan, Taslima Nasreen, et Ayaan Hirsi Ali qui a récupéré sa citoyenneté néerlandaise mais a émigré aux Etats-Unis (elle vient de publier Ma vie rebelle, chez Nil Editions, 520 p., 22 Euro) C'est à elle que j'ai emprunté le titre de cet édito. Elle reproche à " l'Europe d'être un dattier qui se dépouille, irréfléchie et naïve " " C'est ainsi qu'en relativisant la morale et en affirmant l'équivalence des cultures, nombre de vos intellectuels empruntent, sans même s'en apercevoir, les chemins de l'autodestruction. Trois concepts sont au coeur de votre culture :

  1. la liberté de l'individu comme fin en soi ;
  2. la rationalité, soit la séparation de la science et du religieux ;
  3. la séparation de l'Église et de l'État.

" Voilà nos dattes et beaucoup de nos hommes politiques et de nos " intellectuels " les laissent tomber l'une après l'autre. Ayaan Hirsi Ali termine son article du 18 nombre 2006 (dans le Figaro Magazine) par cet appel à la vigilance : " Au sein de votre bel Occident, ce sont les bien-pensants à tendance socialisante qui en font le plus dans l'irénisme, l'aveuglement volontaire et le conformisme face à la montée du fondamentalisme, à l'agressivité des radicaux, aux dangers du communautarisme. Stupides. Comme le dattier. " Ne soyons donc pas aussi stupides que le dattier. En cette année d'élections importantes, continuons à nous mobiliser pour défendre la liberté d'expression si chèrement acquise et les valeurs qui sont le socle de notre République laïque.

Maryse Haslé

Source : CVDL

4.2 - Des islamistes appellent à voter Le Pen !

... softs ou durs, insinuants ou agressifs, en cravate, en pantalon bouffant ou en treillis, avec la boule à zéro ou la barbe passée au henné, en costard-cravate ou en Doc Martens...

Quand toutes les extrêmes-droites se donnent la main, ça donne ceci : copiez-collez ce lien et allez y regarder, ça vaut le coup.

http://www.radioislam.org/islam/french/debat/khan1.htm

Ni Putes Ni Soumises De Lille

4.3 - Boubakeur & Confrérie ne récoltent que ce qu'ils ont semé

A l'attention de Mme Stéphanie Le Bars et du Courrier des Lecteurs du quotidien Le Monde Réaction à l'article "Les représentants musulmans demandent aux candidats de laisser l'islam hors de la campagne" publié le 23/01/2007.

On ne peut pas porter plainte contre Charlie Hebdo qui n'a fait qu'user de la liberté d'expression tout en se plaignant que les hommes politiques témoignent leur soutien aux citoyens attaqués. Jusqu'à nouvel ordre, les journaux français ont le droit de blasphémer et de caricaturer toutes les religions et toutes les idéologies : Jésus, Bouddha, Marx et l'islam = Coran+Mahomet.

Mais il ne faut pas être naïf et se focaliser uniquement sur Sarko-UOIF et CFCM. Ayons une pensée émue pour Martine Aubry et ses horaires particuliers pour les femmes musulmanes à la piscine ? N'est ce pas cela que M. Redeker, au péril de sa vie, a dénoncé comme islamisation des esprits ?

Le CFCM n'a produit que du vent ; qu'il ne se plaigne pas de la tempête d'aujourd'hui. Bouba & Confrérie ne pensaient pas qu'il y avait encore des démocrates et hussards de la République qui ne leur feront pas de cadeau. C'est de cette façon que les enfants de Marie-Anne forcent le respect. CFCM & Confrérie n'ont qu'à se ranger derrière la liberté aux seins nus qui guide le peuple. Sinon l'Histoire les enverra à ses oubliettes, comme bien des archaïques avant eux !

Avec tous mes respects

Mohamed Pascal Hilout Initiateur du nouvel islam en France

nouvel-islam.org

4.4 - Financement des mosquées : toujours plus !

http://laiciste.over-blog.com/article-4675614.html

610 000 euros accordé par la mairie pour une mosquée.

http://laiciste.over-blog.com/article-5062970.html

Encore mieux ce coup ci c'est 700 000 euros

Transmis par Robert Albarèdes

Arnaud Lefebvre

5 - Polémiques contre ReSPUBLICA

5.1 - Le MRAP répond à la chronique d'Evariste sur Mouloud Aounit

Sur le site islamiste oumma.com (tout un symbole), Jean-Jacques Kirkyacharian et Renée Le Mignot essaient laborieusement de répondre à la chronique d'Evariste, parue dans Respublica du 15 janvier (Respublica 503), intitulée : "Le PCF osera-t-il présenter Aounit aux législatives ?" Un grand moment de littérature, de réécriture de l'histoire et de contorsions qui donnent envie, pour une fois, de publier la prose des thuriféraires de Mouloud Aounit.

A lire à cette adresse:

http://www.oumma.com:80/spip.php?article2328

ReSPUBLICA

6 - élections présidentielles 2007

6.1 - Sarkozy pour le licenciement sans motif sur toute la vie : Il annonce un Cpe à vie pour toutes et tous !

Nicolas Sarkozy veut s'inspirer du CNE pour un contrat unique 24.01.07 | 20h44

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a déclaré mercredi, lors d'une rencontre avec des patrons de PME, qu'il entendait s'inspirer du "contrat nouvelle embauche" (CNE) pour créer un contrat de travail unique s'il était élu le 6 mai à la présidence de la République. "Le CNE est un progrès, il ne faut pas y toucher", a déclaré le ministre de l'Intérieur et candidat de l'UMP lors de cette rencontre organisée par la CG-PME dans un théâtre parisien. Le CNE, pour le moment réservé aux entreprises de moins de 20 salariés, prévoit une période d'essai de deux ans et rencontre un certain succès auprès des PME. "Je garderai l'intérim et les contrats de projet (...) mais le contrat de travail unique inspiré du CNE est une occasion de simplifier beaucoup le droit du travail français", a ajouté Nicolas Sarkozy.

Est-ce que ca va passer inaperçu comme une lettre à la Poste ?

Ce que vient d'annoncer Nicolas Sarkozy, devrait faire la " une " de tous les journaux, tellement, c'est une attaque inouïe, inédite contre le Code du travail.

C'est purement et simplement la mort du droit du licenciement : la facilité pour un employeur de rompre unilatéralement le contrat de travail SANS MOTIF

mais tout au long de la vie professionnelle, un employeur pourra vous licencier SANS MOTIF, en dépit de toutes les déclarations des droits de l'homme, en dépit de la Convention n158 de l'Organisation internationale du travail.

Etre licenciable sans motif, c'est ne plus pouvoir défendre ses droits du travail en amont, c'est ne plus pouvoir se syndiquer ouvertement, c'est ne plus pouvoir revendiquer ses heures supplémentaires, c'est ne plus pouvoir " broncher " sous peine de perdre son emploi...

Etre licenciable sans motif, c'est ne pas pouvoir correctement se défendre aux prud'hommes contre un licenciement sans cause réelle et sérieuse, abusif, ou boursier.

Etre licenciable sans motif, c'est un retour en arrière de 12 ans, dans le droit, la dignité élémentaires des salariés, c'est le retour à Germinal, à Zola...

Pas un salarié de ce pays n'a intérêt à ce qu'un tel candidat passe...

Des millions de salariés, de jeunes ont défilé de février à avril pour imposer à Sarkozy Chirac Villepin de retirer le Cpe : Sarkozy, ce n'est pas la " rupture ", c'est la persistance, la France d'avant, c'est la volonté de casser la volonté populaire, de revenir en arrière, au 19e siècle.

6.2 - Les candidats du vide et de la guerre

La transparence peut être le meilleur alibi du vide. La une du Monde sur le patrimoine des candidats m'a plongé dans une perplexité presque dépressive.

Le quotidien qui reste de référence juge urgent de nous apprendre qu'Arlette Laguillier dispose d'un crédit pour l'achat de sa Clio, qu'Olivier Besancenot possède un appartement estimé à 37 000 euros ou que la bienheureuse Madame Lepage s'acquitte de l'ISF grâce aux honoraires de son cabinet d'avocat et aux revenus de son époux. Ces données qui engagent assurément l'avenir du pays sont évidemment fournies au nom de la sacro-sainte " transparence ", valeur cardinale dans le monde médiatique et qui doit, bien entendu, s'imposer à tous .... sauf aux journalistes et à ceux qui les dirigent, car on porterait alors gravement atteinte à la liberté de la presse...

Le Monde n'est évidemment pas seul en cause. Sa " une " résulte de la réaction unanime des politiques : à peine la polémique sur l'ISF du couple Hollande-Royal était elle lancée sur Internet que tous ou presque s'empressaient de déclarer l'état de leur richesse, comme s'ils acceptaient de flatter " l'envie, les passions tristes et les haines impuissantes " (Stendhal) qu'ils prêtent à leurs électeurs. Cela rappelait la peu glorieuse fatwa contre Hervé Gaymard, lorsqu'un Ministre accepta de répondre à un véritable interrogatoire policier sur les ondes : " Combien de m2 votre appartement, Monsieur le Ministre, les Français veulent savoir ! "

Un seul a refusé de sombrer dans le ridicule - enfin, pendant 24 heures - Jean-Marie Le Pen, qui, ironisant sur ses concurrents, a déclaré qu'il tenait à informer les journalistes de la marque de son slip, Dim...

Continuons comme ça et, dans quelques semaines, nous entendrons à nouveau les patrons des instituts de sondages, nous déclarer qu'ils ne pouvaient mesurer la montée du vote FN, car celle-ci s'est effectuée dans la nuit du samedi au dimanche précédant l'élection, où, comme chacun sait, le sondage est interdit par une loi qu'ils jugent liberticide.

L'impéritie de cette séquence pose naturellement la question : que peut-on attendre de cette campagne ? Ici, une évidence s'impose : le job du Président sera, du début à la fin, constitué par la confrontation du pays avec le monde comme il va. On ne peut plus - sauf peut-être sur les dossiers de l'Education nationale et des médias - distinguer la politique extérieure, qui concernerait l'élite de la politique intérieure qui serait allouée au peuple. Le pouvoir d'achat ? Le chômage ? L'inquiétude des classes moyennes ? Tout cela renvoie au choix d'une stratégie face à la mondialisation. Soit nous continuons à nous conformer au dogme du libre-échange intégral, qui contraint les entreprises à fuir l'Hexagone ou à sous-traiter leur production, et nous verrons la désindustrialisation se poursuivre, la croissance stagner et le chômage augmenter, même camouflée par un thermomètre de plus en plus aligné sur celui de nos voisins européens. Soit nous proposons à l'Allemagne et aux pays européens une alternative, c'est-à-dire une stratégie commune fondée sur la préférence communautaire et la mise en chantier d'une politique industrielle commune.

L'immigration ? Sur ce dossier, la réponse devra aussi être européenne, et cesser d'opposer une générosité abstraite (est-ce si généreux d'accueillir des gens dans des taudis ?) à une xénophobie craintive. Le débat lancé par les enfants de Don Quichotte a ignoré la présence d'immigrés en situation irrégulière parmi les SDF abrités dans les tentes. Leur octroyer le droit au logement automatique quand ils n'ont pas de travail aboutirait à créer un appel d'air supplémentaire que nous n'avons pas forcément les moyens d'assumer. La France va continuer à accueillir des immigrés, c'est entendu.

Il y aura encore et toujours des travailleurs clandestins. Mais la générosité dans un seul pays est, comme le socialisme de Staline vouée à l'échec. L'Europe doit donc bâtir une politique africaine digne de ce nom qui vise à contenir les émigrations de la misère et à stimuler la croissance sur le continent africain. Pour cela il faut une politique des moyens autrement plus importants que ceux qui sont déployés aujourd'hui, sans doute un plan Marshall européen au bénéfice d'une croissance équilibrée de l'Afrique et du Maghreb.

Enfin, la politique extérieure classique n'est pas le domaine le moins préoccupant pour notre futur immédiat. Il existe un risque d'embrasement majeur si le président Bush animé par sa logique folle déclenchait des frappes ciblées " classiques " ou nucléaires en Iran. Les conséquences en seraient désastreuses. Et si la présence de Jacques Chirac à l'Elysée ne nous protégait plus pour longtemps de la folie bushiste ? Et si donc le président américain attendait l'arrivée d'un autre locataire à l'Elysée afin de relancer son offensive contre l'Iran ? Sur ce point, Ségolène Royal n'est peut-être pas aussi inquiétante que Sarkozy, dont chacun sait qu'il aurait entraîné la France derrière la coalition américaine en 2003. Mais elle a salué l'Irak comme une jeune démocratie et appelé à de sévères sanctions contre l'Iran, où elle propose en prime d'interdire le nucléaire civil, allant sur ce point plus loin encore que Bush. Ce qui fait dire à mon ami Emmanuel Todd que Sarkozy et Royal, qu'il a qualifiés de candidats du vide, pourraient finalement devenir les candidats de la guerre. Le patrimoine des candidats comme la couleur de leurs sous-vêtements. est passionnant. Mais connaître l'option de la France, puissance nucléaire, dans le cas, malheureusement prévisible, d'une vraie guerre des civilisations est encore plus essentiel.

Philippe Cohen journaliste à Marianne

Source : www.marianne2007.info

7 - Barbarie

7.1 - APPEL A MANIFESTATION

Le Rédacteur en Chef du journal Agos, Hrant Dink, a été assassiné le vendredi 19 janvier devant la porte du journal.

NOUS APPELONS A UNE MANIFESTATION SILENCIEUSE, SOUS UNE SEULE PANCARTE, NOUS SOMMES TOUS DES HRANT ! NOUS SOMMES TOUS DES ARMENIENS ! EN HOMMAGE A HRANT DINK,

Défenseur de la paix, de la fraternité entre les peuples, de la liberté, de la démocratie et artisan du dialogue arméno-turc pour une mémoire collective

LE SAMEDI 27 JANVIER A 15H LA PLACE DE LA REPUBLIQUE

METRO : République LES PREMIERS SIGNATAIRES :

METIN Umit Coordinateur Général L'Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L'ACORT) 39, boulevard de Magenta - 75010 Paris Tel : 01 42 01 12 60 Fax: 01 42 01 02 86

METIN Umit

8 - école publique

8.1 - Les valeurs de la formation des maîtres? La laïcité "ouverte"?

La FGR (Fédération générale des retraités de la Fonction publique)la FCPE, les DDEN (délégués départementaux de l'Education nationale), la FOL(Fédération des Oeuvres laïques) l'amicale des anciens élèves de l'Ecole Normale) ont organisé un colloque avec :

Bob Deville (FOL) présente les intervenants. Il dit que le colloque paraissait indispensable en cette période où l'école subit des attaques sans précédent, diminution des moyens, etc.

1) M. Régis Bernard : Il succède à Philippe Meirieu. Mais il continue dans la même voie : l'école subit une profonde mutation. Quelle est sa mission? Transmettre un socle de valeurs, pas seulement des connaissances. Elle doit éduquer. Les enseignants sont des instituteurs d'école : ils doivent instituer les relations entre maïtres et élèves, instituer les fondamentaux de la citoyenneté. Promouvoir la maîtrise des savoirs : le savoir rend libre. Construire l'égalité, la fraternité. L'égalité de droits, c'est une inégalité de faits. Il faut traiter inégalement pour obtenir l'égalité.

2) Chris Laroche : Bob Deville la présente en disant que son lycée est bien tenu, pas de tags, élèves polis. Son territoire : Vaulx-en-Velin. Elle dit d'elle-même qu'elle est une "bobo" qui a perdu toute certitude. Elle a été enseignante, avant. A Vaulx-en-Velin, elle a été effarée de rencontrer tant de nuances de couleurs de peau ! Les parents d'élèves sont précaires ou chômeurs (30%). Le communautarisme? C'est compliqué. Elle pense qu'il est plus important de construire des "savoirs être" que du savoir connaissance. Ainsi, un élève en seconde peut mettre 4 ans pour avoir son bac. Les élèves sont aidés (par des étudiants de l'Ecole normale). Elle déteste "discrimination positive", c'est un oxymore. Mais le lycée a un élève en Sciences-Po, qui venait du Kosovo. Il y a beaucoup de moyens financiers qui sont octroyés au lycée. Il faut aussi parler de l'architecture, le lycée est neuf et beau, et cela incite les élèves à le respecter (très vrai cela).

Le voile? Je ne suis pas une "intégriste de la laïcité"(!) Il y a peu de femmes musulmanes conservatrices, en fait(?). J'ai réglé le problème du voile avec beaucoup de dialogue, de discussion, j'ai montré aux filles l'avantage qu'elles auraient à faire des études. Elles enlèvent leur voile à l'entrée du lycée. D'ailleurs, ce voile a des significations diverses, une fille peut se voiler mais montrer son corps moulé dans un jean taille basse et string. Donc, presque plus de problèmes avec le voile.

L'inspecteur Delahaye :

L'école est attaquée de toutes parts. Je pense qu'il ne faut pas idéaliser l'école d'autrefois, elle n'était pas mieux.

Il retrace l'histoire de la laïcité, qu'il connaît très bien. Le 1er article, Jules Ferry : morale et instruction civique. Et puis, l'instruction est confiée à l'Etat. On instaure la gratuité, l'égalité entre filles et garçons.. Il cite Condorcet :" il faut mettre l'école à l'abri des charlatans"Il rappelle que la bataille contre l'Eglise a été rude, qu'il a fallu du temps pour gagner la laïcité (qui n'a pas d'adjectif, dit-il avec force) et que les Français sont Républicains et qu'ils tiennent beaucoup à cette valeur, la laïcité .

Il explique qu'au début, les écoles primaires ont supprimé le crucifix etc.. Mais il y avait la liberté d'aller au catéchisme (liberté de conscience respectée). Puis il y eut les internats, et il fallait bien,pour respecter cette liberté de conscience, une aumônerie. Qui fut acceptée aussi dans les lycées, collèges. On a bien parlé des signes religieux pour les maîtres, mais pas pour les élèves! Or, la religion musulmane est devenue de plus en plus importante (2e de France).

L'inspecteur tient à préciser que la République est LAIQUE. Que la laïcité n'est pas une option spirituelle. Qu'à l'école publique, un texte religieux ne fait pas la loi. Questions :

Je commence en me présentant : l'UFAL de Lyon

Je remercie Monsieur Delahaye pour son historique de la laïcité, et pour la laïcité sans adjectif.

Je rappelle à Mme Delaroche que je l'ai entendue à Vaulx-en-Velin, où elle négociait pour obtenir des filles voilées qu'elles enlèvent leur voile et la phrase de la femme algérienne; et je dis que nous avons lutté pour avoir la loi en 2005, que nous avons eu raison, et que sans cette loi les voiles auraient envahi les écoles.

Le directeur de l'IUFM parle des accords Lang-Cloupet, disant que Mme Delaroche et lui s'occupent de la formation des maîtres du privé et que c'est bien.

Mais une véritable fronde part de la salle : le public est plutôt âgé et la laïcité, ces laïques la connaissent bien, ils ont protesté, manifesté (riposte monstre de 93) contre le financement du privé par les fonds publics : " La formation des maîtres du privé? Pas avec l'argent public! " crient-ils. Les intervenants sont assez surpris. L'organisateur calme le jeu : c'est l'heure de laisser la salle..

Il y a encore des laïques dans ce pays. Mais ce colloque était surtout destiné aux jeunes maïtres en formation, or il y en avait très peu.

Cela veut dire que l'histoire de la laïcité n'est pas suffisamment enseignée, que cette VALEUR, on en parle surtout dans les discours?

Mireille Popelin

9 - sans-papiers

9.1 - ADRESSE SOLENNELLE à Monsieur le Préfet des Côtes d'Armor présentée par Les Amis de Fatiha et Samira le 23 janvier 2007

Concernant Fatiha AICI née TOURQUI et ses enfants Samira et Nacer SALEM, nous vous écrivions le 12 janvier dernier:

" Fatiha et Samira doivent obtenir leur titre de séjour: la loi le permet. Mais surtout, seule l'obtention de ce titre peut apporter REPARATION à Fatiha et ses enfants pour ce qu'ils ont enduré (harcèlement moral, atteintes à la dignité et agressions physiques) du fait des conditions de conduite par l'administration de l'enquête les concernant. "

Or les agissements intolérables dont elles ont été victimes pendant plus d'un an, ont repris: menaces graves et insultes sur la voie publique à des personnes apportant leur soutien à Fatiha, Samira et Nacer. Plainte a été déposée le 11 janvier contre Mrs DJABOURI et AICI. coup de téléphone infâme, menaçant et gravement diffamatoire notamment à l'endroit de Madame AICI, adressé à son fils mineur, Nacer SALEM, le 20 janvier à 19h30 par Monsieur DJABOURI.

Plainte a été déposée le 21 janvier.

Ce même coup de téléphone, mettant en cause, par des propos gravement diffamatoires, les associations - et leurs adhérents, y compris nommément - qui soutiennent la famille, plainte va également être déposée, avec constitution de partie civile.

C'est en fait tout un système d'intimidation, de tension et de violence, basé sur le mensonge, qui a été mis en place par deux individus peu recommandables dont le but est, depuis décembre 2005, de " chasser " ou de " faire chasser " cette famille du territoire français, et ce par intérêt personnel, l'un parce qu'il est bigame, l'autre parce qu'il a licencié abusivement Madame AICI dont il est l'ancien employeur. En ces circonstances, nous vous rappelons une fois encore que Monsieur DJABOURI a été condammné pour agression avec arme contre d'autres personnes.

Monsieur le Préfet nous nous adressons solennellement à vous:

Fatiha, Samira et Nacer sont en danger. Leur entourage est menacé. Seule l'attribution rapide d'un titre de séjour à Fatiha et Samira qui le sollicitent, peut mettre un terme au sentiment d'impunité qui anime le comportement d'individus qui se sentent légitimés par la prise en compte de leurs déclarations mensongères au cours de l'enquête préparatoire à votre prise de décision.

Réparation et protection sont dues à Fatiha et ses enfants.

Michèle Vianès Présidente de Regards de Femmes
Auteur de " Un voile sur la République " Stock, et " Les islamistes en manoeuvre Silence, on manipule "
Editions Hors Commerce

10 - à lire

10.1 - L'ERT, BILDERBERG et le Vatican

"Les lobbies à l'assaut de l'Europe" de Bernard Lecherbonnier . Albin Michel - 15 Euros

"Quelque chose doit remplacer les gouvernements et le pouvoir PRIVE me semble l'entité adéquate"

Cette déclaration, qui a le mérite d'être claire est de David Rockefeller en 1999 (Newsweek International). L'Europe est le bras armé de ce gouvernement qui se met en place et prépare un gouvernement MONDIAL.

Un organe suprême réunit les 47 patrons des plus grandes multinationales : l'ERT (European Round Table) Président Jérôme Monod (Lyonnaise des eaux) avec Umberto Agnelli (Fiat) et Bosh, Bolloré , vous avez des noms, une page entière (p.110)

Si l'ERT n'apparaît jamais dans les documents officiels, c'est bien là que tout se décide : Jacques Delors a avoué avoir recopié le rapport de l'ERT pour son fameux "livre blanc".

Idées maîtresses de ce rapport ?

Déréglementation des marchés - Flexibilité du travail etc. Tout ce que l'on avait dans le TCE !

Ainsi la position de l'Europe à propos de l'effet de serre, le protocole de Kyoto, les OGM ? Pour contrer l'Europe et ses directives, l'industrie crée une organisation, Europabio, pour mener le combat CONTRE. Elle fait donc appel, serez-vous surpris? A un cabinet américain. Et cet organisme, appuyé par Jacques Delors va appeler Burso-Marsteller, qui lutte aux Etats-Unis contre le protocole de Kyoto! Avec le soutien financier de American Petroleum Institute, Texaco, Exxon etc.

C'est sous la pression du lobby américain que fut adoptée la décision scandaleuse du brevetage des cellules, des gènes, des plantes. L'argument de l'ERT ? " Une gestion bien coordonnée de l'industrie européenne pour GARANTIR les emplois" Mais depuis sa création, les entreprises n'ont jamais autant débauché, délocalisé ! Après l'ERT, voilà le groupe BILDERBERG, le Big Brother du capitalisme mondial. Ce groupe a été fondé en 1954, à l'initiative du prince Berhard, allemand, prince consort des Pays Bas (Bilderberg est le nom de son château).

Ces cooptés sont les plus grands décideurs du monde politique, des affaires, des médias, Banque mondiale, Otan.

C'est à eux que nous devons

C'est David Rockefeller qui est à l'origine de ce groupe. Pour la France, il y a Jean-Louis Gergorin (affaire Clearstream).

Les relations sont très étroites entre Bilderberg et la Trilatérale. Celle-ci réunit les 200 personnalités de l'élite industrielle. La Trilatérale est le bras armé du Bilderberg. En 2001, les Bilderberg se déplacèrent à Bruxelles en vue de faire disparaître les identités NATIONALES, avec des invités inattendus, Lionel Jospin, Tony Blair. Ces réunions sont privées et les médias n'y sont pas conviés, et même sèchement renvoyés !

Les nouvelles tendances du lobbying? Un homme, Paul Boury, représente la jeune école : il réunit les parlementaires, de gauche à droite / Poniatowski, François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal. Les financiers de ces clubs? Ce sont : Coca-Cola, la Caisse des Dépôts et Consignations et même Carlyle. Car, de la Droite à la Gauche libérale (l'aile droite du PS), on fait parfaitement la liaison entre le politique et le lobbying. Le Vatican Le lobbying est pratiqué aussi par les instances religieuses. Le Vatican, par l'Opus Dei (l'aile la plus réactionnaire de l'église) utilise les mêmes méthodes que les autres organisations : infiltration des structures, pression sur les gouvernements. Le projet constitutionnel a conduit le Vatican à essayer de faire inscrire" la reconnaissance des valeurs chrétiennes " dans le préambule. Certes, le Vatican n'appartient pas à l'UE mais cela lui permet de signer des accords de concordat avec des pays amis (Slovaquie) : interdiction de l'IVG, et la présidente des droits de la femme (!) de ce pays a pu préconiser l'internement psychiatrique des homosexuels . Et j'ajoute ( ce n'est pas dans le livre) que la pression des lobbies religieux a été intense au moment du vote de la loi sur les signes religieux, un lobby islamiste trouvant des élus complaisants soutenant le communautarisme ethnique et religieux!

Bruxelles, ce grand bazar, ne pouvait qu'attirer les sectes. La Scientologie a investi tout un immeuble, malgré l'interdiction de cette secte par le gouvernement belge. Elle a réussi à se faire des amis dans les rouages de la "pièce montée". Les pays de l'ex-bloc soviétique seraient demandeurs de cette secte pour les problèmes de drogue et de comportements des enfants hyperactifs etc. Il y a heureusement des élus qui résistent à ces lobbies religieux et à ces sectes ; Mais les néo-conservateurs américains soutiennent tous ces mouvements religieux, même les démocrates ! qui reçoivent des "aides" des sectes aux Etats Unis. " La mondialisation et la globalisation des marchés sont des missions inspirées par la bible aux USA" (Bruneau Fouchereau, Monde Diplomatique 2001)

Face à ces puissantes organisations, quelle opposition?

Les ONG, les syndicats, les organisations d'intérêt général font-ils le poids, 3 grands groupes répondent à une légitimité souhaitable:

Ces organisations sont tombées sous la coupe des énarques qui ont pris les rênes, elles sont devenues, hélas! Les courroies de transmission des eurocrates.

Pour la CES, elle est coupée de ses bases nationales( sujet évoqué déjà avec le livre de Catherine Wagner). Elle représente 60 millions de travailleurs européens avec..60 personnes! Alors que le patronat aligne 10 000 lobbyistes à Bruxelles. Coupée de ses bases, jusqu'à prendre la décision de voter OUI au TCE, alors que les plus importants syndicats nationaux votaient NON. Il a fallu la protestation virulente des fédérations pour faire changer le vote de la CGT.

Le COPA : il devait rassembler les principaux syndicats nationaux( FNSEA, pour la France) mais l'arrivée des nouveaux pays, dont les problèmes sont inassimilables à ceux des agriculteurs des anciens de l'Europe, rend l'action bien difficile.

Le lobby des Femmes: les nouvelles traitent les anciennes de "vieilles biques ", ces militantes sont plus des militantes de l'Europe que des militantes du féminisme. Ce lobby est sûr de retrouver son financement, reconduit systématiquement / de quoi faire des fonctionnaires de l'Europe, pour accéder à un poste de lobbyiste, plus tard? Moi, je pense que les militantes, on les trouve à la base, dans chaque pays, dans des associations, mouvements peu ou pas subventionnés, et qui militent par conviction réelle pour défendre les droits des femmes et la LAICITE, les deux marchant ensemble ! Et l'UFAL est un de ces mouvements, féministes et laïques.

Voilà, chers amis lecteurs, ce que vous devrez faire : votre bras armé de ce livre, vous devrez aller interpeller les candidats à la présidentielle en leur posant des questions sur l'Europe, sur les lobbies, vous devrez leur dire que VOUS savez ce que veulent l' ERT, Bilderberg, le Vatican.. Que vous êtes là, VOUS, citoyens et que vous ne laisserez pas ces lobbies du capitalisme mondial faire la loi à VOTRE place !

Mireille Popelin

Agenda