A lire, à voir ou à écouter

Elisabeth Badinter : voie royale à temps partiel ou voie lactée à temps complet ?

mercredi 10 mars 2010
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : http://www.mezetulle.net/artic...)

Une lecture du livre que Elisabeth Badinter publie chez Flammarion au sujet de la maternité : Le conflit, la femme et la mère

Le retour de la mère sacrificielle au nom de la nature

On sait, de mémoire d’humanité, combien la maternité, particulièrement lorsqu’elle est imposée comme un devoir absolu devant lequel tout le reste doit s’effacer, pèse sur la liberté des femmes. Le féminisme du XXe siècle a combattu cette mentalité sacrificielle par une libération de type “moderne”, notamment appuyée sur les artifices bienfaisants de la technique. C’était sans compter avec le retour du naturalisme qui, secondé par une certaine forme d’écologie, vous explique gravement que la couche-culotte jetable, le lait maternisé et le biberon, ce n’est pas seulement ringard, c’est irresponsable. Le modèle de la femme libérée des années 1970 serait  donc celui d’une mauvaise mère, qui refuse son lait et sa présence de tous les instants au bébé. Il risque aujourd’hui de s’effacer devant le modèle de la mère idéale, qui doit tout et se doit tout entière, tout le temps, à son bébé.

Pour resserrer les boulons et rappeler les femmes à un destin exclusif de reproductrices, rien ne vaut le ressort puissant de la culpabilisation. Page 112-113, dix commandements de l’allaitement sont alignés dans la version sacralisée et féroce diffusée par l’association alternamoms. En voici un:
Tu ne sèvreras pas tes enfants en fonction de ton confort. Les études ont montré que les enfants étaient biologiquement prêts à être sevrés entre trois ans et demi et sept ans“.
Ajoutons que le lait maternel doit bien sûr être disponible à la demande de l’enfant et chaque fois que celui-ci le demande – 12 à 15 fois par nuit pourquoi pas ? – et que la pratique du “cododo” est souvent suggérée (pourquoi en effet, ne pas coucher avec sa maman ? si le papa est gêné ou s’il a peur d’écraser le petit, on conseille de mettre un oreiller entre lui et la dyade fusionnelle mère-enfant). On l’aura compris, pour ces fanatiques du retour inconditionnel à la nature, un allaitement “responsable” requiert le temps complet, l’abnégation totale. On se demande au passage avec inquiétude quels adolescents, quels adultes peut produire cette très longue voie lactée confite en dévotion et en génuflexion devant “l’imperium” de l’enfant.

Le French paradox de la maternité

Mais le livre ne se contente pas de pointer la “barque trop chargée” qui finit par rendre incompatibles la maternité et une vie libre et active dirigée vers l’extérieur à tel point que les femmes, prises dans cette tenaille, n’ont plus que deux solutions: immoler leur liberté sur l’autel d’une maternité dévoratrice ou renoncer à tout désir d’enfant. Les ultimes chapitres, alimentés par des statistiques, font apparaître un paradoxe. C’est que, championne en contraception et en IVG, pratiquant l’encouragement public des “mauvaises mères” avec une école maternelle accueillant des enfants très jeunes, bonne dernière des pays européens dans la pratique de l’allaitement (objet d’un choix et non d’une pression sociale, il s’effectue presque toujours à “temps partiel”), forte d’une tradition plus que séculaire où les femmes sont femmes avant d’être mères, la France connaît cependant de façon durable l’un des plus forts taux de fécondité au sein des pays occidentaux – alors que ceux qui encouragent l’allaitement et l’abandon de l’activité professionnelle voient les femmes se détourner du choix maternel.
L’auteur avance alors une hypothèse qui n’est pas sans rapport avec celle qu’elle soutenait naguère dans son ouvrage sur L’Histoire de l’amour maternel1:

“Cet état d’esprit collectif, à la fois libéral et déculpabilisant, joue certainement un rôle positif dans la décision de procréer. Plus on allège le poids des responsabilités maternelles, plus on respecte les choix de la mère et de la femme, et plus celle-ci sera encline à tenter l’expérience, voire à la renouveler. Soutenir la maternité à temps partiel, que d’aucuns considèrent pourtant comme insuffisante et comme coupable, est aujourd’hui la voie royale de la reproduction. En revanche, exiger de la mère qu’elle sacrifie la femme qui est en elle ne peut que retarder plus encore l’heure de la première maternité et même la décourager.”

Souhaitons avec elle que, à la croisée de la voie royale de la maternité à temps partiel et de la voie lactée sacrificielle à temps complet, les jeunes femmes continuent à résister au discours culpabilisant : pour être libres et elles-mêmes bien sûr, mais aussi pour faire librement les enfants qu’elles souhaitent.

© Catherine Kintzler, 2010

  1. L’Amour en plus. Histoire de l’amour maternel, Paris : Flammarion, 1980, rééd. 2010. []