La sobriété pour sauver la planète ?

La sobriété est à la mode ; c’est même elle qui va permettre de lutter contre les dérèglements climatiques, permettre la réduction des rejets de gaz à effet de serre et arriver à la neutralité carbone en 2050. Le terme est utilisé aussi bien par le gouvernement, les grands patrons et banquiers, des universitaires, les partis politiques que par la plupart des associations et ONG se réclamant de l’écologie, de la lutte pour l’environnement, la biodiversité ou contre les dérèglements climatiques ainsi qu’une bonne partie de la presse qui s’en fait un vecteur zélé. Après la résilience, nous sommes devant un nouveau mot-valise qui semble nous offrir la solution aux crises produites par un système d’exploitation sans limites, mais qui, comme souvent, « noie le poisson », car les responsabilités y sont diluées, ni explicitées, ni hiérarchisées ; ce qui permet de gloser, de faire accroire que la solution est accessible sans jamais aborder le problème au fond et donc de maintenir le système de production capitaliste en place.

Face aux crises écologiques : transition et décélération

Crise(s) Le constat ne fait plus de doutes : la crise écologique est bien là. Nous expédions dans l’atmosphère des quantités sans cesse croissantes de Gaz à Effet de Serre (GES), ce qui a déjà réchauffé le climat de plus de 1°C par rapport à l’ère préindustrielle, et est à l’origine…

OTAN : un nouveau concept stratégique 2022 qui augmente les risques de conflictualité mondiale

Le 29 juin, les chefs des États membres de l’organisation du traité de l’Atlantique Nord ont adopté, à Madrid, le nouveau concept stratégique 2022 de l’Organisation[1]. Selon les propres termes de l’OTAN :  Le concept stratégique est un document capital pour l’Alliance, le plus important après le Traité de l’Atlantique Nord…

Lire la suite à propos de l’article OTAN : un nouveau concept stratégique 2022 qui augmente les risques de conflictualité mondiale
Albrecht Dürer - Les cavaliers de l'Apocalypse

Accélération de la crise économique, guerrière et sociale pour les législatives 2022

Chaque jour apporte son lot de constatations et confirme que nous entrons dans une nouvelle séquence dans laquelle l’écosystème change - et pas seulement sur le plan climatique, d’où la difficulté d’EELV. Toutes les forces politiques voire syndicales qui continueront à penser et à agir comme hier deviendront Gros-Jean comme…

Lire la suite à propos de l’article Accélération de la crise économique, guerrière et sociale pour les législatives 2022
Image abstraite de volutes de couleurs

AVEC L’UKRAINE, LA GUERRE EN ASIE EST REMISE À PLUS TARD… DU MOINS POUR LE MOMENT !

Une actualité chasse l’autre : qui se souvient, à l’heure de l’Ukraine en guerre, de l’extrême tension régnant en Asie en 2017, il y a seulement 5 ans ? À l’époque, la péninsule coréenne était à l’extrême bord de devenir le « chaudron guerrier » de l’Asie. Kim Jong Un, dirigeant communiste héréditaire, jouait…

Lire la suite à propos de l’article AVEC L’UKRAINE, LA GUERRE EN ASIE EST REMISE À PLUS TARD… DU MOINS POUR LE MOMENT !
Carte des Nouvelles Routes de la Soie entre la Chine, l'Europe et l'Afrique

J’ai mal à MonPsy : l’accompagnement psychologique, ou la servitude volontaire

Pour bien comprendre ce qui se déroule actuellement dans le milieu des psychologues, qui sont en lutte, il faudrait revenir sur l’histoire de cette profession en France. Par exemple, l’absence de progression statutaire, qui se traduit notamment dans la fonction publique par les mêmes salaires depuis 30 ans ! Un…

Lire la suite à propos de l’article J’ai mal à MonPsy : l’accompagnement psychologique, ou la servitude volontaire
Titre d'un dossier Services publics ou barbarie

Le GIEC, la guerre et nous

Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) vient le 1er mars de publier son 6e rapport au moment où les troupes russes envahissaient l’Ukraine. Il porte sur les impacts, l’adaptation et la vulnérabilité des sociétés humaines et des écosystèmes au changement climatique.

Lire la suite à propos de l’article Le GIEC, la guerre et nous
Logo du GIEC

Le judoka Poutine aurait-il essuyé un « ko soto gari » ?

L'éclatement d'une guerre n'a jamais été « un éclair dans un ciel serein » ou la lubie d'un fou ; c'est un long et lent processus. Les historiens de la Grande Guerre nous enseignent que le premier conflit mondial était imminent dès 1912 avec la guerre dans les Balkans... et même avant avec les « crises marocaines » de 1905 et de 1911 entre la France et l'Allemagne. Dit autrement, la Russie est-elle tombée la tête la première dans une provocation finement montée par les Occidentaux ?

Lire la suite à propos de l’article Le judoka Poutine aurait-il essuyé un « ko soto gari » ?
Photo du monument de l'OTAN à Bruxelles

Guerre d’Ukraine : une nouvelle tectonique géopolitique pour le monde

Les gens sont submergés de propagande et d’émotion et « la vérité est la première victime des guerres ». L’historien français Pierre Serna, en écrivant en 2019 L’extrême centre ou le poison français, caractérisait bien la séquence. Les médias français dominants continuent l’inoculation du poison français de l’extrême centre macroniste en instrumentalisant à fond la guerre à des fins de réélection. La poussée immédiate dans les sondages en porte témoignage.

Lire la suite à propos de l’article Guerre d’Ukraine : une nouvelle tectonique géopolitique pour le monde
Photo d'une photographe de guerre entourée de militaires en arme, tous accroupis

Pour un service public de santé financé par une Sécurité sociale intégrale

L’épidémie de coronavirus a touché la France alors que depuis près d’un an un mouvement de protestation mobilisait les différents professionnels de l’hôpital public. L’élément déclencheur a été l’engorgement des urgences lié à deux phénomènes aux effets additionnels catastrophiques. D’un côté une médecine de ville qui a délaissé ce qu’on…

Lire la suite à propos de l’article Pour un service public de santé financé par une Sécurité sociale intégrale
Photo d'une main tenant une Carte Vitale

Dans quelle crise sommes-nous ? n°13

Note de la Rédaction : Voir dans la Librairie militante du site  la compilation des chroniques de 2009 à 2019 parues dans ReSPUBLICA sous forme d'ouvrage, ainsi que  le n°11 et le n°12, pour les deux dernières années. ° °         °  « La crise c’est quand le vieux se…

Lire la suite à propos de l’article Dans quelle crise sommes-nous ? n°13
Photo de l'écran d'un PC affichant des courbes

Dans quelle crise sommes-nous ? n°12

« La crise c’est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître. » Antonio Gramsci « Et le capitalisme s’arrêta… d’un seul coup ! ». L’avenir dira si cet arrêt est définitif ou bien s’il s’agit d’une nouvelle mutation dont ce mode de production a le secret et dont…

Face au désastre global, construisons un « double pouvoir » ! De quoi le Covid-19 est-il le nom ? De la globalisation 

Membre de la Rédaction de ReSPUBLICA, Philippe Hervé analyse régulièrement pour le journal – et ce depuis 2008 – les développements de la crise du capitalisme monétaire : retrouvez ses textes dans le livre Dans quelle crise sommes-nous ? (voir notre Librairie militante, sur ce site).

Le Covid-19 est l’une des terribles conséquences, avec le réchauffement climatique, de ce dispositif mondial de « distanciation »  des rapports de production mis en place à la fin des années 1970. Ce dispositif hyper complexe, trop sophistiqué, à l’architecture archi baroque, était en fait fragile, très fragile. Il vient d’exploser sous nos yeux. Le coronavirus a contaminé un corps économique malade, déjà terriblement déprimé depuis la crise systémique de 2007-2008, et qui survivait difficilement en redoutant chaque hiver. La réalité concrète est implacable : ce dispositif créé par le capitalisme financier pour continuer malgré tout à imposer sa loi était programmé pour mourir jeune. C’est fait !L’étincelle mettant « le feu à la plaine » aurait pu être une crise financière ou une guerre régionale de grande ampleur. Ce fut une crise sanitaire, que beaucoup craignaient d’ailleurs depuis l’épisode du SRAS en 2002-2003, en Chine également. Mais cette crise particulière est d’autant plus terrible que rien n’était prévu pour y faire face. Aucune stratégie, aucune tactique n’était programmée. Une guerre est parfois prévisible, une crise financière peut être limitée en partie, mais celle-ci, avec cet arrêt universel de la production, est totalement inédite. Aujourd’hui, plus de 3 milliards d’humains sont confinés chez eux sans travailler. On pourrait parler de lock-out général sur la planète. Ce caractère fulgurant est particulièrement déstabilisant pour nos dirigeants politiques et encore plus, peut-être, pour l’hyper bourgeoisie transnationale.

(suite…)

Vers un nouveau krach bancaire et financier ?

Du 17 au 19 septembre dernier, la Réserve fédérale des Etats-Unis a injecté plus de 200 milliards de dollars dans les banques qui manquaient de liquidités (credit crunch) et ne pouvaient s’en procurer ni sur le marché interbancaire ni auprès des sociétés financières sans licence bancaire (Money Market Funds). C’est…

Nous publions trois livres pour des débats citoyens sur l’actualité

Lecteurs de Respublica, membres de notre Réseau, voici trois livres susceptibles de répondre à la demande sociale sur les problèmes de notre temps. Tous les trois édités par Eric Jamet Editeur et les Editions du Borrego dans la collection Respublica :

  • par notre ami HO Hai Quang et son livre « Le Capital en toute simplicité » ;
  • par notre ami Philippe Hervé et son livre « Dans quelle crise sommes-nous ? » ;
  • par notre ami Yves Thiébaut et son livre «  Traités européens : l’esquive ».

Concernant le premier ouvrage mentionné, notre ami HO Hai Quang, docteur d’État et maître de conférences en sciences économiques, montre que Le Capital contient les éléments qui permettent de comprendre le fonctionnement du capitalisme et les crises qui le secouent. Mais il réalise le tour de force d’expliquer l’actualité de la pensée de Karl Marx avec les mots de tous les jours. Fini les mots compliqués qui humilient les citoyens et les travailleurs.
Pour le deuxième, notre ami Philippe Hervé analyse la crise du capitalisme depuis la chute de Lehman Brothers en 2008. Il sort des impasses d’une alternative uniquement basées sur un néo-keynésianisme qui ne correspond plus à la période. Il analyse et fait réfléchir sur le fait que le pli historique ouvert au 16e siècle est peut-être arrivé à son terme et demande de penser l’alternative en rupture avec ce pli historique. Ce livre montre aussi l’évolution d’une pensée durant la dernière décennie puisque ce livre a été écrit sur dix ans.
Pour le troisième livre, notre ami Yves Thiébaut , montre que la confusion des pensées sur l’éventuelle sortie des traités européens, voire de l’euro, dans le débat d’aujourd’hui empêche le peuple et ses citoyens d’être maîtres de leur destin. Il montre que toute sortie des traités et de la monnaie, toute sortie, ne seront pas un long fleuve tranquille tellement le mouvement ordolibéral a verrouillé l’Union européenne. Pour s’en libérer, et c’est possible, il faut d’abord comprendre le système bancaire européen puis cibler les enjeux de souveraineté et enfin évaluer les voies de sortie des traités.

Trois livres et trois débats dans tous les coins de France, départements d’outre-mer compris.
Alors, une centaine de débats dans toute la France grâce à vous, bien sûr que c’est possible ! Si vous le voulez bien !

(suite…)

Comprendre la crise… et soutenir votre journal

Chers amis lecteurs, En 2018, votre journal ReSPUBLICA fête ses 18 ans ! Mais aussi enregistre en ce mois de septembre le dixième anniversaire d’une crise, celle de 2007-2008, dont nous ne nous contentons pas de subir des contrecoups mais qui déroule toujours implacablement sa logique. Connaître et comprendre les mécanismes…