Trump et le moment populiste

Publié en espagnol le 9 novembre 2016 dans « Publico » Un fasciste a gagné. Ce n’est pas banaliser le fascisme que de l’affirmer. Le fascisme n’est pas un phénomène exclusivement italien et allemand des années 30 ; c’est une façon de construire le politique. Certains politologues espagnols essayèrent de délimiter le phénomène…

Européennes 2014 : forts enjeux, multiplication des listes et éparpillement des gauches

Est-ce une élection inutile ? Que nenni ! Les enjeux sont multiples et forts.
D’un côté, l’oligarchie capitaliste développe l’idéologie néolibérale traditionnelle, à savoir qu’il n’y a pas d’alternative à leur politique. Ce point de vue peut-être symbolisé par le propos de Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman : « [Les] difficultés économiques que causent les transformations du monde […] bousculent nos propres institutions, d’abord nationales, mais aussi européennes. Au point même qu’un « discours anti-mondialisation » peut être tenu sans crainte du ridicule par des responsables politiques dépassés par les événements. Bientôt nous verrons d’éminents hommes politiques créer un mouvement contre le mauvais temps, quelque chose d’inévitable mais qu’on peut aménager ! C’est d’ailleurs un scandale que la Commission européenne n’ait pas trouvé le moyen de nous garantir un droit légitime au soleil tous les jours ! » (1)http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140505trib000828388/les-vrais-enjeux-des-elections-europeennes.html. Cette diatribe rappelle la « Pétition des fabricants de chandelles, bougies, lampes, chandeliers, réverbères, mouchettes, éteignoirs, et des producteurs de suif, huile, résine, alcool, et généralement de tout ce qui concerne l’éclairage », rédigée en 1845 par F. Bastiat, pape de l’ultra-libéralisme. À travers la complainte du marchand de suif contre la « compétition ruineuse d’un rival étranger », le soleil, Bastiat voulait dénoncer la montée des thèses protectionnistes.
(suite…)

Notes de bas de page

Notes de bas de page
1 http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140505trib000828388/les-vrais-enjeux-des-elections-europeennes.html. Cette diatribe rappelle la « Pétition des fabricants de chandelles, bougies, lampes, chandeliers, réverbères, mouchettes, éteignoirs, et des producteurs de suif, huile, résine, alcool, et généralement de tout ce qui concerne l’éclairage », rédigée en 1845 par F. Bastiat, pape de l’ultra-libéralisme. À travers la complainte du marchand de suif contre la « compétition ruineuse d’un rival étranger », le soleil, Bastiat voulait dénoncer la montée des thèses protectionnistes.