ReSPUBLICA

Souffrir au travail dans ce monde cruel

lundi 28 mai 2012

L’utilisation de techniques de plus en plus contraignantes et sophistiquées, l’accroissement des cadences de travail, les impératifs de productivité et la rentabilité, la concurrence internationale et la demande des actionnaires de profits de plus en plus importants font qu’un grand nombre de salariés déclarent éprouver une souffrance au travail. Ce phénomène est en constante augmentation depuis ces dix dernières années aussi bien dans les entreprises privées que dans la fonction publique qui de façon insidieuse s’inspire des méthodes de management anglo-saxonnes en remplaçant peu à peu l’aspect humain par la rentabilité et la gestion.
Le manque de travail pour tous en est à mon sens la principale cause de cette acceptation silencieuse ; car la peur de perdre son travail pour ceux qui ont la chance d’en avoir un, cette peur a remplacé peu à peu toute forme de protestation, impliquant des situations difficilement soutenables en forçant à accepter et à supporter chaque jour en silence des situations conflictuelles ; et ce depuis que nous sommes sous le joug de la primauté actionnariale.
Le travail qui devrait permettre aux individus de s’épanouir devient peu à peu source d’aliénation, et emprisonne l’individu dans un cercle peu honorable, ou le règne du chacun pour soi est de rigueur, ou la délation est monnaie courante, car beaucoup sont prêts à tout accepter pour garder un travail devenu si rare. Ce climat nauséabond engendre des situations de stress insupportables.
Un levier emporte les individus dans ce monde opaque et lourd de conséquences sur la santé mentale et physique des salariés : la peur, la peur du licenciement entrainant le chômage voir la précarité.
Les méthodes de management qui ont tendance à considérer l’être humain, comme un pion sans âme ; ôtent toute dignité aux individus qui deviennent alors des valeurs ajoutées.
Souvent des défauts de formation des managers ou des inadaptations aux méthodes d’encadrement sont source de ce mal-être, entrainent des arrêts de travail, des maladies nerveuses, des dépressions, etc. L’augmentation des pathologies de surcharge (burn-out, karôshi [mort par excès de travail], troubles musculo-squelettiques, dopage) montre que le travail est de plus en plus oppressant, alors que paradoxalement il devient de plus en plus rare en Europe. D’où la question jusqu’où va-t-on presser le travailleur pour augmenter encore les profits ?
Il existe pourtant des contrepouvoirs au sein même des entreprises qui peuvent par des actions reconnues faire bloquer, retarder, alerter ou permettre une prise de conscience des employeurs face à ces problèmes récurrents, mais malheureusement la flamme syndicale s’est peu à peu éteinte en France, car nous avons vécu dans la soie sans même nous en apercevoir et nos jeunes sont majoritairement peu enclins à connaitre leurs droits, ni même parfois leurs devoirs, pas tous bien sûr…
Cette tension permanente. Ces manipulations intellectuelles, médiatiques et morales, entrainent bien des déboires aussi bien aux salariés qu’aux entreprises elles-mêmes qui sont alors prises à leur propre piège, les arrêts de travail se multiplient, les médecins du travail n’ont jamais été autant sollicités. Le stress serait à l’origine de 50 % à 60 % de l’ensemble des journées de travail perdues en France.

Au niveau des statistiques

En 2000, le stress et la souffrance au travail ont constitué la 2e cause de maladie en Europe, 28 % des salariés se sentaient alors concernés selon une étude européenne.
Une autre étude de La Fondation Européenne pour l’Amélioration des Conditions de Vie et de Travail basée sur des sondages d’opinion soulignait qu’en 2005 6 % des femmes et 4.5 % des hommes ont subi des faits de harcèlement moral sur leur lieu de travail.
Selon une autre étude réalisée par le CSA en juin 2009, 41 % des salariés français se considéraient comme stressés. 17 % des salariés déclaraient être l’objet de comportements systématiquement hostiles, 6 % de comportements méprisants, 9 % de non-reconnaissance de leur travail et 2 % d’atteinte à leur dignité.
Bien sûr tous ces éléments sont subjectifs, certains voyant une atteinte à leur dignité par exemple là ou pour un même comportement d’autres n’auront pas vécu la situation comme une atteinte de la même façon.
En 1998, un petit livre de Marie France Hirigoyen qui dénonça le harcèlement moral permit une prise de conscience, et au niveau du droit du travail les choses évoluent ; les « risques psychosociaux » sont maintenant reconnus dans le droit du travail ; les lois changent, exemple le 26 avril 2007 un accord-cadre contre le harcèlement moral et la violence au travail a été conclu ; le 26 mars 2010, un accord national interprofessionnel sur le harcèlement et la violence au travail a été signé.
Le débat sur le sujet dans l’espace public a pris de l’ampleur à l’automne 2009, à la suite des suicides à France Télécom qui serait au nombre de 21 d’après mes recherches un rapport révèle que Technologia, le cabinet spécialisé dans la détection des risques psycho-sociaux, ainsi que la médecine du travail avaient alerté France Télécom dès 2008 que l’unité à laquelle appartenait Nicolas G. un des malheureux disparus, faisait courir des risques « graves » à la santé de ses membres ; mais l’opérateur n’a pour autant pas mis en place les mesures préconisées. Pis, selon les extraits du rapport parus dans Le Parisien, l’opérateur a alors augmenté la cadence.
Bien sûr, ce mal-être ne concerne pas l’ensemble des salariés, les pistonnés, certains politiques, certains syndiqués bien placés, ou autres privilégiés ne se reconnaitrons certainement pas dans cette lecture, car les réseaux divers et variés ont une importance considérable dans l’obtention d’un emploi et je n’ai pas l’intention de globaliser puisque le mot est à la mode mon raisonnement à l’ensemble du monde du travail, mais je pense pouvoir affirmer qu’une majorité silencieuse affronte le monde actuel de façon brutale et sans aucune préparation.
Remettre l’humain au centre de l’union tant professionnelle syndicale, associative est un devoir que tout citoyen se doit d’accomplir et c’est en changeant peu à peu nos comportements individuels que nous pourrons accéder à une humanité meilleure en nous indignant, mais aussi en agissant à notre petit niveau. Pour nos enfants, pour les générations futures, nous nous devons, par l’éducation, le partage, la tolérance, la résistance et l’indignation individuelle et collective, d’ouvrir nos esprits afin de casser les nouveaux dogmes qui nous sont imposés au nom de la rentabilité à outrance afin de se détourner de cette guerre économique.
C’est un changement complet de société qui est en train de se produire actuellement, quelques pistes s’offrent à ma réflexion.
Ces trois dernières années, près de 900 sites industriels ont fermé en France, entrainant la suppression de 100 000 emplois selon l’observatoire Trendeo.
Notre vieux continent continu à faire preuve de naïveté face aux compétiteurs internationaux, nos marchés publics sont ouverts à 84 % alors qu’aux USA par exemple ils le sont seulement à 12 %, mais il ne faut pas oublier que la mondialisation a aussi permis à près de 2 milliards d’hommes et de femmes d’entrer dans la production de bien et de services.
Le temps n’est-il pas venu de faire un protectionnisme positif, européen social et écologique, revenir à un libéralisme humaniste équitable et tempéré, qui n’exclurait pas l’ouverture au monde et aux cultures à l’opposé du nationalisme et du repli identitaire si dangereux ?
Le chemin sera long et difficile, car les mutations idéologiques se font lentement, mais nous avons des outils indispensables entre nos mains l’envie de changement et le devoir de laisser à nos enfants une planète harmonieuse ou les relations humaines, la fraternité auront repris peu à peu leur place.

Conclusion

Les conséquences du système économique actuel sur le monde du travail entrainent l’absentéisme, la démotivation la baisse de productivité, les mouvements sociaux, les procédures judiciaires, les conflits, les tensions, les violences internes et externes, le stress le harcèlement moral, le harcèlement managérial ; peu à peu, le salarié ordinaire se replie sur lui, la vie professionnelle devient peu à peu insupportable, le goût pour la vie sociale se détériore, la tension monte en famille. Le bien-être des salariés dans leur travail est une condition indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise : l’amélioration de la prévention concernant les risques psychosociaux est donc un impératif, non seulement en raison de leurs impacts sur la santé des salariés, mais aussi en raison de leurs coûts économiques qu’ils engendrent pour l’entreprise.

Par

Voir tous les articles de