Sur la situation sanitaire et sur le CNRS

Reçu de Jacques Lautman : remarques sur l’article « Pourquoi vouloir en finir avec le CNRS ? » Histoire Entre 1945 et le début du déclin avec Chirac et Juppé, puis de l'étranglement Raffarin 2002, puis feu d'artifice idéologique Pécresse 2007, qui n'a JAMAIS été remis en cause, il y a une période de…

Situation sanitaire : une absence de débat politique qui pose question

Alors que les contaminations ont atteint un niveau extrêmement élevé (plus de 500 000 cas – un record – ont été enregistrés mardi 25 janvier), il semble que le gouvernement, après avoir annoncé un calendrier de levée des restrictions le 20 janvier, reste sur sa position de laisser circuler le…

Lire la suite à propos de l’article Situation sanitaire : une absence de débat politique qui pose question
Copyright Adobe Stock

Stop au virus !

Les mesures de confinement seules ne permettront pas de se débarrasser du virus. En effet lors d’une épidémie, le seul moyen de stopper la propagation d’un agent infectieux est de détecter les personnes contagieuses le plus précocement possible et de les isoler de manière stricte immédiatement. Cette étape a été…

C’est le manque d’honnêteté qui a rendu le virus mortel !

Roland Gori est psychanalyste, membre d’Espace analytique, professeur honoraire de psychopathologie clinique à l'université d’Aix Marseille. Auteur de Et si l’effondrement avait déjà eu lieu, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2020. Frédéric Pierru est sociologue, CNRS-CERAPS.   Albert Camus, par la voix du Dr Rieux, définit dans La Peste la…

L’Après et l’économie

La crise sanitaire majeure que nous vivons et subissons est révélatrice d’une crise plus vaste, sociale, écologique, démocratique et économique. Elle est un amplificateur des problèmes bien antérieurs à celle-ci comme : les délocalisations massives consubstantielles de la désindustrialisation, l’agriculture intensive, la détérioration dramatique des grands équilibres écologiques planétaires. La…

Sur la pandémie : ne passez pas à côté de ces infos

Le 2e volet de la vidéo "Penser la pandémie" La suite de la vidéo que nous avons signalé dans notre précédent numéro (à retrouver ici) : les enjeux sanitaires et sociaux, par un groupe de chercheurs. Une 3e partie est à venir. https://www.youtube.com/watch?v=FMWXKUQxQcw   Coronavirus : l'explosion des prescriptions de…

Corée du Sud versus France Interview du professeur Amblard

Ingénieur, immunologiste à l'Institut national de sciences et de technologie d'Ulsan (Corée du Sud) et chercheur en physique statistique, le Pr François Amblard a analysé la stratégie sud-coréenne qui a mis en déroute l'épidémie de Covid-19. À la demande de l'Académie des sciences, il a rédigé un rapport complet dont…

Pandémie : à voir et à lire

Frédéric Pierru : « Dans l'après-Covid, on jugera la gestion de l'hôpital comme une vraie folie » EXTRAIT La crise du coronavirus jette une lumière crue sur la fragilité de l'hôpital public. En 2019, les sociologues Frédéric Pierru, Pierre-André Juven et Fanny Vincent publiaient La casse du siècle. À propos des réformes de…

Le « jour d’après » du Pr Agnès Hartemann

En lien, cette vidéo très parlante d'Agnès Hartemann, cheffe du service Diabétologie de la Pitié-Salpêtrière Charles Foix. Vidéo très explicative du quotidien des soignants dans cette période, mais où il est aussi question d’autogestion, de comment le métier a repris la main sur la rentabilité et aussi de pistes pour «l’hôpital…

Chansons déconfinées 2

A la demande et incluant des propositions de plusieurs lectrices et lecteurs, nous vous proposons une nouvelle série de chansons déconfinées : féministe, écologique, social, poétique etc. CHANSON SANS PEUR - Un chant puissant et fort des femmes mexicaines A écouter absolument ! https://youtu.be/p6D2qk5ktus LA CONFINITUDE (Pascal Genneret) Un humour subversif et…

La mondialisation malheureuse est contagieuse

NDLR – Cet article a été publié dans une version courte par l’hebdomadaire Marianne.

« Nous sommes en guerre ». Le Président de la République, M. Emmanuel Macron, l’a répété sept fois lors de son allocution solennelle, sinon sépulcrale, du 16 mars 2020. En guerre, certes, mais reste à définir l’ennemi. Nous avons bien compris que l’ennemi désigné par le pouvoir était invisible, viral, comme l’est le terrorisme islamiste. Rien de tel qu’un ennemi invisible, menant une guerre asymétrique, pour faire taire les désaccords, de plus en plus nombreux, et unifier la Nation autour de son Chef, aux accents gaulliens. Certes, on pourra juger que la prestation frisa le ridicule. Ni l’âge, ni l’uniforme, ni le passé résistant ne venaient conforter ce discours martial. Le tragique de l’époque vient de ce décalage entre des rôles définis dans des périodes héroïques d’un côté, leur occupation par des hommes finalement triviaux de l’autre : un héros national ne peut être un homme qui incarne à l’état chimiquement pur le conformisme intellectuel et politique d’un néolibéralisme agonisant. Et, comme si cette dissonance ne suffisait pas, nous apprenions, dans une interview proprement stupéfiante publiée par le quotidien vespéral1, que l’ancienne ministre de la Santé, Mme Agnès Buzyn, avait alerté – ou pas – dès janvier le pouvoir exécutif de la gravité de la pandémie à venir, puis regretté la « mascarade » du premier tour des élections municipales à laquelle elle s’était apparemment volontiers prêtée… Dès lors, l’incrimination de Français « insouciants » servant de justification à des mesures de santé publique coercitives – le confinement – rejoignait le long cortège d’insultes proférées par M. Macron à l’égard des « Gaulois réfractaires ». Emmanuel Todd, dans son dernier livre, a décidément raison : faute d’avoir prise sur l’Histoire, les gouvernants français sont passés « en mode aztèque »2. Ils se vengent de leur impuissance au niveau international en martyrisant leurs concitoyens… (suite…)

De la mondialisation comme virus

Il y a 40 ans, un virus idéologique se répandait sur le monde. Un Alain Minc, héraut autoproclamé, l’appelait « la mondialisation heureuse ». Refusant toute contestation, le bienheureux Minc s’inquiétait de voir la France être le mauvais élève de la modernité. Il entraînait d’autant plus facilement l’adhésion que les gouvernements de…

Pendant l’exposition au virus, les travaux politiques continuent Comment préparer le mouvement social capable de destituer les responsables et de constituer la République des solidarités, de la liberté et de l’intérêt général

Là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve Friedrich Hölderlin 1 (20 mars 1770-7 juin 1843) Depuis la fin de la semaine dernière et probablement jusqu’en mai, l’Europe et une grande partie du monde vivront dans le rythme étrange qu’imposent d’un côté l’attente fébrile d’informations sur l’évolution rapide…