Proche-Orient

Quand Israël pensait que les islamistes étaient ses alliés

jeudi 12 novembre 2009
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : http://www.rue89.com/2009/10/2...)

C’est l’histoire d’un « grand aveuglement » historique lourd de conséquences. Le journaliste Charles Enderlin raconte dans un nouveau livre1  l’histoire des liaisons dangereuses entre Israël et « l’irrésistible ascension de l’islam radical » palestinien : un fait connu, mais auquel il apporte des témoignages et des documents montrant comment l’État hébreu a laissé grandir son pire ennemi d’aujourd’hui. Édifiant.

Le principe est vieux comme le monde : les ennemis de mes ennemis sont mes amis. Depuis sa conquête des territoires palestiniens de Cisjordanie et de Gaza en juin 1967, Israël a initialement considéré que son ennemi principal était la mouvance nationaliste palestinienne sous toutes ses formes, nationaliste arabe classique à la manière de Yasser Arafat et du Fatah, ou néo-marxiste façon Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) de George Habache.
Pour mieux s’opposer à ces mouvements regroupés au sein de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), les gouvernements successifs d’Israël et ses responsables militaires pourtant en première ligne sur le terrain de la confrontation, n’ont pas vu émerger le danger islamiste, et ont au contraire encouragé ce courant pour mieux diviser les Palestiniens et contrer les nationalistes.

Cette erreur a un prix lourd : Israël a conclu en 1993 un accord de reconnaissance réciproque avec Yasser Arafat et, malgré les échecs et les déboires du processus de paix, n’a jamais remis en cause cette relation ; alors que le Hamas, aujourd’hui en contrôle de la bande de Gaza, n’a jamais accepté de reconnaître l’État hébreu dont il est devenu le principal ennemi, comme l’a montré la guerre de janvier dernier.

L’occupation fait le lit du Hamas

Conclusion de Charles Enderlin : « Les décennies d’occupation ont fait le lit du Hamas. »

Pourquoi raconter cette histoire maintenant ? Charles Enderlin, correspondant de France2 à Jérusalem et auteur de plusieurs ouvrages aux occasions manquées de la paix au Proche Orient et aux impasses des processus de paix israélo-palestiniens, répond. (Écouter le son)

Pour être tout à fait honnête, l’erreur d’Israël est largement partagée dans le monde. Dans les années 70, nombreux ont été les régimes qui ont encouragé les forces religieuses pour s’opposer aux « marxistes », avant de réaliser qu’ils avaient permis la naissance d’ennemis implacables. Des campus marocains aux faubourgs du Caire et d’Islamabad, le scénario a été le même.

C’est en Afghanistan et au Pakistan que cette politique a été poussée à son paroxysme, avec l’appui de la CIA américaine aux courants islamistes les plus radicaux pour s’opposer à l’armée soviétique engagée au côté du régime de Kaboul. Pour voir apparaître, dans les années suivantes, des ennemis déterminés de l’Amérique, et en particulier Al Qaeda et Oussama Ben Laden. (Écouter le son)

Dans le cas d’Israël, Charles Enderlin montre bien que l’aveuglement ne fut pas total. Les quelques voix qui ont tenté d’alerter les responsables politiques ont été marginalisées et n’ont pas été prises au sérieux. A l’image de Avner Cohen, responsable des Affaires religieuses à Gaza pendant vingt ans, qui a mis en garde contre le radicalisme religieux du Cheikh Ahmed Yassine, le fondateur du Hamas. Ou du général israélien Yitzhak Segev, gouverneur militaire de Gaza en 1979, qui tente d’alerter ses supérieurs sur le danger, sans être entendu. (Écouter le son)

Cette erreur historique est d’autant plus grave, du point de vue d’Israël, que, pour Charles Enderlin, l’hypothèse d’un accord de paix, un jour, entre l’État hébreu et le Hamas est irréaliste. (Écouter le son)

Le plus troublant, dans ce récit, est le parallélisme qu’établit Charles Enderlin entre « le grand aveuglement » d’Israël qui donne son titre au livre, et la montée du sentiment religieux en Israël, et l’émergence d’un courant de pensée « néosioniste » qui veut remettre la religion au coeur de l’identité de l’Etat hébreu. Religieux vs religieux ? Un scénario qui rend une solution pacifique plus insaisissable encore. Le livre ne répond pas à cette question, mais en fournit la trame inquiétante.

  1. Charles Enderlin, Le grand aveuglement, Albin Michel, 378 p., 20,90€. []
Par
http://www.Rue89.com

Voir tous les articles de