A la une

Critique des stratégies syndicales et politiques face au turbocapitalisme

mardi 28 août 2018
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org

Il est temps de comprendre qu’il faut refonder profondément les lignes stratégiques quand la mobilisation baisse au fur et à mesure que les politiques antisociales se font de plus en plus violentes.
La manifestation du 22 mai 2018 de la fonction publique a été la plus faible de toute l’histoire de France. Et pourtant les neuf syndicats étaient organisateurs de la manifestation. Mais les travailleurs de la fonction publique ont déserté la manifestation. Comme quoi les cartels ou les collectifs unitaires (y compris syndicaux) ne sont pas la panacée. Celle du 26 mai 2018, malgré le décloisonnement enfin réussi entre syndicats, associations et organisations politiques et le fait qu’elle ait été la plus importante de cette année de luttes, est bien loin d’être suffisante pour renverser la vapeur. Comme quoi l’accord entre organisations est loin d’être suffisante pour une mobilisation importante des travailleurs et des citoyens. La longue mobilisation des conducteurs de train1 n’a pas réussi à bloquer le processus d’avancée vers la privatisation et la baisse rapide de qualité du service de la SNCF. Preuve supplémentaire de la nécessité de refonder la ligne stratégique syndicale. Sans doute aurait-il fallu une plus grande solidarité syndicale et lancer une grande campagne pour multiplier les réunions publiques de soutien, entre autre financier pour obtenir les millions d’euros nécessaires pour tenir la lutte? Il y a eu sans doute un certain manque de lucidité et de réactivités des équipes syndicales de base mais aussi de toutes les directions syndicales qui n’ont à aucun moment tenter la convergence des luttes par un soutien massif et central.
Quant au champ politique, un sondage IFOP de juin 2018 sur les élections européennes de l’année prochaine, donne la « gauche globale » à 29,5% des exprimés (FI, PC, Génération.s, EELV, PS, NPA) emmenée par la FI à 11% . Et le fait que certaines de ces organisations soient encore néolibérales montre tout le chemin à parcourir pour que la majorité des votes exprimés deviennent critiques du turbocapitalisme néolibéral et indépendant de lui ! Même si ce n’est qu’un sondage et que les sondages, loin des échéances, peuvent être « redressées » de façon opaque pour satisfaire les stratégies de ceux les payent, force est de noter que le chiffre global est légèrement supérieur à celui de la présidentielle. Seule la répartition interne du sondage est sans doute critiquable (un autre sondage donne la FI à 13% mais sur un total inchangé ; mais comme il n’y a pas de transparence sur les redressements…).

En fait, en France, comme dans toute l’Europe, c’est l’alliance des droites et de l’extrême droite qui se propulsent en avant. Même si les formes sont différentes, l’analogie avec les années 30 est manifeste et donc ne pas voir que nous devons nous battre sur deux fronts impliquerait une cécité totale. Nous devons nous organiser aussi bien contre les politiques néolibérales des européistes libre-échangistes que contre les politiques néolibérales des protectionnistes impérialistes. Tout cela ne peut s’analyser que dans la course à la concurrence exacerbée des impérialismes entre eux. Et ce renforcement de la concurrence exacerbée est une conséquence directe de l’aggravation des difficultés économiques rencontrées dans leurs infrastructures économiques (Voir le texte ci-dessous en annexe à celui-ci). Pour comprendre le pourquoi de la politique de Trump, il faut voir que depuis l’action du président étasunien les valeurs boursières européennes sont à la traîne face aux valeurs étasuniennes, que le dollar à remonté face au panier de devises de ces concurrents, que les taux à 10 ans américains sont de nouveau attractifs, que le SP 500 a monté de 32,7% depuis l’accession de Trump face au 11,33% de la zone euro, des 13,4% des émergents, et aux 29,2% des japonais, que dans les 6 semaines entre début juillet et la mi-août le SP500 a monté de 6,14% alors que l’Euro Stoxx a baissé de 4%, depuis l’élection de Trump la valeur des banques américaines a cru de 51% contre 4% des européennes, depuis les mesures protectionnistes trumpistes du 1er juillet 2018 le trafic boursier vers Wall Street a cru de 10 milliards de dollars alors que celui de la zone euro a baissé de 6 milliards comme celui des émergents de 3,2 milliards… La preuve que la politique de Trump est excellente… pour les gros actionnaires !

On ne peut combattre le mouvement réformateur néolibéral avec les idées et les pratiques sociales de la phase précédente

L’ensemble des idées et pratiques sociales de la « gauche dite radicale » correspond à une réponse à la phase précédente du capitalisme. En langage populaire, nous pensons que cette « gauche dite radicale » a un « métro de retard » car elle n’a pas réévalué ses idées, ses pratiques sociales, sa ligne stratégique en fonction du niveau atteint de la lutte des classes d’une part et du niveau d’aliénation tant des couches populaires ouvrières et employées que des couches moyennes intermédiaires. Quant aux couches moyennes supérieures, elles sont très majoritairement des alliés de l’oligarchie capitaliste et minoritairement aliénées comme les couches moyennes intermédiaires. Dire que la « gauche dite radicale » a « un métro de retard » veut dire que dans la phase précédente (avant la plénitude du turbocapitalisme néolibéral), les politiques de gauche pouvaient gérer le capitalisme, c’est-à-dire sans changer les rapports de production, en améliorant le sort des travailleurs et des citoyens. Aujourd’hui, cette amélioration ne peut avoir lieu que dans le cadre d’une transition vers un modèle politique post-capitaliste, c’est-à-dire en changeant les rapports de production. Il convient donc dans la phase actuelle de cerner les conditions de la révolution et non seulement clamer sa volonté de la faire y compris citoyenne.
L’incapacité de cette « gauche dite radicale » d’analyser les conséquences du krach de 2007-2008 a permis à l’oligarchie capitaliste d’ouvrir une phase nouvelle. Et cette phase nouvelle est concomitante à une aliénation grandissante d’une partie du salariat entrée dans le capitalisme « libertaire » de l’économie à la demande ou économie « collaborative ». Cette modification du rapport au travail a d’énormes conséquences sur la conscience des travailleurs y compris sur ceux qui ne sont pas directement touchés mais qui ont dans leurs proches des personnes qui sont entrées dans l’autoentreprenariat soit à titre partiel (avec du travail salarié partiel) soit à titre global. Sans compter ceux qui étant salariés utilisent en tant que consommateurs et donneurs d’ordre de façon grandissante ce nouveau capitalisme « libertaire » ubérisé qui développe une sorte de nouveau lumpenprolétariat au service d’abord des grandes entreprises mais aussi des salariés eux-mêmes. Ce développement exponentiel de ce « nouveau précariat » ne peut plus nous permettre de penser uniquement en termes de salariat (fonctionnaires, régimes spéciaux et CDI privés) et de chômage comme « armée de réserve ». Ce « nouveau précariat » surdétermine la conscience populaire. Si les cadres syndicaux, politiques, culturels ne prennent pas cela en compte, ils n’auront plus prise sur le réel et seront marginalisés2. On est sur cette voie. Plus tôt on en prend conscience mieux c’est.
Nous devons tout d’abord nous assurer que nous prenons bien en compte le réel et non nous appuyer sur une analyse erronée de ce dernier. Car s’il faut « aller du réel vers l’idéal », vouloir l’idéal à partir d’une analyse fausse du réel, revient à alimenter nos échecs futurs !
Nous devons ensuite, mais ensuite seulement, à partir de ce point de vue lutter contre toutes les surplombances (qui correspondent à ceux qui ne voient la politique que sur la base d’une seule contradiction dont celui de privilégier uniquement le conflit protectionnisme – libre-échangisme ou celui de ne privilégier uniquement que le souverainisme ou la constituante, etc.), et toutes les pensées magiques qui reprennent les analyses de nos adversaires (revenu universel dont le seul avenir crédible a été noté dès 1962 dans « Capitalisme et liberté » par le « pape » du monétarisme, Milton Friedman, etc.).
A partir de là, il est alors possible de construire une nouvelle ligne stratégique capable de s’opposer, pour la combattre efficacement, la nouvelle phase ouverte par le mouvement réformateur néolibéral.
Notre camp doit rester indépendant du néolibéralisme européiste et libre-échangiste (dispositif macroniste en France) et de celui qui vise à l’union des droites et de l’extrême droite impérialiste et protectionniste (différents populismes de droite étatsunien et européen). D’autant que ces deux forces pourraient s’allier si le grand patronat le décidait comme dans les années 30.
Mais notre camp doit d’abord gagner la bataille de l’hégémonie culturelle, sans laquelle le renversement de la table est impossible, tout en se développant sur le plan démocratique pour sortir de la nasse dans lequel nous sommes (voir ci-dessus). Gagner la bataille de l’hégémonie culturelle demande de développer dialectiquement les luttes sociales et politiques avec une formation de masse des militants et responsables politiques, syndicaux et associatifs mais surtout de lancer une campagne de masse d’initiatives d’éducation populaire refondée3. Quand nous prononçons les termes d’éducation populaire refondée, c’est pour rompre avec les pratiques des organisations naguère d’éducation populaire aujourd’hui supplétives des politiques d’accompagnement des politiques néolibérales (politique de la ville, etc.). Mais c’est aussi pour rompre avec les pratiques non démocratiques, bureaucratiques et verticalisantes qui se sont développés ces dernières années. Notre définition de l’éducation populaire refondée est d’être « une pratique culturelle qui vise à la transformation sociale et politique aux fins que chaque salarié ou citoyen soit auteur et acteur, individuel et collectif, de sa propre vie »
Car là est le problème dont il faut trouver la solution. Comment faire, voilà bien la question ! L’explicitation ne peut rentrer dans le cadre cet article déjà long pour un article de rentrée. Nous organisons des stages pour les équipes militantes qui seraient intéressées.

 

Concourir à une refondation du syndicalisme revendicatif

L’épuisement syndical provient principalement de l’inefficacité de la stratégie du « syndicalisme rassemblé » initiée par le couple Viannet-Thibaut. Stratégie acceptée soit avec enthousiasme soit en traînant les pieds, mais très largement acceptée dans le syndicalisme. Cette stratégie qui a « jeté le bébé avec l’eau du bain » pour se débarrasser de l’ancienne stratégie a supprimé des éléments qui pouvaient être aujourd’hui des points forts de la lutte (voir ci-dessous). Non pas qu’il faille revenir à la stratégie précédente qui a montré son inefficience (stalinisme, syndicat courroie de transmission du parti, communisme « soviétique » qui a implosé, etc.), mais parce qu’elle est aujourd’hui consubstantielle de la démobilisation populaire et notamment des couches populaires ouvrières et employées majoritaires en France. Ensuite parce que le turbocapitalisme mis en place en France par Macron a comme conséquence directe l’effritement rapide des couches moyennes intermédiaires dont une partie est en train de se prolétariser par le précariat et l’ubérisation lancés à grande vitesse. Alors que la stratégie du « syndicalisme rassemblé » s’appuyait sur la prévision d’un accroissement des couches moyennes intermédiaires. Errare humanum est, perseverare diabolicum !
Aujourd’hui, il faut renouer avec la double besogne déjà prévue dans la Charte d’Amiens en 1906, liant revendications immédiates et se préparer en même temps à passer dans un autre modèle politique post-capitaliste. Et dans ce cas, cela doit entraîner une remise en cause de l’utilisation des théories et des pratiques en dehors de leurs domaines d’efficacité. Prenons un exemple, l’utilisation du keynésianisme, opérante en période de taux de profits élevés dans l’économie réelle ( comme après 1945, est inopérante dans une période néolibérale. Deuxième exemple, le refus d’admettre que ce sont les lois tendancielles du capitalisme qui sont déterminantes en dernière instance. Et, non le seul volontarisme. Et, non en utilisant le couple gentillesse-méchanceté des dirigeants. Ras le bol de l’idée qu’il suffit de changer de président pour changer de politique. C’est le capital qui dirige la politique et les présidents successifs de la cinquième république ne sont que les gérants du capital. Il faut combattre principalement le capital et non ses gérants! Par exemple, parler de Macron seulement comme « président des riches », c’est occulter qu’il est d’abord et avant tout, un des gérants du capital ; ce point est d’une importance capitale. Pour cela, nécessité est de renouer avec la formation des cadres militants et surtout développer l’éducation populaire refondée (voir ci-dessus) pour tous les travailleurs sans laquelle il ne peut pas y avoir de victoire d’une nouvelle hégémonie culturelle. Luttes sociales et éducation populaire refondée sont les deux faces nécessaires de la pièce progressiste et révolutionnaire que nous devons écrire. Les syndicats qui continueront sans cette alternative de la dualité nécessaire « luttes sociales et éducation populaire refondée » verront leur influence diminuer inexorablement comme les nostalgiques du passé. Mais pour cela, il faut se rappeler que le syndicalisme est né, entre autres, du rassemblement des syndicats professionnels et des bourses du travail. Ces dernières étaient le lieu de l’éducation populaire ouvrière. Devenues des Unions Locales (UL), la stratégie du « syndicalisme rassemblé » a décimé cet outil indispensable qui a, pour ce qui en reste, abandonné l’éducation populaire refondée.
Ensuite et ce n’est pas le moindre, les Unions Départementales (UD) et les UL, comme les confédérations (ou leurs ersatz ailleurs, unions syndicale, ou fédération de fédération) ont subi une des lois tendancielles du capitalisme à savoir la tendance à la bureaucratisation des structures et organisations par un système électif à étages (pire que le Sénat !). Elles sont devenues des cartels de syndicats professionnels départementaux ou locaux dans lesquels les adhérents sont terriblement éloignés des choix de ligne, de stratégie et des choix des responsables. Et comme dans tout cartel ou collectif, c’est la démocratie qui en pâtie. Pas de démocratie selon les conditions de la démocratie de Condorcet en éloignant les travailleurs et les syndiqués des choix stratégiques importants et même de l’élection des dirigeants. Critiquer les modes électifs du Sénat ou des intercommunalités dans le champ politique devrait inciter à critiquer les modes d’élections des responsables nationaux syndicaux.
Les divisions syndicales doivent être réinterroger. Car il existe aussi des territoires, des entreprises, des services publics où le travail unitaire se fait de façon très correct avec un soutien des salariés(voir l’exemple ci-après des conducteurs SNCF de Sotteville). Mais dans la plupart des cas, c’est sans le soutien des salariés comme pour la manifestation des fonctionnaires du 22 mai 2018. Le patriotisme d’appareil est souvent un frein au travail de terrain. Il y a moins de 10% de syndiqués en France, de quoi développer tous les syndicats de lutte et transformation sociale. L’unité devrait se construire de la base au sommet sur la base de plateformes revendicatives (cf. Charte D’Amiens) débattues par les salariés à la base (et pas seulement dans un cartel de dirigeants syndicaux) et des pratiques unitaires valorisées par la démocratie dans toutes les organisations syndicales. La plupart des syndiqués et de travailleurs se sentent de plus en plus dépossédés du pouvoir de décision dans les luttes, pouvoir de décision renvoyé au sein des cartels syndicaux. Le rôle des Assemblées Générales4 des travailleurs doit être central pour la conduite démocratique des luttes. A condition bien sûr que les horaires de ces AG permettent à tous les salariés d’être présents et de respecter les 4 conditions de Condorcet de la démocratie. L’étude et la pratique de ces conditions et de ces pratiques font l’objet d’un stage de formation local au cours duquel nous pouvons fournir un intervenant. L’exemple récent de la victoire des conducteurs SNCF de Sotteville montre la voie à suivre. Tout y est : les conditions de la lutte, le moment de la lutte, la longueur de la lutte (54 jours d’affilée), les AG avec 100% du personnel, la pratique démocratique enfin pour les prises de décision, un appel, dès le début du conflit, à la solidarité ouvrière qui a permis une « cagnotte » permettant de tenir près de deux mois tous ensemble !
Enfin, une réflexion sur le nécessaire financement du syndicalisme serait nécessaire. Un financement au prorata du résultat des élections professionnelles5 ne serait-il pas mieux qu’un financement lié de plus en plus au bon vouloir du grand patronat ?
Même si cela ne peut aucunement se décréter, un mouvement de refondation syndicale sera, à terme, indispensable.

 

Concourir au rassemblement populaire dans le champ politique

Si le syndicat et l’organisation politique doivent rester indépendants, ces deux structures indispensables à la transformation sociale et politique doivent toutes les deux pratiquer la double besogne dans leurs champs et se rassembler lorsque c’est nécessaire dans le respect de l’indépendance de chacune des structures.
Mais plus aucune organisation politique ne pratique aujourd’hui la double besogne pour la simple raison qu’elles en restent à présenter seulement un programme politique, somme toute nécessaire mais insuffisant, et jamais un modèle politique post-capitaliste avec son processus de transition, qui alors devrait s’articuler avec le programme politique. Ce modèle politique devrait signifier les principes constitutifs, les ruptures nécessaires avec le modèle actuel, les exigences indispensables à la transformation sociale et politique et la stratégie à employer à l’instar de Marx et de Jean Jaurès qui eux proposait la stratégie de l’évolution révolutionnaire pendant la période de transition (comme nous le soumettons au débat dans notre livre sur la République sociale qui est à votre disposition dans notre « Librairie militante » en haut à droite de notre site ). Comme toute bifurcation historique est un processus, ce modèle noterait la façon dont pourrait s’effectuer la transition. Des idées claires devraient émerger sur toutes les principales questions que se posent non pas chez les seuls militants et responsables politiques mais aussi au sein des couches populaires ouvrières et employées mais aussi des couches moyennes intermédiaires tant celles qui sont en processus de précarisation et de prolétarisation que de ceux qui se posent des questions sur le sens de leur vie. C’est loin d’être le cas aujourd’hui.
Dans la dernière période, beaucoup de militants n’ont pas compris que le succès, limité, mais succès quand même, de la France insoumise est qu’elle a fourni un cadre avec les groupes d’action qui rompait avec la bureaucratisation de la plupart des organisations politiques, des cartels et des collectifs. Il est vrai au prix d’une verticalisation importante qui posera sans doute contradiction majeure si elle n’est pas résolue dans l’avenir. Mais, il est incroyable de ne pas comprendre le ras le bol de beaucoup de citoyens des dénis démocratiques de ceux qui n’ont que le mot «  démocratisation » à la bouche. Vouloir la démocratisation dans la société sans la pratiquer chez soi devient à la longue visible et insupportable. D’autant que nous sortons d’une pratique peu démocratique qui est celle de l’obligation du consensus produit par l’altermondialisme, qui excluait de ce fait la démocratie elle-même. Obligation du consensus entraînant l’obligation de l’autocensure sur les tabous de l’altermondialisme (laïcité, la nation, la république, etc.) sous peine d’être marginalisé sans débat. Cela rajoutait au non-démocratique produit par le procédé des cartels et des collectifs. On en voit la dérive dans l’évolution des forums sociaux mondiaux ou de ce qu’il en reste largement repris en main par des forces religieuses et des ONG dont les financements ne préfigurent en rien une velléité post-capitaliste! On pourra par exemple, voir le bal des hypocrites dans les communiqués de presse suite au décès de Samir Amin chez ceux qui l’ont combattu et qui passent sous silence son analyse contre les rassemblements ethniques et communautaristes (il assimilait par exemple l’islam politique à du fascisme et il proposait une internationale des travailleurs et des peuples dont les règles n’étaient pas celles de l’altermondialisme). Voir l’un de ses derniers textes et son entretien avec Christophe Ventura dans ce même numéro n°882.
Que pensez par ailleurs d’une période où seuls les dirigeants de l’oligarchie capitaliste avouent pratiquer la lutte des classes alors que certaines forces progressistes croient au consensus des 99% ! Confondre le consensus des 99% avec un bloc hégémonique politico-culturel, est une expression du retard théorique du mouvement social et politique aujourd’hui ! Warren Buffet, une des plus grandes fortunes du monde ne déclarait-il pas : « Bien sûr que la lutte de classe existe, et c’est notre classe qui est en train de la gagner ! ». Cette faiblesse des organisations politiques dite de la « gauche radicale » ou de la « gauche du peuple » qui n’osent pas se porter à la hauteur des enjeux est ce qui empêche les couches populaires ouvrières et employés d’adhérer au mouvement social ou politique. Comment comprendre que le premier choix des ouvriers et des employés est l’abstention alors qu’ils représentent 53% des français ! Que le PCF n’a pratiquement plus de vote ouvrier et n’a que 2% des votes exprimés des employés et que même la FI, aujourd’hui première force progressiste en France et de loin, a nettement moins de la moitié des votes exprimés ouvriers et employés que le Rassemblement national de Marine Le Pen(renvoyer à notre analyse du sondage IFOP de juin 2018 noté ci-dessus). Il ne peut pas y avoir de sortie par le haut sans la reconquête des voix ouvrières et employés car ils sont la majorité du peuple en soi. S’ils n’intègrent pas le peuple pour soi, il n’y aura pas de bifurcation sociale et politique possible quel que soit le tribun ! Il est là le plafond de verre !!!! Se désintéresser des smicards et de ceux qui sont juste au-dessus et qui sont majoritairement ouvriers ou employés est suicidaire. Et cette reconquête ne se fera pas avec un programme en guimauve ni avec des pensées magiques du type revenu universel dont le seul horizon est le projet de Milton Friedman de 1962 présenté dans son livre « Capitalisme et liberté », bible des monétaristes !
Venons-en à la formation des militants et à l’éducation populaire refondée pour le peuple tout entier. Quand une organisation politique vous dit : « Je pratique la méthode Alinsky ! », rappelez-lui que la première règle de cette pratique, sans laquelle l’action est inopérante, est que les militants doivent vivre dans le même quartier que ceux dont on veut transformer la colère en revendications victorieuses ! Quand une organisation politique vous dit « Je pratique l’éducation populaire ! », « je fais de la formation de cadres politiques », demandez-leur combien de personnes ont été concernées par ces actions! Et puis à vous de poser des questions aux organisations politiques et syndicales : « Combien avez-vous fait de réunions publiques pour expliquer aux citoyens le contenu des ordonnances Macron, pour présenter l’Action publique 2022, pour présenter les projets du gouvernement en matière ferroviaire, en matière de sécurité sociale (dont l’infâme prochaine contre-réforme des retraites qui arrivent), de services publics, d’école, etc. ?». Fermer le ban !
Quant à ceux qui vous disent que cela prend trop de temps de faire de l’éducation populaire refondée, la réponse est toute faite : « Préférez-vous un échec programmé de plus car vous ne programmez pas la campagne massive d’initiatives d’éducation populaire refondée qui permettraient d’ouvrir une perspective de victoire d’une nouvelle hégémonie culturelle ! ». Et oui, les pensées de Marx, Engels, Jaurès, doivent être complétés par celle d’Antonio Gramsci, qui a montré que, dans les pays développés, les lois tendancielles qui explicitent les crises du capitalisme et le fait qu’aucune transformation sociale et politique de l’histoire n’ait pu avoir lieu sans la victoire préalable d’une nouvelle hégémonie culturelle, sont une seule et même théorie cohérente.

Par quoi commencer ici et maintenant ?

Certains diront que nos critiques sont dures. Elles nous paraissent cependant nécessaires pour sortir par le haut de la crise de la gauche qu’elle soit sociale ou du peuple. D’autant que de nombreux sujets d’une importance capitale sont rarement traités par notre camp : quelle rupture écologique est nécessaire (la règle verte bien sûr mais aussi comment relancer la réindustrialisation indispensable de la France si on veut régler son déficit commercial structurel tout en pratiquant la rupture écologique, quel processus de transition énergétique, développer un féminisme social et non seulement sociétal, quelle rupture sociale pour modifier les rapports de production, etc. , quelle rupture démocratique est nécessaire y compris dans l’entreprise, quelle politique énergétique liée à la géopolitique de l’énergie est nécessaire et comprendre pourquoi nous avons malheureusement bradé Alsthom Energie par exemple, quelle souveraineté économique et monétaire, quelles sont in fine les projets néolibéraux en matière de sécurité sociale, de services publics, d’école publique, pourquoi il est indispensable de lier le combat laïque au combat social, comprendre les différentes lignes stratégiques, quel modèle politique post-capitaliste, rôle des transformations systémiques en matière de travail, pourquoi le processus révolutionnaire a aujourd’hui plus besoin de l’engagement des prolétaires intellectuels que des intellectuels militants, etc.).
Sans doute, la prise en compte de la refondation nécessaire ne se fera pas en quelques minutes ou même en quelques heures. Il faut donc bien commencer par un début. D’abord sortir du déni de la crise et de ce qu’on croyait encore juste il y a peu.
Dès à présent il nous faut, tous, réinterroger nos axes prioritaires et nos agendas. La multiplication de réunions « entre soi » ne fait pas avancer les luttes. Ne pas prendre ce temps du bilan et des choix à faire, c’est répéter sans fin des démarches chronophages qui nous épuisent.
Nous répétons luttes sociales, formation des militants et éducation populaire refondée pour toutes et tous, travailleurs et citoyens est une priorité et non un supplément d’âme. Nous sommes à votre disposition pour en discuter. Alea jacta est !

Annexe : Comprendre la nouvelle séquence en éradiquant les fausses bonnes idées

Notre adversaire n’est ni Trump, ni Macron, ni Merkel, ni le libre-échange. Pas plus que le protectionnisme notre ami. Notre adversaire, c’est le capital. Les trois premiers sont les gérants du capital dans leur pays et dans les pays sous leur influence. Ces trois premiers ont remplacés leurs prédécesseurs qui étaient également des gérants du capital. Et le capital se sert du 4ème et du 5ème suivant les circonstances. On entend Macron est le président des riches, comme ses prédécesseurs en pire! Il nous faut rompre avec la personnalisation du pouvoir qui laisserait à penser qu’il suffit de changer de locataire de l’Elysée pour aller dans le bon sens.
Trump a décidé d’utiliser des méthodes protectionnistes. Pourquoi ? Parce qu’il est « poussé » par l’oligarchie capitaliste de son pays. Pourquoi l’est-il ? Voilà la question qui mérite d’être posée.
Sur longue période, le taux de croissance du PIB par habitant étasunien baisse (directement corrélé sur la baisse des taux de profit dans l’économie réelle), les temps des périodes de récession augmentent, les temps des phases d’expansion diminuent, la part des salaires dans le PIB étasunien devient si faible que les ventes réelles par habitant chutent tout autant, la chute des investissements internationaux aux Etats-Unis est forte, voilà les raisons du déclenchement des mesures protectionnistes de Trump. Dès le déclenchement de ces mesures, la baisse des ventes de l’industrie allemande s’est produite sur trois mois consécutifs. C’est un début de guerre commerciale qui appellera des appels à des « unions sacrées nationales en soutien au capital national » « comme en 14 ». Nous devons sortir de ce nœud coulant !

  1. D’autres secteurs de cheminots étaient mobilisées, mais moins visibles en termes de suppression de trains : les personnels du fret. []
  2. Le soutien rapide aux autoentrepreneurs (ex. livreurs), qui luttent pour aller vers un statut de salariés doit être une priorité des structures syndicales départementales et régionales. []
  3. Cela implique la formation syndicale. Mais cela implique aussi de comprendre que l’éducation populaire refondée n’est pas de faire quelques réunions touchant peu de monde mais bien d’engager la bataille pour une nouvelle hégémonie culturelle gramscienne. L’éducation populaire refondée est une « pratique culturelle qui vise à la transformation sociale et politique au fins que chaque travailleur, chaque citoyen devienne auteur et acteur de sa propre vie ». Comme indiqué ce n’est pas seulement un objectif mais un ensemble de pratiques qu’il faut connaître qui permettent d’aller à l’objectif. Dit autrement, cela veut dire que c’est le chemin qui mène à l’objectif ! Cela implique des campagnes avec bien sûr des pratiques descendantes mais surtout des pratiques ascendantes de co-éducation. Toutes les méthodes de l’éducation populaire refondée sont à apprendre pour les appliquer bien sûr. Nous sommes là bien loin des pratiques culturelles de la gauche dite radicale. []
  4. Tout en formant les militants à contrer les tentatives de manipulations qui existent aussi dans les AG. []
  5. C’est en partie le cas dans la fonction publique. Certaines municipalités ou Conseil Départementaux accordent aussi des subventions dont le montant est calculé en fonction des résultats aux élections professionnelles dans le public comme dans le privé. Pour autant l’indépendance syndicale passe par la cotisation des adhérents. []
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org


Voir tous les articles de

Rubriques liées :

Tags :