Chronique d'Evariste

On ne peut contourner sans cesse le débat stratégique

mercredi 26 décembre 2012
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org

Il est toujours possible de retarder le débat stratégique mais pas indéfiniment… Celui que nous avions entrouvert dans notre dernière livraison du journal, vient de resurgir suite à l’annonce du départ de Marc Dolez du parti de gauche.
Bien que nous ne partagions pas toutes les réponses apportées par Marc Dolez et leurs conséquences, force est de constater qu’il répond aux questionnements du débat stratégique qui ont été largement évacuées par le Front de gauche en croyant que seule l’euphorie du sentiment et de la croyance permettra la nécessaire émancipation culturelle, sociale et politique.
Ces questionnements devraient se poser à tous les militants du Front de gauche et bien sûr au-delà, dans les assemblées citoyennes devenues trop souvent des comités de soutien aux élus et futurs élus du Front de gauche.
Voilà pourquoi nous insistons depuis longtemps pour remettre dans les priorités politiques, l’éducation populaire tourné vers l’action, qui est aujourd’hui le seul lieu, de notre point de vue, où ces problèmes sont posés.

Les processus des congrès des partis constitutifs du Front de gauche sont engagés. Nous vous invitons à aller voir si ces questions stratégiques vont être posées aux adhérents de ces partis, dans une démocratie renouvelée, et si les réponses vous semblent satisfaisantes. Nous reviendrons bien sûr sur toutes ses questions dès le début de 2013.
Ce qui est sûr, c’est que l’année 2013 va s’engager avec une attaque insensée contre la cotisation sociale et le financement solidaire (voir la lettre de mission du Premier ministre au nouveau Haut conseil du financement de la protection sociale), contre le système des retraites sur lequel le gouvernement semble souhaiter une évolution néolibérale à la suédoise des années 90, contre les droits légitimes des salariés, et bien d’autres choses dont les soubresauts de la crise systémique ne seront pas les derniers à nous inquiéter. Y a-t-il les réponses à la hauteur des enjeux ici et là ?
Voilà pourquoi nous allons participer, comme nous l’avons très souvent fait, avec le Réseau Education Populaire, partout où nous serons invités dès 2013 à ces débats cruciaux pour notre avenir culturel, politique et social.

En attendant, bonnes fêtes de fin d’année, et soyez fins prêts pour cette rentrée qui ne s’apparentera à aucune autre rentrée sociale et politique.

Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org


Voir tous les articles de