Société

Projet Macron : faire financer le logement social par les plus pauvres

jeudi 5 octobre 2017

Encore un sujet à développer dans des initiatives d’éducation populaire refondée pour comprendre le réel et préparer alors un avenir alternatif : le logement social. Le débat parlementaire est prévu au Parlement à la fin de l’année 2017. Les responsables de l’Union sociale de l’habitat (USH) qui regroupe le mouvement HLM viennent de claquer la porte des négociations. Le gouvernement a dévoilé sa « stratégie  logement ». L’objectif réel est de faire fondre les 18 milliards d’euros des allocations logement, tout le reste n’est que de l’habillage pour croyant de la nouvelle religion jupitérienne.

D’abord la baisse des APL de 5 euros permet en année pleine un effacement de 392 milliards. Malgré le fait que le secteur social ne capte que 45 % des aides logement, c’est 1,4 milliard qui est demandé au parc social de logement. Conséquence immédiate du fait que pour seule concession le gouvernement propose de maintenir l’existant sur deux points seulement : le maintien du taux  de 0,75 % du livret A et le maintien de l’allongement de la durée des prêts pratiqués par la Caisse des dépôts, la capacité d’investissement des parcs sociaux sera sérieusement amputé.
Qu’à cela ne tienne ! Le macronisme jupitérien a la solution a tout. Il veut alléger le travail des bailleurs sociaux par la vente annuelle de 40.000 logements sociaux à leurs occupants ! Donc soit les bailleurs vendent leur meilleurs logements, et fini la mixité sociale où elle existe et le logement social deviendra définitivement un ghetto assisté pour les pauvres ! Soit les bailleurs vendent les logements aux plus pauvres, et alors ce sera le développement de la catastrophe démarrée en Seine-Saint-Denis, et notamment au Chêne Pointu à Clichy-sous-Bois, où ce sont dans les parcs de copropriétaires pauvres que se développent l’habitat délabré et le retour des maladies des pauvres telle la tuberculose, jadis éradiquée en France par le développement de la Sécurité sociale et des parcs sociaux avec aide à la pierre.

Mais le nouveau credo jupitérien vient de dévoiler pourquoi il est intéressant pour les néolibéraux d’avoir un prélèvement à la source de l’impôt ! Cela permettra à l’Etat de réajuster les aides logement en fonction des salaires de l’année sur document fourni par les employeurs et non en fonction des salaires des années précédentes. Voilà qui va aider l’aménagement du territoire ! Oublié le problème des banlieues populaires !
De plus, on s’achemine vers un recul de la construction en général puisque le gouvernement veut supprimer, sans dire ce qu’il fera à la place, l’avantage fiscal Pinel et le prêt à taux zéro pour les petites villes et pour le secteur rural !
Même l’augmentation de la construction pour les étudiants se fera avec des loyers très élevés.
Mais ce qui est incroyable, c’est que ce gouvernement jupitérien veut maintenir les aides à la personne dont toutes les études montrent que cela conforte les propriétaires par leur tendance inflationniste concernant le montant des loyers car les propriétaires « ajustent » leurs loyers en fonction des aides au logement. Il s’agit plutôt, on le comprend trop bien, d’aider la grande bourgeoisie à augmenter son taux de profit personnel non dans l’économie réelle productive (ce qui n’est plus possible) mais sur le dos des plus faibles.
En fait, c’est la même raison qui explique pourquoi les néolibéraux veulent fiscaliser la protection sociale !

En dernier lieu, pour relancer la construction, le macronisme jupitérien veut exonérer de taxation les plus-values foncières. Encore un cadeau à la grande bourgeoisie. Et bien sûr, pas de relance de l’aide à la pierre pour le parc social ! Pas de Sécurité sociale du logement qui sera la pierre angulaire d’une société humaniste après la révolution citoyenne ! Discutons-en dans des initiatives d’éducation populaire refondée.

Par

Voir tous les articles de