Débats politiques

Mines défaites et flambée d’orthodoxie à gauche

mercredi 11 mars 2015

Didier HANNE a notamment publié, en collaboration avec Antoine Artous : Droit et émancipation aux éditions Syllepse (2005) et L’impossible gauche morale ? Revue Contretemps, n°18 (2e trimestre 2013).

Une question taraude fort peu les intellectuels de gauche, semble-t-il : pourquoi tant de gens votent-ils si mal ? Rappelons-nous, pourtant. Au premier tour de l’élection présidentielle de 2012, après 10 ans de pouvoir chiraquien puis sarkozyste, près de 20 millions d’électeurs votaient pour les candidats de centre droit, de droite et d’extrême droite… A gauche (PS, Front de gauche, écologistes et extrême gauche) le total ne parvenait qu’à 15 millions et demi. Hollande a gagné, certes (en partie d’ailleurs parce qu’une partie de l’électorat du FN s’est abstenue au deuxième tour), mais n’y avait-il pas déjà un petit problème susceptible d’attirer l’attention ? D’autant que de sérieux avertissements avaient été lancés avant 2012 : en 1995 et en 2007, la gauche avait été minoritaire face à la droite aux premiers tours des présidentielles (c’est-à-dire lorsque les électeurs ont vraiment la possibilité d’exprimer leurs préférences politiques).
Trois ans après 2012, la minorisation de la gauche, toutes tendances confondues, s’est encore aggravée dans le pays… Esquiver la question de la force de l’électorat des droites devient encore plus problématique. C’est pourtant ce qui arrive.

Mystérieuse puissance électorale des droites

L’interrogation avait pourtant été soulevée par Jean-Claude Michéa dans plusieurs de ses livres.1 Certains ont trouvé que celui-ci, qui n’hésitait pas à se pencher sur les motivations pas nécessairement coupables d’un « petit peuple de droite », frôlait un sombre précipice. D’après eux, se demander pourquoi les gens votent à droite, ce serait adopter une attitude « compréhensive », donc, inéluctablement, glisser à droite soi-même. Et hop ! La question ne sera pas posée (et Michéa sera radié des cadres de gauche)2.

On connaît la thèse de Terra Nova qui théorise, à l’usage de la direction du PS, un processus de déprolétarisation présenté non seulement comme inéluctable, mais comme souhaitable. Changeons de peuple à défaut de changer la société, tournons-nous vers les classes moyennes ou supérieures, car ces gens d’en bas, de banlieues ou de zones péri urbaines, tendanciellement conservateurs et portés aux inquiétudes, sont inaptes à la modernisation. Or selon l’impérissable déclaration de Dominique Strauss-Kahn : « le socialisme, c’est l’espoir, l’avenir et l’innovation » (2011). Le pessimisme parfois mâtiné de nostalgie des «gens de peu», leurs réticences à la modernisation échevelée ne sont pas chics, mais « réac ».

Du côté de la gauche critique ou de l’extrême gauche, que dit-on à propos de cette mystérieuse puissance électorale des droites ? A peu près rien. Pourtant, l’existence d’un électorat ouvrier de droite est ancienne. Quant au problème central de la période, à savoir la montée en force (idéologique, électorale et militante) de l’extrême droite en France et en Europe, presque partout au détriment des gauches, il ne suscite aucune remise en cause sérieuse, si du moins on considère que ramener systématiquement les succès du FN aux coordonnées de la montée du fascisme des années trente n’en constitue pas une. La reductio ad hitlerum, plus ou moins sophistiquée selon les auteurs, continue d’être le fond de sauce de l’orthodoxie d’extrême gauche.

On nous parle « d’extension des domaines de la droite » (Boltansky et Esquerre),3 ou encore d’une « humeur idéologique néoconservatrice » (Corcuff)4, mais jamais on ne nous explique pourquoi la gauche rétrécit dans toutes ses composantes. Parfois, on reconnaît et déplore l’avancée du bulldozer électoral FN dans les couches populaires. Mais rarement jusqu’à se demander pourquoi les solutions de rechanges présentées (à chaque élection en tout cas) par la gauche non gouvernementale ont si peu d’écho dans ces mêmes catégories. Par exemple, Jean-Loup Amselle pense avoir trouvé la clef quand il écrit dans Les nouveaux Rouges-bruns – un opuscule essentiellement consacré à démontrer que Michéa « fait le lit du Front National et de Riposte laïque » pour nager dans le courant du « racisme qui vient »5 – que c’est « la disparition des structures d’encadrement du parti communiste et du front de gauche en milieu populaire (…) qui explique, en liaison avec le recrutement moins plébéien des responsables, la désaffection de ces mêmes couches pour le vote de gauche. »6 Raisonnement parfaitement circulaire qui ne nous explique pas pourquoi les organisations de gauche, anciennes et nouvelles, ont reflué et vu leurs structures militantes quasiment disparaître des ensembles urbains et péri-urbains rassemblant les milieux populaires.

La montée du FN, rien à voir avec nous ?

Récemment, on pouvait lire dans un article d’Isabelle Garo, consacré à exposer que « les livres de Michéa sont à mettre au nombre des produits délétères des crises les plus profondes du capitalisme », quelques analyses conclusives sur la poussée du FN.7 Une « démonstration », où se combinent déni de la réalité et déterminisme sommaire…

D’abord, pour Garo, tout cela n’est pas vrai, on exagère beaucoup l’écho du FN dans les couches populaires : « (…) le peuple de Michéa est une pure construction, qui ne s’appuie sur aucune donnée sociologique, aucune connaissance vérifiable. Ce qui n’empêche évidemment pas qu’un vote populaire raciste, inégalitaire et homophobe existe, et qu’il tende à s’élargir, mais non pas seulement ni d’abord du côté des classes populaires »(souligné par moi DH). Ceci écrit peu de temps avant l’élection législative du Doubs qui voit une circonscription largement ouvrière voter à 48,5 % pour le FN… On cherche en vain une seule ligne de Michéa où celui-ci affirmerait que la montée du FN se ferait exclusivement en milieu ouvrier. A se demander qui Garo terrasse ici…

Il est vrai qu’en soulignant l’importance croissante de la composante ouvrière du vote FN (qui n’exclut pas que d’autres catégories sociales y apportent leur contribution), on tourne le dos à certaines formules du Manifeste Communiste qui réservaient aux classes moyennes la capacité d’être réactionnaires et au prolétariat celle d’être révolutionnaire8…Le sacrilège est patent. Faut-il pour autant s’aveugler sur ce qui se joue en ce moment, en relativisant la capture par le FN de secteurs de plus en plus nombreux du prolétariat actuel ?

Ensuite, (et parce que quand même !), les désorientations des classes populaires s’expliquent par la force du capital et les impacts délétères de la crise. Point à la ligne. Rien n’existe hors du « procès de production ». Vous avez l’infrastructure, voyez-vous, c’est là que cela se joue, et puis un ensemble de dispositifs fragiles, les superstructures, et là-dedans, encore plus volatiles et évanescentes, les idées et les actions des gens. Des bulles sans consistance, ballottées par le grand Tout, vouées à n’être que des effets (du procès de production, bien sûr) et jamais des causes. On est « marxiste » ou on ne l’est pas…

Comme si la sphère politique, écrasée par les réquisits de l’économie, n’avait aucune autonomie. Les postures et discours de l’extrême gauche – qui à un moment donné ont cessé d’être réservés aux initiés (cf. la place un temps réservée dans les médias à Olivier Besancenot) – ne faisaient donc pas partie de la situation ? Soyons concrets : le NPA, après de réels succès électoraux (qui n’ont jamais pu dépasser la barre des 5 % des voix exprimées, quand même), et en dépit d’un porte-parole avenant, s’est rapidement effondré sur lui-même. Est-ce la montée du chômage et de la précarité qui expliquent son trou noir ? Le Front de gauche stagne, doté pour l’instant d’une assise sociale qui ne tranche pas vraiment avec celle du PS. Ça ira mieux demain, quand les aberrations du capitalisme financier et spéculatif auront tout ravagé ?

Éviter ces questions gênantes présente l’avantage de ne pas avoir à en examiner d’autres qui en découleraient logiquement : est-ce qu’il n’y a pas, dans les idées-clefs de la gauche et de l’extrême gauche autorisées, des thèses, des représentations, des slogans qui ont pu contribuer aux succès du FN ? Pour nombre d’intellectuels, à les lire, la raison de ces impuissances serait à chercher uniquement dans la force des adversaires, la puissance du capitalisme, la « pensée unique » régnant, paraît-il, dans les médias, et jamais dans le fond de pensée de la gauche critique.

A gauche, quelque chose de rebutant ?

Pour ma part, dans la sombre période actuelle, j’aurais, je l’avoue, tendance à me reposer la question d’Orwell, vieille de 70 ans, mais d’une si redoutable actualité :

« L’idée du socialisme est moins acceptée qu’il y a une dizaine d’années. L’individu normalement doué de raison ne se contente plus de ne pas être socialiste, il est aujourd’hui activement opposé à cette doctrine. Et cela tient, sans doute, avant tout à des méthodes de propagande aberrantes. Cela signifie que le socialisme tel qu’on nous le présente aujourd’hui, comporte en lui quelque chose intrinsèquement déplaisant, quelque chose qui détourne de lui ceux qui devraient s’unir pour assurer son avènement. »

Retour à l’ici et maintenant : qu’avons-nous pensé, qu’avons-nous dit, qu’avons-nous fait pour perdre ainsi presque toute crédibilité auprès de si larges fractions du prolétariat, au moment où le capitalisme s’attaque brutalement aux acquis sociaux ? Quelle est cette figure collective qui surnageait de tous nos actes et discours et a fini par nous faire rejeter si sèchement ? Un seul exemple : a-t-on réfléchi aux effets de sens ravageurs, notamment lorsqu’ils parviennent aux oreilles des gens d’en bas, ce qui arrive plus souvent qu’on ne le croit, des invectives régulièrement, adressés au « populisme », figure obligée de tout un tas de penseurs et éditorialistes bien en vue ?

Tout intellectuel de gauche à peu près lucide devrait se poser ces questions. Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Certes l’alarme est sonnée. Mais le glissement « vers l’extrême » n’aurait au fond que des raisons objectives, indépendantes de nos volontés, de nos représentations et de nos actions. C’est que comme l’écrit François Sabado (dirigeant du NPA) : « Nous vivons la fin d’une époque» (…) La contre-réforme néolibérale a submergé le monde. »9 Pas entièrement faux. Mais comme on ne voit pas poindre dans ce texte le moindre début de reconnaissance d’une responsabilité propre de l’extrême-gauche dans la formation de ce tableau déprimant, on peut craindre qu’il ne s’agisse là que d’une analyse pré-orientée vers le repli sur soi (en vue d’une nouvelle traversée du désert ?).

Quelques hypothèses devraient pourtant être examinées, quitte à faire un peu de ménage dans les habitudes de pensée (ou d’impensé10), si du moins l’on veut que la gauche renoue un jour avec le peuple réel. On rencontrera alors, inévitablement, quelques-unes des questions essentielles posées avec constance par Jean-Claude Michéa. Je précise ici que j’ai quelques désaccords, mais des désaccords donnant envie de débattre et non d’invectiver, avec Michéa. Principalement sur la place de l’individualité dans la socialité, le rapport entre droit et émancipation et, sur un plan politique, le sens de la notion « gauche » (référence qu’il a décidé d’abandonner, à tort à mon avis en dépit de ses ambiguïtés). 11

La morale, un concept réactionnaire en substance ?

En renonçant à la critique morale du capitalisme qui était pourtant la marque du socialisme naissant – au moment où la corruption bat son plein dans les élites de tout acabit – la gauche est largement passée à côté de la protestation contre le supercapitalisme cynique, nourrissant le vote FN et l’abstention. Car ceux-ci ont, entre autres mais incontestablement, une dimension anti-corruption. C’est d’ailleurs cette composante non négligeable du vote FN qui créera assez vite quelques contradictions sévères en son sein, voire même sonnera la fin de la jusqu’ici irrésistible montée du FN, quand les yeux s’ouvriront sur les pratiques financières et le rapport à l’argent très douteux de quelques dirigeants de ce parti…

Difficile également de ne pas voir que les succès de Podémos en Espagne ont manifestement un lien étroit avec sa capacité à se poser en alternative morale au système corrompu qui fusionne affaires et politique en Espagne aussi.

De son côté, rompant ses dernières amarres avec le socialisme encore éthique des Jaurès, Blum et Mendes-France (Durkheim et Mauss12 aussi), le PS s’est mis à fabriquer en chaîne toutes sortes de créatures politiques dépourvues de scrupules, qui, ayant colonisé l’espace public, se montrent et s’étalent, contribuant à ce que la politique soit perçue comme un monde sans foi ni loi, avant de finir par alimenter… la rubrique judiciaire des médias. Tapie, Guerini, Huchon, DSK, Cahuzac, Arif, Thouvenout, Benguigi, Lepaon… et il faut mettre un tas de « etc. » à ce cortège qui n’est pas près de finir.

Comme l’écrivait Karel Kosik en 2000, « l’atmosphère du moment est telle que les voyous s’y portent mieux que les honnêtes gens ». C’était pour son pays malmené par la restauration capitaliste sauvage, qui avait fait surgir une armada de bandits experts et de voyous affairistes, écartant sans ménagement la plupart des dissidents. Cette « société sans morale » qu’il dénonçait jette à mon avis quelques lumières sur la France de 2015.

Garo en tout cas n’a rien remarqué. Par contre, elle accuse Michéa de « s’opposer frontalement aux enjeux politiques et sociaux » notamment parce qu’il serait un « peintre pathétique du naufrage moral de la gauche ». Ainsi, ce n’est pas le naufrage moral de la gauche qui est « pathétique », c’est celui qui le constate.

Certes, l’extrême gauche n’est pas concernée par les méfaits du capitalisme cynique et les conduites amorales, parfois même criminelles,13 qu’il encourage. C’est à un autre niveau que se situe le problème : la répugnance théorico-politique à jeter un regard moral sur certains des problèmes de la société. Le moment est-il bien choisi pour ricaner de l’éthique, posture devenue une sorte de signe de reconnaissance dans la galaxie critique ? Il suffit de lire : à peu près tous les articles qui sortent en ce moment pour nous rabâcher que la droite progresse parce qu’elle a gangrené la gauche – et que tout ça c’est la faute à Michéa, Bouvet, Le Goff, Guilluy, Lagrange qui nous inoculent le venin réactionnaire – éprouvent le besoin de ferrailler contre la morale, vite dit, vite fait, comme pour envoyer un signe de reconnaissance et stimuler les connivences. On dénonce le « prêchi-prêcha moralisateur » (Martelli)14, la morale en tant que « thème éculé » (Boltansky/Esquerre) ou « thématique régressive » (Garo), la « moraline » (expression que des radicaux très à gauche n’hésitent pas à puiser chez Nietzsche) ou les « paniques morales » (Mucchielli, Fassin) et autres virtuosités sémantiques visant toutes à bien enfoncer dans les crânes de gauche cet axiome de base, indiscutable par définition : toute préoccupation morale renvoie à droite, à un « transcendantal pétainiste », comme dirait Alain Badiou…15

En tout cas, c’est en situation (sous l’empire du supercapitalisme cynique), qu’il convient de se demander quel est le sens de la diatribe de Garo contre la common decency chère à Michéa : « Quant à la question morale, devenue la bannière idéale d’une gauche enfin « décente », – avec ce que le terme de décence tel que l’emploie Michéa laisse entendre de nature essentielle, opposée aux perversions et aux artifices, bien loin de la conception qui fut celle d’Orwell – elle est au mieux source de dépolitisation, au pire détournement pitoyable ». Michéa « laisse entendre », paraît-il. Comprenons plutôt que, lorsque le mot « décence » est prononcé, Garo décide d’entendre : « nature essentielle ».

Quant à Michéa, pour ceux qui s’intéressent à ce qu’il dit plutôt qu’aux acouphènes de sa contemptrice, voici à titre d’exemple, ce que, interrogé sur la question de savoir comment faire pour promouvoir les «vertus de base», il répondait en 2007 :

« Il s’agit plutôt de construire progressivement un contexte politique, social et culturel qui favorise indirectement les dispositions à l’égalité, l’entraide et l’amitié plutôt qu’à l’égoïsme et à la guerre de tous contre tous. Cela n’a rien d’utopique. Qu’est-ce qui favorise, dans nos sociétés libérales, les progrès de l’égoïsme ou du désir de réussir au détriment de ses semblables ? C’est bien tout le contexte mis en place par la civilisation juridico-marchande, à travers, par exemple, son urbanisme son organisation du travail, ses structures éducatives, sa propagande publicitaire ou son industrie de l’information ou du divertissement. »16

Michéa, qui se rend parfaitement compte que la Common decency ne se défendra pas toute seule,17 estime donc qu’il s’agit de lui construire des situations favorables. Un problème qui, on l’accordera, ne se pose que si elle n’est pas une « essence » supra naturelle et indifférente aux contextes. Cette idée d’une moralité sociale, durable mais pas « éternelle » ni indemne de ses environnements, est répétée des dizaines de fois dans les livres ou entretiens donnés par Michéa. Hélas, ce son-là n’est pas parvenu aux oreilles de Garo.

Et, après avoir affirmé que Michéa trahit Orwell, ce qu’on est prié de croire sur parole (pas le moindre argument, aucune citation à l’appui), Garo de tirer son bouquet final grandiose :  « (…) l’une des urgences, à gauche, est de rendre aux classes populaires leur initiative politique, loin de tout clivage moral ou ethnique, afin de porter une alternative au capitalisme ».

Ah bon ? Elle n’est pas un peu éthique, « l’alternative » au capitalisme ? On admet, face au capitalisme justement, qu’il puisse y avoir multiplicité de fronts à partir de clivages sociaux, politiques, féministes, écologiques, juridiques, antiracistes, environnementaux etc. au demeurant très enchevêtrés et traversants. Par contre, un clivage moral, non, non, ça n’existe pas. Et si ça existe, c’est à renvoyer du côté du «clivage ethnique», car on n’est jamais avare d’amabilités chez Isabelle Garo, pour qui moralisme et racisme c’est tout un. Mais alors, entre tel ministre qui fraude le fisc et tous ceux qui payent leurs impôts sans tricher, entre un patron qui s’octroie un million d’euros de salaire mensuel et son salarié à 1 400 euros, entre tel dirigeant politique qui fait de l’abus de bien social une source de revenus complémentaires et un chômeur à qui on rabote ses indemnités, qu’y a-t-il ? Rien qu’une contradiction de classe ? Pas du tout de clivage moral ?

Si l’on veut bien admettre l’existence de quelques contradictions morales, pourquoi pas aussi un « front éthique », et quelques militants pour y monter ? Je ne vois pas ce que des écosocialistes auraient à y perdre. Mais probablement pour Isabelle Garo doit-il y avoir des clivages féconds (les politisants, enfin, ceux qui sont à sa main) et d’autres qui ne le sont pas (les dépolitisants, enfin, ceux qu’elle ne parvient à politiser)…

Et que durent les doux délires du relativisme ?

Ensuite, il faut dire un mot des ravages du constructivisme, courant d’idées très présent dans les sciences humaines (secteur où sont perchés une grande partie des auteurs ou politologues faisant autorité dans l’intelligentsia de gauche). Le constructivisme s’applique à mettre en doute l’idée d’une réalité empirique détachée des jeux de langage. Tout est question de « définitions », tout est « relatif », tout « s’invente ». Le réel n’existe pas, avant d’avoir été nommé. Le constructivisme est par certains aspects une réaction au matérialisme. Certes, il existe des matérialismes sommaires méritant de bonnes fessées théoriques, mais c’est le matérialisme historique, dialectique et concret qui reste la cible du constructivisme déréalisateur.

A la fin, tout ceci finit en un curieux « agnosticisme savant » : on ne peut rien savoir de ce qui arrive réellement, (au mieux : le réel nous parvient défiguré par les catégories a priori de l’entendement ou par les jeux de langage qui le constituent ; au pire : le réel n’est pas certain, il n’y a de sûr que le Verbe). Conclusion : travaillons plus sur les mots et moins sur les choses, celles-ci relevant au mieux d’un lointain arrière-fond, peu dense, et ainsi offert à tous les discours, y compris les plus farfelus,18 les plus désinvoltes par rapport aux faits. II y aurait sans doute à s’interroger sur l’étrange coïncidence entre le développement sans précédent du capitalisme fictif (où les valeurs d’échanges sont dans certains secteurs financiers devenues totalement indépendantes de toute valeur d’usage) et la séduction exercée par une idéologie qui tend à sectionner les rapports entre le monde empirique et les discours tenus.

Bien sûr, une démarche relativiste, en aidant à saisir qu’il n’y a pas de réalités supra-historiques ou d’essences éternelles dans le monde humain, peut produire des résultats significatifs. Un regard marxiste sur le monde implique d’ailleurs nécessairement un moment relativiste. Mais quand cela devient une idéologie systématique, dont la «déconstruction» de tout et n’importe quoi est le mot d’ordre, posture enveloppée en général de métaphores éblouissantes, on risque de désintégrer le concret, de passer à côté de quelques invariants anthropologiques et de fournir le carburant à de superbes décollages… du réel.

Même si plein de médiations existent entre ce que profèrent les essayistes et ce qui parvient aux oreilles des catégories populaires, il ne faut pas sous-estimer la façon dont constructivisme et relativisme informent depuis fort longtemps les discours politiques tenus à gauche et le fait qu’ils ont fini par produire certains effets hors du champ intellectuel.

Or il se trouve que la gauche ne peut sortir d’elle-même, se tourner vers ce qui lui est extérieur (démarche imposée par la force maintenue des droites dans un pays comme la France), trouver les mots et les actes susceptibles de toucher les gens ordinaires, que si elle tient un discours connecté aux réalités et aux sensibilités de masse qu’elles produisent constamment, au travers d’interactions complexes, jamais complètement déconnectées des expériences.

Une chose est sûre : si la petite musique de fond de la gauche consiste, en permanence, à qualifier les inquiétudes populaires de « fantasmes » et leurs préoccupations de « délire », voire de « peste émotionnelle », la bataille est perdue. Hélas, c’est bien ce à quoi s’emploie la majorité des intellectuels en vue de la tribu post-soixante-huitarde, depuis des décennies, et sur des problèmes aussi variés que brûlants : la crise de l’éducatif, l’insécurité, le danger terroriste, l’existence de tensions inter-culturelles… Sur tous ces sujets, il n’était certainement pas question de se rallier aux thèses du FN, pas plus que d’oublier d’autres sujets brûlants, dont ce parti ne dit mot. Mais les appréhender, ceux-là seuls et en particulier, comme des « constructions », les décréter sujets indignes en soi, « champs » intrinsèquement réactionnaires, et laisser ainsi entendre qu’ils n’avaient pas de rapports avec le monde vécu de millions de gens, là était l’erreur, qui, répandue en états d’esprit diffus, a bien l’air d’avoir été funeste.

Tout doit être liquidé ? Aucune zone à défendre ?

Enfin, sans doute faudrait-il questionner un réflexe intellectuel qui, pour être très répandu, n’en est pas moins problématique. En se demandant par exemple : n’y aurait-il pas un rapport entre l’anti-conservatisme primaire affiché à gauche et à l’extrême gauche, qui semble malgré de féroces désaccords les unir dans un penchant pour la fuite en avant, et le fait que droite et surtout l’extrême droite sont parvenues à apparaître comme plus « sécurisantes » aux yeux d’une fraction substantielle du prolétariat actuel ?

Etant noté au passage que la synthèse entre le socialisme et l’écologie, cet écosocialisme ou cette écologie sociale que beaucoup appellent à juste titre de leurs vœux, est rigoureusement impossible si l’on refuse d’admettre qu’une « certaine sensibilité conservatrice n’est pas incompatible avec l’esprit révolutionnaire ».19

Plus généralement, comment peut-on encore tirer à boulets rouges sur le «conservatisme», pris comme un bloc, forcément sordide, dès lors qu’il est démontré, chaque jour, en général et en particulier, en France et ailleurs, que le système capitaliste se donne comme une gigantesque entreprise de transformation permanente ne laissant rien indemne (un diagnostic toujours pertinent de Marx évoquant « l’insécurité perpétuelle ») dont il est difficile de ne pas voir que « l’obsolescence programmée » est l’un des maîtres mots ? Disputer à l’ultra-libéralisme le thème du mouvement, du «progrès irréversible», de la fascination pour le neuf, y compris en matière de tripotage biotechnologiques de la reproduction et des filiations (voir à ce sujet les avertissements répétés lancés par Jacques Testart à propos du clonage humain), n’est-ce pas une sorte d’installation dans le monde tel qu’il va ?

S’il est question de se méfier du contexte au nom d’une «éthique de responsabilité», comme le répète Philippe Corcuff, ce qu’on peut entendre, pourquoi ne pas se demander si l’éreintement tout azimut du «conservatisme», en cette période de changements accélérés – et sans opérer de distinction entre ce qui mérite d’être défendu, conservé et ce qui mérite d’être transformé, remanié, mais en mettant la même ardeur à ces deux combats lorsqu’ils sont justifiés sur des points concrets – ne mène pas aussi à des voisinages préoccupants dans le contexte, précisément ? Sur cette détestation du « passéisme » on a quand même un continuum spectaculaire qui va d’Alain Minc, en passant par BHL, Pierre Bergé, Jacques Attali, Manuel Valls et Emmanuel Macron, jusqu’à… Eric Fassin.

Peut-on encore user de la théorie du soupçon pour discerner un « air de famille » ou « des parasitages préoccupants »20 entre Zemmour, Finlkielkraut et Michéa, au prétexte que ce dernier assume que, sur certains points, « c’était mieux avant » ? Eh bien oui, désolé, sur quelques points importants, et pour des tas de gens, c’était mieux avant. Il y a quelques zones à défendre

Bien au contraire, on devrait envisager calmement, en se souvenant du mot de Michel Leiris dénonçant « la merdonité », qu’une transformation positive et mesurée de la société pourrait consister, aussi, en une démodernisation relative, bien ciblée sur ce qui est déjà allé trop loin, en intégrant certains apports des théories de la décroissance. Cela suppose de se montrer capables de « faire le tri entre les bonnes et les mauvaises formes de conservatisme ».21, de rompre avec le dénigrement généralisé et unilatéral de l’esprit de « tradition » 22

  La gauche, oui, ce vieux machin en péril qui doit inventer, mais aussi mettre les freins, si elle ne veut pas se laisser emporter dans l’ouragan de l’illimitation. Michéa pense que c’est déjà fait. Il a tort. Mais à lire Garo et quelques autres, on se dit qu’il y a du pain sur la planche pour que la gauche et l’extrême gauche disent adieu à l’anti conservatisme primaire pour se positionner en critiques de la modernité merdique et du transformisme illimité qui est l’une de ses caractéristiques.

Il y a bien, et c’est pour notre malheur, un esprit d’orthodoxie qui circule dans la gauche et l’extrême gauche. Pas que là, mais là aussi.

Philippe Corcuff a raison de railler la « rebellitude floue » de ceux qui se présentent comme des victimes de la pensée unique, alors qu’ils occupent les médias. Pour autant, il n’y a aucune contradiction à constater deux phénomènes réellement concomitants : une gauche de plus en plus rabougrie, minoritaire, un vrai regain de la pensée de droite et d’extrême-droite, exploitant un non moins vrai discrédit de l’intelligentsia de gauche et, en même temps, dans les sous-univers de celle-ci (se répandant aussi dans les médias dont elle n’est pas du tout absente contrairement à ce dont elle se plaint), une dogmatique implacable qui tape sur tout ce qui renâcle aux certitudes, et s’applique à transformer tout problème nouveau en un ancien, résolu depuis longtemps dans ses livres sacrés, ce qui ne l’empêche pas de donner l’assaut aux conservatismes dont elle a besoin pour mieux se définir et se délimiter. Dans la pratique, cela donne trop souvent : 1°) intensifions la chasse (pour l’instant heureusement livresque) aux salauds qui font le jeu de la droite (et mieux vaut en attraper plus qu’il y en a que d’en laisser échapper un seul). 2°) restons entre nous (ça diminue les désagréments de la contradiction).

Face au déferlement de malveillance des grands sachants orthodoxes contre tout iconoclaste – dont a témoigné le sort infligé à Michéa, pourtant l’un des rares éveilleurs de pensée ou « déclencheurs d’alerte » apparus dans la mouvance de ceux qui résistent au devenir capitaliste23 – il est parfois légitime de se demander si l’enjeu de ces salves d’obus en forme de rappels à l’ordre intellectuel n’est pas, aussi et tout simplement, la conservation de chasses gardées. Chacun sait que des jeux de pouvoirs minuscules peuvent parfaitement subsister, quelle que soit la situation politique, dans les bulles avec tout confort de certains milieux compliqués et décalés.

En tout cas, pour réussir l’exploit de se faire faucher les catégories populaires par les droites, encore fallait-il, entre autres causes, qu’une pré-condition politico-intellectuelle existe : que l’idéologie dominante à gauche soit devenue (car elle ne l’était pas à ses commencements, et jusqu’aux années soixante) antimorale, outrancièrement relativiste et ultramoderniste.

On continue ?

NOTES

1 Voir notamment Les mystères de la gauche, Climats, 2013.

2 Pour prendre la mesure de l’opération « cordon sanitaire » lancée contre Michéa, il faut parcourir : Le laisser-faire est-il libertaire ? Serge Halimi, Le Monde diplomatique, juin 2013 ; Impasse Michéa, et  Michéa : le meilleur, le bizarre et le pire, articles de Frédéric Lordon  publiés en 2013 et 2014 sur le site de la « Revue des livres »; Vers l’extrême, Luc Boltansky Arnaud Esquerre, Editions Dehors, 2014; Les nouveaux rouges-bruns (le racisme qui vient), Jean-Louis Amselle, Lignes, 2014 Voir également l’article signé Alexis paru dans Le Monde Libertaire, n° 1735, 20-26 mars 2015 : Le problème Michéa. Enfin, d’Isabelle Garo, Au nom du peuple Michéa réécrit l’histoire, article paru sur le site de la revue « Contretemps » fin 2014, puis repris sur le site du NPA. Un peu à l’écart de la meute, et pour une critique plus subtile – bien qu’elle revienne quand même à reprocher à Michéa, par inadvertance ou sous-estimation des contextes, de faire le jeu du « néoconservatisme » – on peut lire : Les années trente reviennent et la gauche est dans le brouillard, Philippe Corcuff, Textuel, 2014.

3 Vers l’extrême, op. cit.

4 Cf. Les années trente reviennent et la gauche est dans le brouillard, op. cit.

5 Laurent Joffrin, s’étant chargé de résumer ce livre, à l’usage des lecteurs de Libération, pour l’approuver bruyamment, dans un éditorial au titre raffiné : « Les rouge bruns contre attaquent ». Cf. « Libération » du 3-4 novembre 2014.

6 Cf. Les nouveaux rouges-bruns (le racisme qui vient), op. cit. p. 96.

7 Cf. Au nom du peuple Michéa réécrit l’histoire. Indéniablement il s’agit du libelle le plus sectaire consacré à Michéa lu jusqu’ici. Le malheureux y est accusé d’être un « charlatan », pataugeant dans « une mare glauque », de rabattre vers les forces d’extrême droite les électeurs de gauche désorientés, voire même de contribuer à reconstituer « la base sociale traditionnelle du fascisme, trans classe par chauvinisme » (non, non ce n’est pas du Kanapa-1950, c’est du Garo-2015). Il ne s’agit pas de « dialoguer doctement» avec Michéa et ses idées mais « d’analyser leur fonction en contexte et (de) les relier à leur projet véritable » et donc de pointer son comportement de « prédicateur », qui n’a en tête que de faire marcher sa « petite affaire », quitte à le faire « crever » comme « Dracula » confronté à « la lumière ». On comprend pourquoi la notion de décence commune irrite beaucoup Isabelle Garo.

8 Comme celle-ci par exemple : « Les classes moyennes, petits fabricants, détaillants, artisans, paysans, tous combattent la bourgeoisie parce qu’elle est une menace pour leur existence en tant que classes moyennes. Elles ne sont donc pas révolutionnaires, mais conservatrices; bien plus, elles sont réactionnaires : elles cherchent à faire tourner à l’envers la roue de l’histoire. »

9 Cf. La fin d’une époque, article accessible sur le site de la revue « Contretemps ».

10Philippe Corcuff a finement pointé certains impensés de la gauche, pas tous cependant, dans son livre La gauche est-elle en état de mort cérébrale ? Textuel, 2013.

11Cf. Didier Hanne L’impossible gauche morale ? Revue Contretemps, n°18, 2° trimestre 2013.

12 Au passage, peut-être serait utile d’informer Isabelle Garo que, contrairement à ce qu’elle affirme – pour accréditer l’idée d’un hold up de Michéa qui se serait « emparé » de Marcel Mauss – la théorie de celui-ci n’était pas du tout, mais alors pas du tout, « fondée sur des options politiques ancrées du côté du radicalisme ». ni dans un sens ni dans l’autre, mais au contraire sur un engagement social-démocrate constant (de l’affaire Dreyfus jusqu’à sa mort en 1950), doublement critique à l’égard des Bolchéviks et de la droite de son époque… Lire les articles écrits par Mauss dans La revue socialiste entre 1920 et 1925, repris dans Écrits politiques, Marcel Mauss, Fayard, 1997.

13 Cf.  Le nouveau capitalisme criminel, Jean-François Gayraud, Odile Jacob, 2014. Un ouvrage fort documenté montrant que dans le monde dérégulé le crime financier (blanchiment d’argent sale, trading de haute fréquence, banques narcodépendantes,etc.) n’est plus à la marge mais un élément d’un système échappant à tout contrôle. Et qui pointe les petits arrangements et nouvelles alliances entre criminels en cols blancs, gangsters traditionnels et hommes politiques corrompus.

14 Cf. Se guérir de l’obsession identitaire, Roger Martelli, Libération du 19 février 2015.

15 Il faut signaler quelques exceptions à l’anti moralisme virulent régnant dans la gauche contemporaine : les ouvrages de Denis Collin, notamment Morale et justice sociale, Seuil, 2001 et Questions de morale, Armand Colin, 2004. Yvon Quiniou, également, a tenté de concilier marxisme et approche morale. Cf. L’ambition morale et la politique, L’Harmattan, 2010. Ajoutons que Philippe Corcuff a, dans plusieurs textes, malheureusement épars, et sans creuser le sujet, affirmé l’existence de « boussoles éthiques ». On lisait ainsi dans un article publié dans Charlie Hebdo en décembre 2002 : « (…) sans les clignotants du « bien » et du « mal », on peut être encore plus mal barré face aux divers degrés de l’inhumain. Car si les valeurs morales sont bien issues de notre monde terrestre et non d’une quelconque divinité nous surplombant elles fonctionnent comme des points de repères, juste un peu au dessus de nos têtes, nous aidant à nous orienter. A la fois immanentes et transcendantes. » Cf. Par delà bien et mal, repris dans Mes années Charlie et après ? Textuel, 2015.

16 Cf. Entretien du 27 septembre 2007 avec Aude Lancelin pour Le Nouvel Observateur, repris dans La double pensée, Champs Flammarion, 2008. On peut évidemment discuter la notion de « civilisation juridico-marchande » qui, collant capital et droit, paraît expéditive.

17 Contrairement au reproche que lui a fait Frédéric Lordon dans Impasse Michéa, op. cit.

18 Cf. Alan Sokal, Jean Bricmont, Impostures intellectuelles, Odile Jacob, Paris, 1997 et Jacques Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie: De l’abus des belles-lettres dans la pensée, Éditions Raisons d’agir,‎ 1999. 

19 Michéa, Impasse Adam Smith, Climats, 2002.

20 Corcuff, Les années trente reviennent, op. cit. p.97 à 99.

21 Cf. Max Leroy « Halimi, Lordon et Corcuff contre Michéa : retour sur la controverse », 20 août 2013, article publié sur le site Ragmag.

22 Lequel, comme le rappelle Anne Fremaux, « ne signifie pas le retour à un mode de vie hiérarchisé selon des catégories naturelles fort peu défendables. Il s’agit plutôt d’une réhabilitation de pratiques qui faisaient, dans le passé, simplement honneur au bon sens avant la colonisation de nos actions par l’esprit d’abstraction, la bureaucratie, le productivisme et l’esprit de compétition. » Cf. Anne Frémaux, La décroissance et l’idée de progrès : entre progressisme et conservatisme critique , Revue du MAUSS permanente, 3 novembre 2014 [en ligne].

23 Il fallait quand même oser écrire que Michéa « ne dit jamais rien de l’exploitation ni des dominations contemporaines (…) ne parle jamais de la droite et suggère de courir après l’extrême droite. ». Triple accusation qui s’écroule dès qu’on étudie l’œuvre réelle de Michéa. Mais on voit bien de quoi est faite la méthode Garo : après lui avoir sculpté un visage personnel répugnant (le charlatan avide qui fait des affaires), construire une lecture, parfois à coups de morceaux de phrases isolés des paragraphes où ils s’inscrivent, souvent par affirmations dénuées de toutes citations, et, si des propos michéens démentent trop les interprétations très libres faites à partir des copeaux énergiquement séparés du tronc, les qualifier « d’incises décoratives », en comptant que ses lecteurs à elle s’épargneront la corvée des vérifications. Tout cela pour parvenir à ceci : dissuader de lire Michéa.

Par

Voir tous les articles de

Rubriques liées :

Tags :