Education populaire

Des méthodes « efficaces » pour une éducation populaire refondée

jeudi 5 octobre 2017
Par
Co-animateur du Réseau Éducation Populaire (REP). Co-auteur de : Néolibéralisme et crise de la dette ; Contre les prédateurs de la santé ; Retraites, l'alternative cachée ; Laïcité: plus de liberté pour tous ; Penser la République sociale pour le 21e siècle ; Pour en finir avec le "trou de la Sécu", repenser la protection sociale du 21e siècle.

La communication sociale et politique n’est plus ce qu’elle était. La simple distribution de tract le dimanche matin sur les marchés n’a plus l’efficacité d’antan. Dans ce contexte, certains redécouvrent l’eau tiède qui pourtant existait depuis longtemps. Les militants redécouvrent alors les méthodes de l’éducation populaire refondée dont certaines existent depuis de nombreuses décennies. Mais faute de formation des militants, la perte des savoirs et des méthodes sont patentes. A leur décharge, on peut relever que les organisations naguère d’éducation populaire (Ligue de l’enseignement, Léo Lagrange, etc.) sont souvent devenus des structures d’accompagnement du mouvement réformateur néolibéral ayant épousé le poison des « appels à projet » des gouvernements néolibéraux devenant eux-mêmes des auxiliaires des politiques néolibérales souvent liés à la gauche néolibérale en perdition. Dit autrement, ils ont abandonné l’éducation populaire pour se contenter d’un simple travail d’animation socioculturelle.
Voilà pourquoi il nous faut refonder l’éducation populaire sur la base de la définition historique suivante : « L’éducation populaire est une pratique culturelle qui vise à la transformation sociale et politique aux fins que tout citoyen, tout futur citoyen , tout salarié devienne acteur et auteur de sa propre vie ». Avec cette définition, on est loin des seules garderies sociales et de la vente d’activités socioculturelles qui osent encore s’appeler éducation populaire.
La brutalité du macronisme jupitérien dans la suppression des emplois aidés devrait obliger le secteur de l’animation socioculturelle à se remettre en question. Car si l’attitude brutale du macronisme jupitérien est scandaleuse, voir la gauche culturelle défendre des emplois précaires en –dessous du SMIC a quelque chose de révoltant d’autant que la transformation des emplois aidés en contrat à durée vraiment indéterminé est loin d’être générale. Par ailleurs, dans la période, l’éducation populaire refondée, ne peut se satisfaire du modèle politique néolibéral, seule possibilité pour le capitalisme de maintenir des taux de profit élevé sans baisser la masse des salaires directs et socialisés. Ce modèle politique déshumanise la vraie vie, détruit les liens sociaux, combat la mémoire populaire, soumet les citoyens au règne de l’argent roi. La refondation de l’éducation populaire doit populariser ses méthodes « efficaces » en étudiant les conditions de son application émancipatrice, c’est-à-dire autour d’un imaginaire social et politique à débattre.

Panorama succinct de méthodes « efficaces » de l’éducation populaire refondée

Il existe une multitude de méthodes d’éducation populaire refondée et dans cet article, nous serons loin d’être exhaustif. Mais nous allons présenter un panorama représentatif de la variété de ces méthodes. Nous montrerons aussi bien des méthodes « descendantes » (qui donnent la priorité à l’instruction lorsque celles-ci correspond à une demande sociale et non d’une autorité) que les méthodes « ascendantes » (qui donnent la priorité à l’expression du public en situation de co-éducation qui doivent répondre à la demande sociale et non au bon vouloir des autorités) :
. Le séminaire de cohérence
. Le stage de formation interactif
. La conférence interactive
. La conférence gesticulée
. Le théâtre forum
. La conférence populaire sans conférenciers
. Le ciné-débat
. Le théâtre-débat
. L’atelier de lecture
. Le cycle d’initiatives sur longue durée avec des méthodes différenciées
. La praxis Alinsky
. Le théâtre d’intervention
. Les caravanes
. La formation de prise de parole en public
. La formation à l’écriture des messages
. Pratique de réalisation d’émissions de web radio
. Pratique et montage de vidéos d’intervention
. Études de cas de campagnes de communication électronique
. Etc.
Bien sûr, toutes ces méthodes ne peuvent pas s’acquérir sans formation préalable. Nous avons besoin d’intervenants connaissant le fonctionnement de la méthode considérée mais aussi les conditions pour que la méthode reste dans le cadre de l’éducation populaire refondée définie ci-dessus. Il nous faut être constamment capables de répondre à la demande sociale et non se mettre en situation scolaire ou universitaire. Tout cela demande pour chaque méthode, la connaissance de leurs finalités, de leurs atouts, et une connaissance des dérives possibles de ces méthodes qui pourraient les faire sortir du caractère émancipateur de l’éducation populaire refondée.

Si cela vous intéresse simplement d’avoir des informations plus précises sur ces méthodes, si vous voulez devenir un éducateur populaire, si vous souhaitez entrer dans une formation, nous pourrons vous diriger vers les associations correspondantes.

Par
Co-animateur du Réseau Éducation Populaire (REP). Co-auteur de : Néolibéralisme et crise de la dette ; Contre les prédateurs de la santé ; Retraites, l'alternative cachée ; Laïcité: plus de liberté pour tous ; Penser la République sociale pour le 21e siècle ; Pour en finir avec le "trou de la Sécu", repenser la protection sociale du 21e siècle.

Voir tous les articles de