Médias

Ce que Zemmour veut dire.

jeudi 10 février 2011
Par
Juriste et sociologue, enseignant-chercheur à l'UPVD.

Zemmour, un symptôme politique du temps présent.

Les faits et les maux.

Le 6 mars 2010 sur Canal plus, puis sur France Ô, Éric Zemmour défrayait la chronique médiatique par des propos à connotation raciste. Dans l’émission de Thierry Ardisson « Salut les terriens », il s’était indigné après une intervention d’un débatteur sur les contrôles de police au faciès : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont Noir et Arabe, c’est comme ça, c’est un fait ». Le même jour, sur France Ô, il avait également tenu des propos controversés en affirmant que les employeurs « ont le droit » de refuser des Arabes ou des Noirs. « Discriminer, ça n’a rien d’infamant. On choisit ses employés, ses amis, ses amours… La vie humaine est une machine à discriminer. On a choisi ce mot pour nous imposer une certaine pensée ». Le polémiste en a profité pour demander la suppression de la Halde, responsable, selon lui, d’« incitation à la délation ». Immédiatement, Zemmour a été cité en justice pour diffamation et provocation à la discrimination raciale par SOS Racisme, la Licra, le MRAP, l’UEJF et J’accuse. Il se rétracte à moitié, dans une lettre adressée au président de la LICRA, regrettant que ses propos aient « pu heurter », tout en les maintenant sur le fait, selon lui qu’il n’y avait « pas eu de dérapage » (AFP). Réuni à la mi-janvier 2011, le parquet a demandé au tribunal correctionnel de Paris de condamner le chroniqueur pour diffamation à caractère racial et provocation à la discrimination raciale.

Cette affaire n’est pas la première. Zemmour avait déjà déclaré sur Arte le 13 novembre 2008 – alors qu’il était invité de l’émission Paris/Berlin : le débat – que Noirs et Blancs appartiennent à deux races différentes et que cette différence est faite par la couleur de la peau. « S’il n’y a pas de race, il n’y a pas de métissage. » (…) « À la sacralisation des races, de la période nazie et précédente, a succédé la négation des races. Et c’est d’après moi, aussi ridicule l’une que l’autre. » Ce premier incident médiatique n’appelait pas demande de sanction judiciaire, mais à un appel à la prudence salutaire du directeur adjoint des programmes de la chaîne Arte qui s’interrogeait sur une prochaine invitation de l’intéressé. Enfin, et surtout serait-on tenté de dire, il reste l’œuvre de Zemmour, soit sa prose qui martèle ses obsessions sans que cela puisse prêter à quelques ambigüités sur ses accointances idéologiques. Dans son livre, le Premier sexe (2006), il assène des vérités révélées sur l’effondrement du monde, sur la décrépitude de l’Occident féminisé, sur le rejet d’une société civilisée par sa faiblesse. Le discours est viriliste, son monde sexué est celui de la prédation. Ce monde est définitivement conçu comme un état de nature qui doit se retrouver pour se pérenniser. Zemmour est un homme qui ne pense pas que le monde puisse changer autrement que par ses fondements sociobiologiques. Il est de ce point de vue, et pour tant d’autres, politiquement bio-centré. Dans un ouvrage plus récent, Petit frère (2008), il utilise le prétexte du roman pour se répandre contre cette « homosexualisation » du monde, contre cette faiblesse de l’homme perdu à s’abandonner à des penchants féminins (sic). Dans son univers, la castration semble être une obsession, tout autant que le métissage.

Zemmour : symptôme médiatique ou politique ?

Le positionnement de Zemmour dans l’espace public ne semble pas faire difficulté : c’est une vigie médiatique réactionnaire. Il est à lui seul la sentinelle droitière du paf, contre ce qu’il appelle la « pensée unique » des « droits de l’hommisme », et semble ainsi endosser les oripeaux médiatiques des anti-lumières que décrit Zeev Sternhell. Il le revendique, il pense et il parle en homme du passé. Pourtant, Zemmour n’est pas un conservateur, focalisé sur l’autorité de l’État, la préservation de la famille, et la fonction élémentaire de la liberté individuelle. Il s’érige plus volontiers en romantique, en réactionnaire qui s’accorde sur les grands axes du conservatisme, mais se refuse à accepter les formes politiques décadentes qui remettraient en cause l’ordre établi. Le réactionnaire est ainsi toujours en défense et en rupture du conservatisme : il légitime l’ordre institué, mais sa présence est toujours le signe d’une menace.

Son histoire perdue est celle d’un peuple français glorieux. Le retour en arrière qu’il propose est de nous faire refluer vers un peuple imaginaire, un monde de pensée et une esthétique politique particulière, d’un populisme plébéien qui s’inscrit dans la volonté (tout du moins apparente) de rejeter des élites de notre temps, bureaucratique et managériale, pour s’enraciner dans une multitude humaine que tout pouvoir nie. Il n’attaque pas les Noirs et les Arabes, il défend les Blancs, c’est toute la différence. Il incarnerait dans le PAF une figure, une posture, et surtout, une parole libre d’une certaine France, cette France blanche et moyenne qu’on enchaîne et qu’on fait taire. Comme le connurent les États-Unis post-affirme action, la majorité blanche française semble s’ériger comme victime et minoritaire ; Zemmour s’en fait la voix, et l’ensemble des institutions médiatiques et politiques semble convenir de son utilité. C’est ce populisme de plateaux de télévision qu’interprète Zemmour sur tous les tons. Le racisme culturel et institutionnel s’élargirait alors dans l’espace politique et social. Ce racisme là, résonnant dans le champ médiatique comme un écho sans source de départ, se détermine dans l’ordre des justifications par les risques migratoires, ou plus encore, par le désordre du monde, en bref, depuis le 11 septembre 2001.

La position médiatique de Zemmour est ainsi d’autant plus singulière, non qu’il n’y eut jamais de tels personnages, notamment dans la presse écrite d’une certaine droite et de l’extrême droite, mais plus justement, parce qu’il représente dans l’ensemble des médias une posture professionnelle, et simultanément politique, de journaliste, d’éditorialiste, de polémiste, et d’amuseur. D’aucuns y verront la confusion des genres, d’autres la monopolisation déformante des médias pour un personnage « incontournable », tous nous restons sans solutions face à la contagion d’un système médiatique de rentabilité, toujours soumis à l’emprise de la décision publique. En ce sens, Zemmour est définitivement l’enfant de l’ORTF et de la publicité.

Une question demeure pour éclaircir l’affaire amenée face au juge : à quel titre agissait-il ? Le personnage est personnellement et professionnellement singulier, et riche par ailleurs, mais que représente ce laissez-parler dont il dispose ? Qui était-il lors des émissions de Canal plus ou de France Ô ? Un journaliste qui rend compte d’investigation ? Certainement pas, il ne fait que témoigner sur la base d’indicateurs institutionnels, sur lesquels, récemment, il n’a commis aucune recherche ou enquête particulière (précisons que dans l’émission Le grand Débat qu’anime Michel Field, il fait preuve de beaucoup plus de pondération. Il argumente à raison, et l’aréopage de spécialistes qui l’entoure l’honore d’une courtoisie qui l’assimile à leur rang). S’il ne tient pas parole de journaliste, serait-il alors un amuseur, un représentant de l’Entertainment ? Probablement, au vu de l’émission que présente Thierry Ardisson, mais pas totalement, au vu de la teneur du débat en cours qui mettait en cause « l’honneur de la police républicaine », dixit Zemmour, et surtout qui voyait notre homme se transformer en commissaire politique pigiste, pour une cause perdue qu’il affectionne tout particulièrement : la défense de l’ordre. Dans la forme, son seul leitmotiv semble sorti de la bouche de Charles Denner, l’un des personnages de L’aventure, c’est l’aventure, de Claude Lelouch : « la clarté dans la confusion ». Dans le fond, l’homme est multiple. Il est légion. Le diable est un menteur, ne l’oublions pas.

Zemmour : représentant du chaos ?

Cette dernière controverse judiciaire montre qu’il n’est pas une simple voix dissonante du discours médiatique permettant d’animer et de tendre les débats politiques et sociaux, en étant ce que souhaite toute force politique voulant activer des discours idéologiques réactionnaires, soit un vecteur de tension des débats par la droite de la droite, Zemmour est aussi celui qui créé des points de rupture du discours. Il parle au nom de la France, et non au nom de ses représentants. Il pense avoir ainsi ce privilège populaire de pouvoir franchir le Rubicon de la légalité. Investi de cette charge mystérieuse, fondamentalement antirépublicaine, il pense avoir « le droit » de pouvoir faire l’apologie de la discrimination, et de violer la loi donc, au nom du droit d’opinion que lui réservent nos institutions libérales. En l’état, ses conceptions historiques sur l’institution des règles prohibant les discriminations sont fausses. Zemmour semble obnubiler par les mouvements de revendications des Maghrébins des années quatre-vingt. Ce serait ce temps chaotique du mitterrandisme quand l’on grossissait les rangs du Front national en faisant monter cette revendication identitaire, et quand la lutte contre les discriminations devenait ainsi le creuset de la société communautaire. Je résume, mais les idées essentielles sont là. Zemmour efface l’origine historique de cette lutte par les organisations internationales. Que se soit par le biais de la Déclaration universelle des droits de l’homme, en 1948, ou par l’institution de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme de 1950, la lutte contre les discriminations est l’affirmation d’un refus catégorique contre tout usage politique des races. Les directives communautaires instituant cette lutte découlent de l’autorité de l’Union à reprendre cet interdit. Ce n’est donc pas une histoire française qui est en jeu, mais le destin continental et mondial qui nous lient, depuis, pour tenter de ne plus reproduire l’horreur. En journaliste amnésique, Zemmour oublie cette histoire de la guerre raciale (ainsi que l’histoire du colonialisme et de l’esclavagisme), puisqu’il voit dans la discrimination, la définition usuelle de la langue française qui ne développe que la capacité de distinguer. Là, où une majorité entend et voit la monstruosité humaine, Zemmour voit une simple capacité individuelle de choix.

Malgré la gravité des mots, et les enjeux idéologiques sous-jacents, les soutiens n’ont pas manqué. Cette époque est celle de la mésalliance et du commerce chaotique des idées comme des soutiens. Les contradictions de Zemmour semblent pouvoir rencontrer toutes les possibilités de connexion politique, aussi étranges soient-elles. Il ne faut pas simplement y voir l’écume quotidienne d’une classe politique rassemblée derrière des idéaux légitimes ou illégitimes. Il ne s’agit pas non plus d’une simple question d’amitiés que l’on traduit souvent en politique, comme une connivence d’intérêts, un jeu de réseau. Dans un univers politique ravagé par l’absence de modernité possible, il ne peut y avoir d’ordre idéologique clair et net qui oppose ceux qui s’engagent pour un progrès légitime et ceux qui le refusent au nom d’un conservatisme légitime. C’est en cela que Zemmour est un syndrome politique particulièrement intéressant : il révèle les frontières de la parole légitime. Lui aussi, fait « bouger des lignes », fait « sauter des verrous », et trouve ces postures multi-usage et multifonction, pour provoquer et revendiquer que les discriminations soient normales et légitimes, et pour au final, nous faire discuter de choses que nous pensions vaincues.

Zemmour : lecteur du réel ?

« J’essaie de décrire une réalité et la réalité, c’est que (…) une grande majorité de ces délinquants sont d’origine maghrébine ou africaine ». Voilà l’objet du litige. C’est cette déclaration de Zemmour qui pose le problème juridique, face au juge, et le problème de fond, face à nous tous. Hors quand le zélé défenseur de l’ordre se fait sociologue, il confond la réalité judiciaire avec la réalité sociale. Quels que soient les chiffres, produits des interpellations, des condamnations et des incarcérations, il n’en reste pas moins que nous n’avons là que l’instant judiciaire, pour un phénomène qui dépasse largement les seuls chiffres des forces de l’ordre et de justice.

On le sait, le trafic de drogue ne peut pas être simplement résumé aux fonctions économiques des producteurs et des consommateurs, encore moins, à des fonctions raciales. Il existe avant tout des réalités sociales de la consommation et de la production qui s’interpénètrent. La réalité sociale est plus fine qu’il n’y paraît selon les entrées et les évidences de la population carcérale ou de la population interpellée. Zemmour rêve des années soixante, mais il vit dans les années quatre-vingt. En effet, il est presque fini le temps où l’acheteur de cannabis, « Blanc et innocent », se procure sa « barrette de shit » à un « Noir ou un Arabe » dans une rue obscure. Désormais, les réseaux criminels organisés de la production et de la distribution correspondent à des réseaux sociaux d’achat et de revente, avec ou sans plus-value : un membre d’un groupe achète un pain de cannabis d’environ 200 grammes qu’il revend à deux, trois ou quatre amis. Ces jeunes, dont la majorité est non criminalisée et surtout totalement indifférenciée ethno-racialement, ne perçoivent pas qu’ils commettent un délit, et même selon la qualification des faits, un crime. D’où bien entendu, cette double incompréhension : incompréhension des prévenus, accablés par leur mise en examen ; mais aussi, incompréhension des pouvoirs publics de ne pas pouvoir finaliser les opérations de prévention, les institutions devant faire répéter les risques sanitaires encourus par les consommateurs ainsi que les risques judiciaires encourus par les vendeurs. Ce que ne sait pas l’apprenti sociologue Zemmour, c’est que les indicateurs, judiciaire et policier, ne saisissent que la part sociale immergée de notre imaginaire de la criminalité totalement racialisée par les institutions répressive et médiatique. Selon les sources quantitatives de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies, les derniers chiffres indiquent que les expérimentateurs de cannabis seraient 12,4 millions, dont 3,9 millions seraient des consommateurs actuels. 1,2 million d’individus seraient des consommateurs réguliers. Vu l’ampleur de cette consommation, et selon les pratiques d’échanges économiques qu’imposent « ces commerces », il semble inconcevable de dire que les dealers sont des afro-européens. Le deal serait un comportement fort développé dans tous les interstices de la classe moyenne, de la partie la plus basse jusqu’à la partie la plus haute. C’est dire l’impasse de tout usage de critères raciaux pour comprendre un phénomène social aussi complexe que la toxicomanie. Le petit bout de la lorgnette criminelle ne réduit pas que le champ de vision, il semble, également, signifier le refus de voir les siens comme ceux que l’on dénonce.

L’assertion erronée de Zemmour contribue à répandre et à conforter cet imaginaire racial comme étant une réalité. Zemmour n’est peut-être pas un raciste, mais son univers imaginaire est celui du racisme. En réactionnaire, il oppose à la modernité abstraite de la fraternité républicaine, une conception de l’altérité qui ne passe que par l’identité visible des races. Ce n’est donc pas une identité de tradition qui est en jeu, mais plus précisément, une identité en conflit qui s’impulse en réaction politique d’opposition, pour transformer un monde en paix en monde de luttes, pour peut-être enfin retrouver la source de l’héroïsme. Comme l’exposa Castoriadis, l’imaginaire politique n’est pas une rêverie individuelle, ou une conscience collective, c’est ce qui permet de s’ériger en institution, en l’occurrence, vers cette institution imaginaire du racisme pénal que Zemmour façonne à dessein. De ce seul point de vue, ces propos incitent à la discrimination raciale. Cependant, soyons là encore prudents, le régime juridique de protection pénale est en ce domaine très faible, pour ne pas dire neutralisé, par le souci de protéger la liberté d’expression.

Racisme d’expression vs délit d’opinion

Si l’on fait l’état du droit, il semble en l’espèce difficile de reconnaître une qualification juridique des faits contre les propos de Zemmour. Les raisons en sont simples. À l’opposé de ce qu’énonce Zemmour et ses défenseurs, la loi devant servir à lutter contre le racisme d’expression est limitée par un régime d’exception dont l’effet pratique est de neutraliser la protection du public. L’infraction se constituant par deux éléments, l’un matériel et l’autre moral, le premier impose aux juges de trouver une incitation manifeste dans les propos ou les écrits incitant à la haine raciale ou à la discrimination, le second élément impose aux juges d’identifier la mauvaise foi de l’auteur des propos. Dans les deux cas, comme en atteste la jurisprudence, on limite l’usage de la sanction à des expressions explicites et violentes. Les marges de manœuvre sont faibles, voire dérisoires (le fait d’affirmer que : « il y a des différences entre les races » ne tombe pas sous le coup d’une qualification pénale comme l’a affirmé la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence en 1998). Zemmour est certes de mauvaise foi (ou il est un journaliste incompétent), mais il semble difficile pour les juges de trouver des éléments d’incitation manifeste à la haine raciale et la discrimination dans le contexte et les mots de l’intéressé. En effet, les mots doivent initier des violences, ce qui implique d’en trouver des victimes. En l’espèce, cela semblera difficile. En résultat, il ne s’agirait que d’opinion raciste échappant à toute sanction. À l’inverse, la condamnation n’est pas impossible, si le juge considère, à l’identique de sa jurisprudence que les mots attentatoires aux afro-européens sont en lien direct avec le mépris racial que on leur oppose. Avec bon sens, les juges peuvent apprécier l’explication donnée par l’auteur des propos litigieux. On peut alors légitiment s’interroger sur les justifications données par Zemmour, notamment par le courrier qu’il adressa pour se justifier auprès des associations requérantes. Sera-t-il suffisant de ne pas déclarer être un provocateur ? Est-ce que la posture « d’observateur fidèle de la réalité » suffira à convaincre les juges ?

Plaisons-nous à penser que ses juges auront l’initiative de faire prévaloir le droit d’être protégé d’une telle charge des mots, dont on sait qu’elle ne préfigure souvent que des violences physiques que d’autres, beaucoup moins civils, substituent à la simple performation des mots. Fort de sa seule posture médiatique, Zemmour joue sur du velours. Assis dans son confortable fauteuil médiatique, la liberté d’expression qui lui est confiée, lui permet d’imposer un discours contre la liberté d’existence normale des victimes de discrimination qu’ils désignent comme coupables de la déchéance de son pays. Nous sommes au cœur du problème. Nous le savons, si la liberté d’expression est un droit politique essentiel, garant de la construction permanente de la démocratie, elle ne peut toutefois pas outrepasser les limites que la démocratie se donne pour se prémunir des doctrines qui veulent la détruire (c’est l’essence contradictoire des articles 10 et 17 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme). Si d’aucuns considèrent la liberté d’expression au dessus du système qui l’instaure et la garantie, si beaucoup regrettent que l’on ait judiciarisé la parole, c’est aussi parce que la réalité politique de la diffusion de l’information politique est sans règle et sans devoir-être déontologique. Le procès contre Zemmour est aussi le procès d’un appareil d’information a-démocratique qui ne se régule plus seul (ce n’est pas le fait d’une américanisation judiciaire de l’hexagone qui est en jeu ; c’est plus simplement, la neutralisation du corporatisme régulateur – en l’occurrence journalistique – qui est en cause). De plus, la ré-institution contemporaine du délit d’opinion ne porte plus, comme à l’origine, sur la liberté d’expression conquise contre les prétentions des religions à imposer une Vérité. L’apologie du nazisme, des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre, de l’incitation à la haine raciale, religieuse, sexuelle, sont des interdits de parole pour protéger l’ordre public et l’ordre sociopolitique de toutes dérives de langage qui réintroduirait un mal que certains rappellent de leurs vœux. Face à Zemmour, je serais, au vu de notre époque, plus proche de Saint-Just que de Voltaire.

*

Quelle que soit la décision judiciaire, cela ne fait et ne fera pas de lui un raciste, comme ont probablement raison de le défendre certains de ses amis ou soutiens lors de cette déconvenue judiciaire, mais par contre, cela fait de lui, d’ores et déjà, un idéologue, puisqu’il s’arroge cette capacité – cette puissance ? – d’être un observateur et un garant de la réalité qu’il usurpe. Par delà le vrai et le faux, Zemmour est un Joseph de Maistre contemporain qui a trouvé dans l’espace médiatique un nouveau Saint-Pétersbourg, dans le peuple une nouvelle source de l’aristocratie plébéienne qu’il veut incarner, dans la race et le sexe une origine de la décadence à stopper.

On connaît le principe debordien : les faits idéologiques ne sont jamais de simples chimères, ils sont toujours plus ou moins la conscience déformée des réalités. Le principe de ces doxas réactionnaires et populistes invite toujours à positionner la croyance au-dessus du réel, tout en revendiquant le leadership total sur la réalité, et par voie d’incidence, la main mise sur la vérité. C’est pour cela que Zemmour doit être combattu mot à mot.

Par
Juriste et sociologue, enseignant-chercheur à l'UPVD.

Voir tous les articles de