Laïcité et féminisme

Déjouant le sentiment fataliste, des laïques montrent la voie du combat

jeudi 14 avril 2011

Après la séquence, menée par l’UFAL, se terminant sur la victoire significative de la loi du 15 mars 2004 portant contre les signes religieux à l’école, le courant laïque a beaucoup tourbilloné en rond.
Partout dans le monde, le combat laïque a repris force et vigueur dans des dizaines de pays dont les pays arabes et, ou, musulmans ou encore la Bolivie. En France, un fatalisme petit bourgeois a envahit le mouvement laïque. Mais le bon grain était semé. 2011 voit le combat laïque français sortir du trou noir. Après la sortie par le PG de la proposition de loi-cadre sur la laïcité, voici une victoire partielle significative. Contre l’UMP et sans le PS, voilà une décision laïque prise par le Conseil régional d’Ile-de-France. Nous saluons le vote des groupes PRG-MUP et des deux groupes Front de gauche.

Évariste

Laïcité, le double jeu de l’UMP, la déshérence du PS

Jean-François Copé voulait avec sa journée du 5 avril faire croire que l’UMP était attachée au principe de la laïcité. Moins de 2 jours après, son double jeu se confirme ! Ce jeudi 7 avril 2011, le groupe majorité présidentielle au Conseil Régional d’Ile-de-France, emmené par sa présidente Valérie Pécresse, a révélé au grand jour sa vision toute particulière de la laïcité.

L’UMP a voté contre l’amendement déposé par le groupe Front de Gauche & Alternatifs (élus du Parti de Gauche et des Alternatifs) et PRG & MUP réservant aux seules structures non confessionnelles d’accueil
collectif des jeunes enfants le droit à financement public de la part de la Région. Avec l’UMP la laïcité est toujours à géométrie variable.

Si prompte à exiger de l’usager une neutralité qui revient à remettre en cause le principe de liberté de conscience, l’UMP défend notamment le versement de subventions publiques aux 14 crèches confessionnelles Loubavitch ultra orthodoxes déjà financées par la ville de Paris.

Isolé, le président Huchon a tenté jusqu’au bout d’empêcher l’adoption de notre amendement. Mais au moment de voter avec la droite les élus PS ont préféré s’abstenir. Notre amendement a donc été adopté. Les élus du Parti de Gauche et des Alternatifs se réjouissent que l’intérêt général ait prévalu. C’est la preuve que les laïques peuvent l’emporter pour peu qu’ils relèvent la tête et affichent clairement leurs couleurs.