Entretiens

Le Poing Commun, présentation d’une jeune association « Un peu de réflexion autour des principes républicains »

lundi 25 avril 2016

Interview d’Elliott Aubin, membre du bureau de l’association, par Bernard Teper pour la rédaction de ReSPUBLICA.

D’où vient le Poing Commun ?
Le Poing Commun, c’est la rencontre entre des citoyennes et des citoyens soucieux de défendre et de promouvoir le projet républicain. L’intérêt nouveau de notre démarche est de réussir à faire travailler ensemble des femmes et des hommes engagés, ou non, dans des mouvements politiques, associatifs ou syndicaux différents, mais tous portés par un idéal commun.

Cette aventure collective est le fruit de plusieurs semaines de travail, au cours desquelles les six membres fondateurs ont décidé de lancer le Poing Commun, motivés par le souhait de consacrer cette association citoyenne à la réflexion politique et philosophique liée aux principes républicains qui puisent leur référence idéologique dans la Révolution française, c’est ainsi que LPC a vu le jour en juin 2015.

Revenir aux fondamentaux républicains pour comprendre les défis actuels et penser demain et ses enjeux, c’est l’essence même de ce qu’est Le Poing Commun. En voici le texte fondateur :

« Le Poing Commun » est une association nationale de défense et de promotion des fondamentaux républicains. Celle-ci regroupe des citoyens engagés dans la vie de la cité d’orientations et d’opinions diverses. Que nous soyons militants, syndiqués, partisans, citoyens, encartés ou non, nous sommes tous résolument attachés à une certaine idée de la République que nous considérons mise à mal par des contempteurs ignorants ou malveillants. La République est-elle encore un idéal ? Peu de mots sont aussi galvaudés que celui-ci. Ses valeurs et ses grands principes ont été vidés de leurs sens au point qu’ils justifient des positions antagonistes. Elle semble n’être plus qu’un slogan. Nous croyons urgent, dans une tradition d’éducation populaire de remettre aux goûts du jour les mots de la république et d’initier au-delà des clivages politiques traditionnels une défense commune d’un idéal de société, en ayant pour objectifs :

  • De travailler sur la sémantique républicaine
  • De jouer un rôle de lanceur d’alerte grâce à un travail de veille sur l’actualité.
  • De permettre à chacun des adhérents d’agir sur son territoire grâce à la création de groupes locaux.
  • De pouvoir contribuer et débattre par le biais des « tribunes libres »
  • De penser des nouveaux outils « d’éducation populaire » par un renouvellement des formes d’engagement et d’actions.

L’essentiel de notre objet : l’organisation de cycles thématiques, inaugurés par des séminaires de réflexions, des rédactions collaboratives alimentés par des conférences et des travaux de recherche et conclus par des événements publics, citoyens et festifs.

En bref, s’il fallait résumer en quelques mots l’ambition de cette association : tenter de replacer un débat d’idées au cœur de la cité.

Bureau : Aubin Elliott – Baillon Quentin – Bocquet Jonathan – Bouvet Marlène – Chaplet Adèle – Diab Soel – Thibault Graindorge – Jonas Sallembien

Depuis le bureau s’est renouvelé et nous comptons à ce jour une centaine d’adhérents.

Comment fonctionne votre association d’un point de vue interne ?

Le Poing Commun est une association composée d’un bureau national, d’un conseil d’administration et de plusieurs pôles thématiques dans lesquels tout adhérent peut contribuer.
Le pôle secrétariat est en charge des questions administratives et trésorières.
Le pôle action travaille sur l’aspect événementiel : conférences, manifestations, happenings, micros-trottoirs, etc.
Le pôle publication anime le cycle thématique, travaille sur les communiqués de presse, les fiches lectures, les tribunes libres.
Le pôle communication gère les réseaux sociaux, le site internet, la charte graphique, etc.

Nous sommes une association de bénévoles, cela demande donc un réel investissement. A terme l’objectif est de permettre à chacun des adhérents qui souhaitent s’investir dans une mission de la réaliser et développer par la même, la pratique démocratique au sein même de notre structure.

Vous semblez être une association de jeunes, comment l’expliquez-vous ?
« Rajeunir », « rafraîchir », « actualiser », « moderniser », ces mots-là ont souvent été mentionné lors de nos réflexions avant de fonder cette structure. Autrement dit, nous ne nous adressons pas qu’aux jeunes, évidemment, mais notre marque de fabrique, nos méthodes et notre communication, elle, est plutôt appréciée par un public jeune en recherche de nouveaux modes d’actions et d’investissement. Cependant, notre association accueille toutes les générations, consciente de la nécessité de l’expérience des générations précédentes.

La République peut-être parfois perçue caricaturalement comme des institutions élitistes, poussiéreuses et dépassées. Nous essayons d’aller à contre-courant et de véhiculer une autre image de la République, celle de l’idéal philosophique qu’elle représente et du cadre permettant l’émancipation de chacun de ses citoyens.

Qu’est-ce qui vous distingue du « Printemps Républicain » par exemple ?
Le Poing Commun n’a pas de position unanime vis à vis de cette initiative. Nous sommes toujours intéressés par l’émergence de nouveaux lieux de débat mais nous restons vigilants à collaborer avec des structures réellement indépendantes notamment des partis politiques.

A l’avenir « Le Poing Commun » a-t-il vocation à devenir mouvement politique ?
Ce n’est pas notre ambition. L’objectif est de rendre, cet espace de dialogue, nu de toutes appartenances partisanes, et où le fond, la pensée, la réflexion sur le long terme, prennent le dessus, sur la stratégie, les négociations et l’immédiateté.
A partir de là, il ne peut pas être un concurrent des partis politiques, il peut donc être perçu comme un complément de son action.
Le Poing Commun n’a pas la prétention de dire qu’il est le seul et l’unique, il s’inscrit dans l’émergence de ces nouvelles initiatives citoyennes qui fleurissent un peu partout sur le territoire, proposant des nouvelles formes d’engagements citoyens. Nous croyons dans cette soif de commun qui traverse notre pays malgré la période trouble dans laquelle il se trouve.

Le Poing Commun va fêter son premier anniversaire en juin, quel bilan en tirez-vous ?
Nous sommes toujours en construction. Il nous a fallu quelques temps pour réussir à bien s’imprégner de l’identité qu’on cherchait à incarner. Aujourd’hui on compte une centaine d’adhérents sur toute la France, plusieurs dizaines de publications sur de nombreux thèmes, et sous de nombreuses formes (tribune libre, communiqué de presse, cycle thématique, fiche lecture…) plusieurs actions de terrain, des partenariats et des rencontres avec d’autres acteurs associatifs, l’organisation de conférences et événements publics sur Lyon, Villeurbanne, Aix-en-Provence, Paris …

Nous pouvons nous satisfaire de cette première année, au regard de nos moyens puisque la difficulté majeure reste la question financière, puisque nous refusons toutes subventions pour préserver notre indépendance, seuls les dons et les adhésions – que nous ne voulions pas trop chères non plus pour être accessible à tous – nous permettent de vivre.

Quelles sont les futures perspectives du « Poing Commun » ?
Sur chacun des pôles on s’est fixé des objectifs. Nous pouvons vous en présenter quelques-uns :
Nous allons publier sous forme de livret accessible notre premier cycle thématique.
Nous organisons un événement festif et citoyen à l’occasion de notre anniversaire. La forme de cet événement est encore en cours d’élaboration mais nous envisageons l’organisation d’un banquet républicain « moderne ».
Et nous sommes en train de constituer des groupes locaux là où des adhérents sont prêts à s’investir et à travailler sur leur territoire. On devrait pouvoir officialiser la création d’un groupe à Dijon d’ici cet été, et à Toulouse, Paris, Nancy, Nantes, Clermont et d’autres, par la suite.

Quel regard portez-vous sur l’actualité : Loi Travail, Nuit Debout, Panama Papers, les tensions identitaires …
Il faut imaginer Le Poing Commun comme un laboratoire d’idées, dès lors, tout sujet d’actualité en lien avec l’objet de l’association trouve un intérêt, en tant que cas d’étude.
Au sujet de la Loi Travail, nous pouvons dire que l’ultra-libéralisme est peut-être le premier démon de l’indivisibilité républicaine.
L’héritage jaurésien, repris plus tard par le Conseil national de la Résistance, auquel le Poing Commun est profondément attaché, fixant de nombreux acquis sociaux est aujourd’hui l’une des cibles du camp libéral. Selon nous, la question sociale est au cœur de la promesse républicaine. Renforcer les services publics, lutter contre la précarité, le chômage, favoriser les solidarités et exiger l’égalité des droits, c’est aussi cela qui garantit le progrès social.

L’exemple des Panama papers, de l’évasion fiscale, peut-être évidemment analysée sous l’angle républicain. Qu’est-ce qui fait l’appartenance et l’adhésion à un projet collectif, si ce n’est la contribution à ce qui est commun ? Ces évadés sont des traîtres à la République.

Quant à Nuit Debout, Le Poing Commun y porte un regard bienveillant, de par sa volonté de réappropriation de l’espace public et sa tentation du « faire ensemble ». Certains adhérents vont d’ailleurs proposer des tribunes libres sur le site pour partager leurs expériences vécues sur ces places ou leurs points de vue vis-à-vis de ce mouvement.

Concernant les tensions identitaires que l’on observe, elles semblent être symptomatiques du recul des valeurs républicaines.
S’interroger sur ce qui fait corps dans le peuple, dont le triptyque républicain, permet le contrat et l’établissement d’un lien politique entre les citoyens, plutôt que d’alimenter les tensions, c’est aussi un des caps que le Poing Commun s’est fixé. Quelles innovations proposer pour permettre de renforcer ce lien ? Comment concrétiser l’idéal fraternel en acte ? Comment défendre le socle laïc assurant la liberté de conscience, face aux attaques des obscurantistes ? Voilà encore des pistes de réflexions du Poing Commun. La République pose la question du bien commun et de ce qui nous rassemble et nous unis dans une période de grande division.

C’est, en réalité, l’idée même de nos cycles thématiques où l’ensemble des adhérents choisissent un thème, définissent un calendrier et travaillent sous plusieurs formes (actions, publications…) sur ce même thème… Le premier, introductif porte sur « les mots, les valeurs, les acteurs de la République », mais nous pourrions décider d’établir nos prochains travaux sur les questions économiques et sociales ou sur la question écologique, ou à l’émergence de la philosophique « éco-citoyenne » ou même à la notion de souveraineté et de nation…

Comment vous situerez-vous lors la période des présidentielles ?
Une campagne présidentielle est un moment fort pour le pays. Des idées émergent, des clivages se forment, le débat est passionné et les enjeux sont de tailles. Notre association ne peut donc pas y échapper. Pour autant, Le Poing Commun ne soutiendra aucun candidat, vous l’aurez compris. En revanche nous aimerions organiser un débat avec certains d’entre eux, ou leurs représentants, sur les thèmes liés à la République puisque nous avons l’ambition de peser sur le débat public et politique.
Dans tous les cas, l’association ne prendra jamais de position sur une quelconque échéance électorale, mais nous espérons pouvoir apporter un peu de réflexion en dehors de la tourmente médiatique des présidentielles, en permettant aux indécis et aux perplexes de se forger une opinion argumentée au regard des principes républicains. A travailler donc…

logo Poing communwww.lepoingcommun.fr
lepoingcommun@gmail.com