ReSPUBLICA

Mariage civil, mariage religieux : une contrariété révélée par le « mariage homo »

mercredi 7 novembre 2012
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : http://www.mezetulle.net/artic...)

(A l’occasion d’un texte de Gilles Bernheim, grand rabbin de France)

Au sein de la levée cléricale de boucliers contre le projet d’extension du mariage aux personnes de même sexe1 , les arguments sont en général assez pauvres et souvent présentés de manière dogmatique et purement rhétorique, sans véritable liaison, sans réflexion théorique suivie. Tel n’est pas le cas d’un texte publié par le grand rabbin de France Gilles Bernheim téléchargeable sur son site internet et dont il a donné une version abrégée au Figaro, datée du 18 octobre2 . Par son style et le soin de son argumentation ce texte mérite l’attention. J’en propose ici une critique qui, pour être radicale, n’en est pas moins reconnaissante à l’auteur de m’avoir permis de poser une question qui me semble fondamentale  : et si l’extension du mariage aux personnes de même sexe était un révélateur du concept même de mariage civil ?
A dessein d’en examiner les attendus, j’ai d’abord lu le texte de G. Bernheim point par point. J’ai alors constaté que, pour la plupart, ses arguments ne sont pas spécifiques. Trop larges, ils peuvent tout aussi bien viser le mariage civil «hétéro» tel qu’il est en vigueur actuellement. D’où l’hypothèse : le mariage civil, pour peu qu’on en développe le concept, se révèle non seulement profondément différent, mais encore contraire à la conception religieuse du mariage soutenue par les trois grandes religions monothéistes. Mais cette contrariété n’apparaît pleinement et ne saute aux yeux qu’avec le projet d’extension de cette institution civile aux personnes de même sexe. Tel sera le fil conducteur de mon propos. Je terminerai en m’attardant sur quelques points du commentaire de La Genèse que G. Bernheim, à la fin de son texte, avance à l’appui de son hostilité au « mariage homo».

1 – Des objections qui prouvent trop : quelques exemples

1.1 L’amour et l’égalité

Le grand rabbin commence par s’en prendre à la thèse qui met en avant l’amour que se portent deux personnes pour fonder sur cet amour leur prétention légitime au mariage. Il est vrai que cette thèse en faveur du mariage homo est à la fois très répandue et extrêmement faible. G. Bernheim n’a  guère de mal à la pourfendre :

ce n’est pas parce que des gens s’aiment qu’ils ont systématiquement le droit de se marier, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels.

fait-il remarquer à juste titre – et de donner des exemples classiques : on ne peut pas épouser quelqu’un qu’on aime et qui est déjà marié, on ne peut pas épouser plusieurs personnes même si on les aime, etc. Et de conclure :

au nom de la tolérance, de l’égalité, de la lutte contre les discriminations, on ne peut pas donner droit au mariage à tous ceux qui s’aiment.

Bien sûr !

Mais ce qui est interdit aux hétéros ne sera pas davantage permis pour les homos. Par exemple on ne voit pas que le projet de loi installe la polygamie, l’article 147 du code civil pouvant s’appliquer, sans modification de rédaction, à une union entre deux personnes de même sexe. Il n’apparaît pas davantage qu’on projette d’abolir les prohibitions actuellement en vigueur, et on peut même conjecturer qu’une législation de mariage indifférent au sexe des conjoints étendrait et renforcerait ces prohibitions – j’y reviendrai. L’amour n’intervient dans tout cela que comme motif purement privé mais ne saurait justifier la transgression de la loi ni autoriser son assouplissement total. Et récuser ce motif d’amour ne revient nullement, comme semble le penser G. Bernheim, à écarter l’argument de l’égalité : car la revendication d’égalité n’a rien à voir avec l’amour, elle n’est pas renforcée au motif qu’on s’aime, pas plus qu’elle ne serait affaiblie au motif qu’on ne s’aime pas.

On peut vouloir se marier, que l’on soit hétéro ou homo, pour toutes sortes de raisons et la loi n’a pas à demander si on s’aime ou autres choses intimes, elle vérifie seulement que les conjoints remplissent les conditions légales pour se marier. Récuser l’argument de l’amour comme motif de mariage ne prouve en aucune manière qu’on doive maintenir comme l’une de ces conditions la différence de sexe des conjoints : c’est cela qu’il faudrait prouver et on revient donc à la case départ ! Et lever cette condition n’implique nullement qu’on doive lever les autres.

1.2  – Un homme et une femme avec succession des générations ?

Pour sortir de ce cercle, G. Bernheim avance sa propre définition du mariage qui va dès lors fonctionner comme une pétition de principe : elle admet en l’affirmant ce qu’il faut prouver. En effet, il définit le mariage comme

institution de l’alliance de l’homme et de la femme avec succession des générations.

Je suis bien d’accord sur le statut institutionnel du mariage qui n’est pas un simple contrat d’union civile3 mais je ne vois pas d’obstacle à institutionnaliser cette alliance entre deux personnes de même sexe, avec les mêmes interdits et les mêmes obligations….

Quant à l’expression succession des générations on peut l’entendre en deux sens. Soit on entend par là que le mariage a pour objet de s’inscrire dans cette succession et d’y contribuer ; il s’agit alors d’une vision religieuse finalisée du mariage en vue de la succession des générations (par ex. la succession évoquée dans les généalogies de la Bible), vision qu’on ne peut imposer à personne, ni hétéro, ni homo, dans un Etat laïque. La naissance d’enfants au sein d’un mariage est considérée par la loi comme un élément factuel, sans doute normal, mais nullement nécessaire, élément qu’elle réglemente en partie, et non comme finalité ni comme objet du mariage. Soit on considère que la législation sur le mariage institue et réglemente l’alliance entre deux personnes en tenant compte de certains éléments relatifs à la succession des générations (ex : obligation de subvenir aux besoins des éventuels enfants, prohibition du mariage entre ascendants et descendants), ce que la législation en vigueur fait, et ce qu’elle pourra continuer à faire dans le cas de mariage entre personnes de même sexe.

1.3 – Structuration, différenciation et «brouillage des générations» ?

Puis viennent les arguments sur la structuration de l’enfant, la connaissance de sa généalogie, de la différence des sexes. Comme si un enfant vivait en vase clos et comme si les hétéros n’avaient pas de problèmes avec l’identification de leur propre différence sexuelle, ni avec la différence des sexes en général. Comme si avoir été élevé par un homme et une femme vous garantissait cette structuration et vous évitait le trouble profond qu’est la découverte de la différence sexuelle : cela se saurait ! Comme si grandir au sein d’un couple homo vous interdisait de rencontrer le trauma de la différence sexuelle, de connaître et de nommer vos ascendants, vos grands-parents, etc.

C’est alors que, dans le même moment où il brandit la différenciation, G. Bernheim propose à chacun de s’identifier à un modèle, paternel ou maternel selon son sexe, modèle qu’il s’agit de reproduire à l’identique :

L’enfant ne se construit qu’en se différenciant, ce qui suppose d’abord qu’il sache à qui il ressemble. Il a besoin, de ce fait, de savoir qu’il est issu de l’amour et de l’union entre un homme, son père, et une femme, sa mère, grâce à la différence sexuelle de ses parents.

N’a-t-on rien d’autre à proposer à un enfant, pour se différencier, que de ressembler à son père si c’est un garçon ou à sa mère si c’est une fille ? Il ne reste plus qu’à acheter un train électrique à l’un et une maison de poupée à l’autre ! on nage en plein immobilisme, en pleine reproduction sociale.

Puis arrivent la grosse artillerie et les grands mots :

avec le mariage homo, le risque de brouiller la chaîne des générations est immense et irréversible.

L’argument-choc se veut anthropologique: toute la maison humaine va s’écrouler. Ah bon ? G. Bernheim ignore-t-il que la législation actuelle du mariage n’impose aucune limite supérieure d’âge pour se marier, et n’impose pas non plus une différence minimale d’âge entre conjoints ? Pourquoi alors ne s’en prend-il pas à la législation en vigueur, qui permet (puisque ce n’est pas interdit) le mariage entre personnes de générations différentes, y compris entre générations non consécutives? Et si par chaîne des générations, il entend plus spécifiquement les relations entre ascendants et descendants, où a-t-il vu que le projet d’extension du mariage à des personnes de même sexe abolirait l’interdiction de se marier avec un ascendant ou un descendant ? La prohibition du mariage entre ascendants et descendants et entre certains collatéraux serait même étendue ipso facto puisqu’elle frapperait aussi ascendants et descendants du même sexe, et certains collatéraux du même sexe (par ex. mère-fille ; père-fils, frère-frère, soeur-soeur).4

Où est l’immense chamboulement des rapports entre générations susceptible de faire s’écrouler la civilisation en cas de mariage homo ? Ce prétendu chamboulement est déjà dans la loi qui réglemente le mariage civil actuel et qui permet bien des choses dont le grand rabbin devrait s’inquiéter !

1.4 – Il n’y a pas de « droit à l’enfant »

Le grand rabbin brandit un autre danger : les couples homosexuels, ne pouvant se féconder mutuellement, vont développer leur désir d’enfant sous la forme d’une revendication, celle d’un prétendu « droit à l’enfant ». Ils recourront aux techniques de procréation assistée, au mères porteuses, etc. Le problème est qu’ils ne sont pas les seuls…
Je suis entièrement d’accord avec G. Bernheim lorsqu’il dit qu’il n’y a pas de «droit à l’enfant » et qu’il souligne la monstruosité de cette expression dans la mesure où elle revient à faire un objet d’un être humain. Mais c’est vrai pour tout le monde, comme il le dit aussi… donc cet argument ne vise pas spécifiquement le mariage entre personnes de même sexe, mais également (et sans doute encore davantage) le consumérisme de certains couples hétéros qui considèrent l’enfant comme un objet auquel ils auraient droit… Là encore l’argument est trop large et prouve trop.
Et c’est de plus l’occasion d’une contradiction : on ne peut pas à la fois soutenir d’une part qu’il n’y a pas de « droit à l’enfant », et soutenir d’autre part que le mariage s’inscrit dans l’horizon de la perpétuation, en considérant, avec des larmes de compassion, la stérilité comme un malheur et presque comme une infirmité. Beaucoup de couples qui recourent à la procréation assistée ou à une mère porteuse raisonnent de la sorte et considèrent en conséquence l’enfant comme un droit : forcément, puisqu’on ne cesse de leur répéter que l’enfantement est un devoir et un accomplissement à la fois de leur mariage et de leur personne (surtout pour les femmes !) – ce que la loi ne leur enjoint nullement.

De cette revue, il ressort que la plupart des objections avancées contre l’extension du mariage aux personnes de même sexe par G. Bernheim sont trop larges parce qu’elles peuvent être aussi bien objectées au mariage civil tel qu’il existe actuellement.

2 – Mariage civil et mariage religieux : une contrariété fondamentale. Le mariage civil n’est pas la sécularisation du mariage religieux

Ainsi le raisonnement de G. Bernheim n’est pas spécifique, et on peut s’étonner qu’il ne s’en prenne pas aussi au mariage civil tel qu’il est.
D’où la question : pourquoi le mariage tel qu’il est dans la législation française en vigueur ne le gêne-t-il pas alors qu’il avance des arguments qui devraient logiquement faire de lui un opposant à ce mariage ? Ou il raisonne de travers, ou il sait parfaitement ce qu’il dit. Je prends la deuxième hypothèse, bien sûr. Cela signifie que, tant que le mariage tel qu’il est permet d’accueillir sans trop de frictions le mariage tel qu’il le souhaite – c’est à dire une vision religieuse du mariage -, tant que le mariage civil ne montre pas vraiment son concept parce que les gens en restent à une pratique qui ne le révèle pas, ça peut aller, on ferme les yeux. Mais qu’apparaisse un élément qui en développe logiquement le concept au-delà des limites où on le croyait borné, et c’est la levée de boucliers. En réalité, le déploiement du mariage civil, à chacune de ses étapes, a suscité de violentes résistances de la part des tenants du mariage religieux.

G. Bernheim n’est pas le seul à soutenir cette position : tous les dignitaires religieux sont  à peu de chose près sur la même ligne, même s’ils ne la développent pas avec le soin qu’il y apporte. Ils consentent au mariage civil (que au fond ils détestent, à juste titre) tant que ça ne fait pas trop de vagues. Car ce qu’ils savent très bien, c’est que la législation française, en disjoignant mariage civil et mariage religieux depuis 1792, a en réalité fait du mariage civil non seulement un concurrent victorieux du mariage religieux (et cela les prêtres ne l’ont pas encore digéré) mais en a fait aussi, au fur et à mesure de son développement juridique, un contraire du mariage religieux. Mais tant que cela ne se voit pas trop et que les gens restent dans des limites « décentes », tant qu’on peut leur faire croire que le mariage civil est une sorte de sécularisation du mariage religieux, cela est acceptable.

Je dis que le mariage civil est sur le fond opposé au mariage religieux dans la mesure où rien, dans la législation actuelle sur le mariage, n’assigne de place spécifique aux époux selon leur sexe, et où rien ne destine même implicitement le mariage à la perpétuation d’une lignée : c’est prévu bien sûr, on règle par la loi les obligations des époux à l’égard de leurs éventuels enfants, on règle par la loi certains aspects de la filiation, mais on le fait a minima et c’est considéré comme un fait et non comme une finalité ni même comme une fonction du mariage. La loi ne dit pas aux époux qu’ils ont à fonder une famille, on n’interdit nullement les mariages entre générations même très éloignées, et la question de l’enfantement n’en est pas constitutive (alors que à ma connaissance et par ex. chez les chrétiens la fécondité, requalifiée en novlangue « ouverture à la vie », est un caractère du mariage), c’est juste une conséquence possible. Ajoutons aussi, petit détail, que le mariage civil n’est pas indissoluble : tout engagement à vie est contraire aux droits de l’homme. Et que cette dissolution, le divorce, est elle aussi un acte civil qui s’est vu progressivement dépouiller de sa connotation culpabilisante (sanction d’une « faute ») .
Pour aller jusqu’au bout de ma thèse, je dirai que la question de l’extension du mariage aux personnes de même sexe opère aujourd’hui comme un révélateur du concept de mariage civil, lequel se montre alors dans son irreligiosité.

La question du mariage homo agit comme révélateur parce qu’elle est un élément discriminant : c’est par elle que la contrariété entre mariage civil et mariage religieux apparaît aujourd’hui au grand jour. Elle est apparue jadis et naguère avec d’autres propriétés qui ont fini par se fondre dans le paysage et par ne plus trop préoccuper les clercs, qui ont fini par se plier. Mais il faut se souvenir des déplacements qu’ont été, par exemple, l’abolition de la clause d’obéissance pour la femme mariée et de son incapacité civile,  l’abolition du motif de «faute» pour le divorce, le droit égal pour chacun des conjoints d’administrer ses biens (droit de percevoir son salaire, d’ouvrir un compte en banque par ex.), le passage de l’autorité paternelle à l’autorité parentale, le droit pour la femme de recourir seule à la contraception et à l’ivg5 . Il faut se souvenir des résistances que ces avancées ont à chaque fois suscitées. C’est aujourd’hui la question de l’union entre personnes de même sexe qui, en poursuivant le déploiement du concept de mariage civil, devient la pierre de touche permettant de mesurer la profonde opposition entre mariage civil et mariage religieux : c’est elle qui soulève en conséquence la résistance des prêtres.

Ce n’est tout simplement pas la même vision du mariage. On le savait confusément. On se plaît parfois à penser que le mariage religieux vient se lover dans la législation civile du mariage en lui ajoutant quelques exigences d’ordre privé, ou symétriquement que le mariage civil serait le reflet sécularisé du mariage religieux, mais cette pensée me semble insuffisante. Les points de friction, jadis, naguère et aujourd’hui, montrent qu’il s’agit bien de deux conceptions non pas seulement disjointes ou dont l’une serait plus large que l’autre, mais fondamentalement opposées. Et depuis 1792, c’est la conception civile du mariage qui a progressivement triomphé, socialement et juridiquement, qui a fait plier les conceptions religieuses : on peut comprendre que les prêtres en prennent parfois ombrage et reviennent à la charge.

J’ai parlé de prêtres. Cela peut choquer certains s’agissant d’un rabbin, mais comment faut-il appeler le ministre d’un culte qui parle en l’occurrence ès qualités ? G. Bernheim le dit très clairement ; je ne le lui reproche nullement , mais je ne souscris pas au contenu d’un discours qui déclare :

Ma vision du monde est guidée par la Bible et par les commentaires rabbiniques – ce qui ne surprendra personne. Concernant les sujets-clés de la sexualité et de la fliation, elle est fondée sur la complémentarité de l’homme et de la femme.

La Bible n’est pas en l’occurrence simplement un texte d’étude et de méditation, ce n’est pas à ses yeux un texte mythologique à ruminer comme l’Iliadel’Odyssée ou Les Métamorphoses, mais c’est bien unguide moral et peut-être même juridique. Et pour la complémentarité de l’homme et de la femme, non merci ! Ce n’est pas entre l’homme et la femme qu’il y a complémentarité, mais entre les gamètes et la manière de porter l’embryon à terme.

Eh bien, il faut une fois de plus que les prêtres en prennent leur parti : une République laïque ne va pas chercher le fondement de sa législation dans la Bible ; elle ne s’autorise que d’elle-même. C’est sûrement un péché puisque c’est une déclaration d’autosuffisance. Cela ne signifie pas qu’on puisse faire n’importe quoi, et c’est pourquoi j’ai souligné que bien des interdits seraient explicités et renforcés dans l’hypothèse d’un mariage étendu aux personnes de même sexe.

Maintenant, mon argumentation ne prétend pas balayer d’un revers de main les questions qui se posent et qui ne manqueront pas de se poser au sujet de la parenté et de la filiation. Mais elles se posent déjà, de manière très aiguë, avec ce qu’on appelle les familles recomposées, les familles monoparentales, le recours à la procréation assistée, les mères porteuses, le trafic d’enfants, la conservation des gamètes au-delà de la mort des donneurs, les bébés éprouvette, et le développement inéluctable de l’ingénierie génétique va nous poser des questions très difficiles. Je ne pense pas que l’extension du mariage aux personnes de même sexe aggrave les difficultés qui de toute façon se présentent et se présenteront : elle s’y inscrit et la révèle.

3 – Epilogue : un commentaire de La Genèse

A la fin de son article, G. Bernheim propose une explication de texte de la Genèse sur laquelle j’ai envie de dire quelques mots. Elle est très belle, en effet : la sexuation est une leçon d’altérité, ancrée dans notre chair. Je suis entièrement d’accord, et d’accord pour dire qu’il serait fou, vain et préjudiciable de vouloir effacer cette altérité-là, mais il oublie qu’il y a des gens qui changent de sexe, réellement dans leur chair, et précisément en fonction de cette altérité : on peut s’en étonner, mais c’est une façon radicale, avouons-le, de reconnaître la différence – sur ce point la mythologie gréco-latine est d’ailleurs plus riche que la Bible ! Vouloir s’emparer de cette altérité, la réfléchir, supposer qu’elle puisse être socialement distribuée autrement qu’elle ne l’a été pendant quelques siècles et sur une portion du globe, ce n’est pas nécessairement vouloir l’effacer.

G. Bernheim accuse un peu plus haut dans son texte les homosexuels de projeter cet effacement, de vouloir la disparition de la différence sexuelle. C’est ignorer qu’il n’y a pas plus différent d’un(e) homosexuel(le) qu’un(e) autre homosexuel(le). C’est ignorer ensuite que si des êtres humains se posent explicitement la question de la différence des sexes ce sont bien les homosexuels, beaucoup plus que d’autres pour qui cette différence est de l’ordre de l’évidence, et c’est vrai aussi pour le désir d’enfant. Il faut aussi lire Freud et voir combien cette altérité-là n’est une donnée fixe que dans la mesure où elle fournit un terrain, un zonage sur lequel vont s’étayer toutes les perversions, selon une histoire personnelle et singulière que le sujet ne contrôle pas mais qui est contingente, et non selon une nature et pas davantage selon une téléologie fixée uniformément pour chaque sexe par un dogme religieux. Est-ce de l’artificialisme ? Non car je ne pense pas qu’on puisse manipuler ces contingences de manière purement technique, elles s’installent à l’insu du sujet et viennent le tourmenter. Et il n’existe aucune sexualité humaine qui ne soit perverse.

Ce que dit ensuite G. Bernheim pourrait très bien s’accorder avec la théorie freudienne, puisqu’il souligne que dans le récit de la Genèse, la sexuation n’est mentionnée que pour l’homme et pas pour les animaux : je trouve que c’est une idée très profonde. Mais il verrouille aussitôt ce que cette remarque a d’énigmatique et de troublant, ce qu’elle comporte de vacillement s’agissant de la sexuation, pour l’interpréter en termes de dualité fixe et distributive (la sexuation humaine se réduirait à deux sexes clairement distingués, et on invite chacun des sexes à camper sur sa spécificité, on évacue tout trouble quant à cette distinction, on assigne à chacun une destination). Je cite :

c’est précisément dans la relation d’amour, qui inclut l’acte sexuel par lequel l’homme et la femme « deviennent une seule chair », que tous deux réalisent leur finalité propre : être à l’image de Dieu6 .

Cette altérité, reconvertie en dualisme téléologique sans bavure et sans équivoque, devient alors une destination, la complémentarité de l’homme et de la femme étant inscrite dans l’ordre créé par Dieu et la rencontre de l’homme et de la femme étant une manière pour l’humanité de réaliser l’Un. Je cite :

C’est dans leur union à la fois charnelle et spirituelle, rendue possible par leur différence et leur orientation sexuelle complémentaire, que l’homme et la femme reproduisent, dans l’ordre créé, l’image du Dieu Un.

Ouf ! laissez-moi respirer ! on peut relire aussi Le Banquet et avoir le droit d’envisager cette affirmation comme une hypothèse parmi d’autres? Et puis qu’on nous lâche un peu avec l’Un et l’amour fusionnel. Qu’on nous lâche un peu avec ce terrible dieu du monothéisme ! On a le droit d’être épicurien et de penser qu’il faut se tenir à bonne distance de toute divinité.

On peut donc objecter bien des choses au mariage homo, et il n’est pas étonnant que la résistance soit exprimée principalement par des dignitaires religieux : c’est leur travail ! Encore faut-il qu’ils le fassent avec soin et exigence intellectuelle, comme c’est le cas du grand rabbin Bernheim et qu’ils ne s’en tiennent pas à de simples anathèmes ou (pire ?) à des déclarations purement médiatiques. Mais ces objections, lorsqu’on les examine, frappent pour la plupart aussi bien le mariage civil jusqu’alors réservé aux hétéros. J’en conclus que le centre de la cible, à travers des objectifs intermédiaires qui ont évolué (divorce, contraception, égalité des conjoints dans le mariage, etc., et aujourd’hui le mariage homo) n’a pas varié : c’est le concept même de mariage civil qui est visé, mariage civil qu’on aurait tort de réduire à une sécularisation du mariage religieux.

Le seul point fort des résistances religieuses n’est autre… que leurs propres doctrines et leurs propres dogmes, et la manière dont elles verrouillent l’interprétation de grands textes mythologiques dont elles revendiquent l’exclusivité. Or ces grands textes sont un bien commun à tous, croyants et incroyants. Leur lecture critique peut s’enrichir, bien sûr, des commentaires d’un rabbin, d’un curé, d’un pasteur, d’un imam, pour peu qu’ils les aient médités. Mais de là ne suit pas qu’on doive s’interdire l’étude critique d’un corpus au prétexte que certains le déclarent « sacré » et qu’ils en revendiquent l’interprétation exclusive. Les grands textes sont un bien commun et sont placés dans l’espace critique universel tout simplement parce qu’ils font penser. S’agissant plus particulièrement de mythologies, ces textes, en véhiculant une charge symbolique millénaire, ont une puissante vertu d’équivocité. Souligner leurs énigmes, ce n’est pas les abaisser, mais accroître leur richesse sans s’agenouiller devant eux. On peut donc les récuser commeguides sans pour autant les écarter comme objets et aliments de pensée.
© Catherine Kintzler, 2012

  1. Par commodité, j’utiliserai  souvent l’expression couramment reçue de « mariage homosexuel » ou pour aller plus vite de « mariage homo », bien que je considère cette expression comme inappropriée (voir les raisons dans cet article). Je remercie Edith Fuchs qui a attiré mon attention sur le texte de G. Bernheim, et qui m’a proposé des remarques stimulantes. Je remercie également Jean-Claude Milner pour ses avis éclairés, et pour m’avoir encouragée à présenter l’idée d’une contrariété entre mariage civil et mariage religieux. []
  2. Version intégrale en téléchargement : cliquer ici. Version abrégée sur le site du Figaro . Pour un autre point de vue critique sur le texte de G. Bernheim, voir l’article de Franck Jaoui (Le Monde du 26 octobre). []
  3. Voir les publications de Mezetulle sur l’affaire de la virginité en 2008 : http://www.mezetulle.net/article-20265232.html et http://www.mezetulle.net/article-20259636.html []
  4. C’est ce que fait actuellement le pacs, et ce que prévoit le projet de loi. []
  5. Sur ces avancées, il existe de nombreuses études, voir notamment Gilbert Legay, Droits des femmes, une histoire inachevée. Chronologie et perspectives, éd. Civilia, 2012 []
  6. On remarquera que ce passage peut très bien s’appliquer au viol, il suffit au violeur de dire «j’ai fait ça par amour» – ce qui du reste est souvent profondément vrai, car l’amour peut aussi être une violence, il peut être meurtrier, et comme le dirait Spinoza chacun aime selon sa propre complexion. []