Appel aux dons pour votre journal ReSPUBLICA

Une nouvelle année septembre-juillet s’ouvre avec les prémisses d’une rentrée 2019 que nous souhaitons « offensive ». Nous avons besoin de vous pour faire mieux face à la tâche entreprise il y a près de vingt ans avec, bon an mal an, plus de 900 numéros de ReSPUBLICA. Nous avons toujours besoin…

Vous appréciez ReSPUBLICA ? Soutenez-le !

Depuis 18 ans, ReSPUBLICA alimente les réflexions et les débats de la gauche républicaine, laïque et sociale de façon indépendante des forces partisanes et a fortiori financières. Bien sûr cette indépendance a pour contrepartie les limites du bénévolat de la Rédaction et celles des coûts de structure, uniquement liés à…

ReSPUBLICA au seuil d’une année charnière

2015 aura marqué un nouveau tournant pour le pays. La naissance du non de gauche le 29 mai 2005 , la crise de 2007-2008 qui laisse cette gauche sans réponse, les grandes mobilisations de 2010 sur les retraites qui n’ont pas arrêté le mouvement réformateur néolibéral, la bonne surprise des 11 % du Front de gauche à la présidentielle de 2012, puis les attentats de 2015 et les élections régionales de décembre 2015 : le point de non-retour de la décomposition de la gauche de la gauche est atteint.

Sans visibilité sur les lignes stratégiques qui seront adoptées pour l’élection présidentielle de 2017, et sauf à sombrer dans le gauchisme, maladie infantile de la transformation culturelle, sociale et politique, ReSPUBLICA va poursuivre avec vous, en 2016, l’analyse des faits, la recherche d’un modèle politique et du discours à porter par une « gauche de gauche ».

La nécessité de la double rupture que votre journal promeut depuis longtemps en politique intérieure comme pour les pays atteints par les intégrismes – rupture anti-capitaliste et rupture anti-communautariste – n’a-t-elle pas progressé auprès des militants et des citoyens, en partie sous l’effet des événements de janvier et novembre ? Nous voyons se renforcer les courants laïques des organisations de l’Autre gauche dont des représentants nous ont contactés pour travailler ensemble : ce n’est pas le moment de suivre les extrémistes de l’extrême centre qui croient encore à la possibilité d’un compromis avec les Indigènes de la République ! Nous ne pouvons plus par ailleurs nous satisfaire du discours antilibéral, c’est bien le discours anticapitaliste qui est nécessaire lorsqu’on porte attention aux lois tendancielles du mode de production. (suite…)