Proche-Orient

Israël : “L’Etat a trahi le peuple !”

mardi 23 août 2011
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : http://www.cclj.be/article/2/2...)

Après Tunis, Le Caire, Benghazi, Damas et Madrid, c’est au tour des Israéliens de se révolter. Avides d’un changement de priorités sociales, économiques et politiques, les jeunes sont descendus dans la rue pour faire entendre leurs voix.

Par Ofer Bronchtein, président du Forum international pour la paix1

Il y a une quinzaine de jours, ils étaient des dizaines de milliers à manifester sur la place Rabin. Samedi 30 juillet, ils étaient à Tel-Aviv mais aussi dans toutes les grandes villes du pays. Près de 200.000 manifestants se sont réunis pour exiger que l’Etat serve le peuple et non l’inverse.

L’écrivain David Grossman l’a bien résumé : « L’Etat a trahi le peuple » ! Depuis plusieurs semaines, au cœur de Tel-Aviv, sur la fameuse avenue Rothschild, des milliers d’Israéliens logent dans des tentes.

Des centaines de jeunes les rejoignent quotidiennement. La révolte des tentes s’est d’ailleurs étendue à Jérusalem, Haïfa, Beer Sheva et d’autres grandes villes. Des milliers de parents avec leurs enfants dans des poussettes ont défilé à Tel-Aviv pour exiger les moyens de les élever dignement.

Les médecins poursuivent également leur mouvement de grève. Leur leader a même entamé une grève de la faim. Tous rejettent un système politique où le pouvoir et l’argent ne font qu’un, où la corruption est devenue monnaie courante.

N’oublions pas tous les ministres de leur génération qui ont été mis en examen. L’ex-Premier Ministre Ehoud Olmert est en cours de jugement, d’ex-ministres de l’Economie et de la Santé sont en prison, tandis que l’ex-président Katsav a été condamné pour viol.

Enfin l’actuel ministre de la Défense, Ehoud Barak a dû, à plusieurs reprises, s’expliquer à la police sur des millions accumulés, alors qu’il a été militaire durant presque toute sa carrière. Sans parler de ceux dont on n’a pas encore découverts les méfaits.

Que veulent les Israéliens ? Un changement des priorités nationales ! Ils exigent plus de logements sociaux, une baisse des prix de l’immobilier, un travail mieux rémunéré ou du travail tout court.

Et aussi une baisse générale des prix, un plus grand pouvoir d’achat, la gratuité de l’éducation dès la maternelle, un meilleur système de santé, la fin des monopoles et de la mainmise sur l’économie par une poignée de milliardaires qui contrôlent la presque totalité des richesses du pays.

Réduire le budget militaire

Pour satisfaire leurs revendications, il faudra passer par la case « paix », et arrêter d’investir dans les colonies, le paiement par l’Etat de salaires aux colons. Il faudra réduire le budget militaire, engraissé régulièrement par des dépenses souvent injustifiées et par une culture de la peur que nourrit le pouvoir.

Le coût d’un avion de guerre permettrait à 60.000 étudiants la gratuité annuelle de leurs études, celui d’un tank permettrait à 10.000 collégiens la gratuité de leur scolarité, celui d’un fusil-mitrailleur à un jeune couple d’augmenter ses revenus de 10%.

A Tel-Aviv un nouvel ordre économique, social et certainement politique se construit. Comparé par certains à l’euphorie de la création de l’Etat d’Israël, un vent de changement souffle.
Tôt ou tard, il atteindra les voisins palestiniens car c’est bien du même combat qu’il s’agit : celui de l’espoir, de la justice, de la liberté, celui d’un avenir meilleur !

  1. Le Forum International pour la Paix a été fondé en 2002 par Ofer Bronchtein, ancien collaborateur d’Itzhak Rabin, et Anis El Qaq, ex-secrétaire d’Etat à la coopération de l’Autorité Palestinienne, afin de travailler au rapprochement et à la réconciliation entre les deux peuples. []