International

La Tunisie institue la parité 
hommes-femmes en politique

Mercredi 20 avril 2011
Par
professeur,
membre de la Haute instance pour la réforme politique en Tunisie
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : http://www.humanite.fr/15_04_2...)

Une première dans le monde arabo-musulman mais aussi au-delà

Petit pays, grande nation ; en votant la loi sur la parité hommes-femmes pour la Constituante, j’ai eu l’intime conviction que nous nous sommes projetés dans le futur en enjambant d’un seul pas une ligne jugée par beaucoup infranchissable.

Et, pourtant, pourtant nous l’avons franchie, pour prouver à nous-mêmes d’abord, puis aux autres ensuite, que la Tunisie méritait bien une révolution.

Ce n’est pas un hasard si la femme a constitué depuis plus d’un siècle l’enjeu et le pivot de toutes les modernités : scolarisation des filles dans les écoles franco-arabes donnant au pays ses premières femmes médecins, ses premières institutrices et ses militantes de première heure,
Réformisme tunisien de première heure s’exprimant en faveur de l’émancipation des filles musulmanes par l’éducation chez les jeunes Tunisiens, puis avec vigueur et détermination avec Tahar Haddad1. Puis vint le temps de l’indépendance et des grandes réformes instituant l’État national, avec comme grande première réforme le Code du statut personnel, dès 1956, bien avant la République, pour annoncer la vocation moderniste d’une société qui n’avait d’autre choix pour se développer que d’émanciper ses femmes.

La parité gagnée hier lors d’une séance émouvante, gagnée à l’arraché, à main levée, était le premier geste qui montre que nous étions, femmes et hommes, les dignes héritiers de Haddad, de Thaalbi2 et de Bourguiba.

À ceux qui disent que cette loi est peut-être en avance sur les réalités encore précaires et fragiles, je dirais : c’est à la société de s’adapter à ses nouvelles lois.

De tout temps, la Tunisie s’est affirmée en se surpassant, en abolissant l’esclavage avant bien d’autres pays en Occident même, en se dotant d’une constitution bien avant des pays et des continents, en faisant de sa Zaytouna3, de son collège Sadiki4, de sa Khaldouniya5 
des foyers de lumière pour tous les peuples du Grand Maghreb, en abolissant la polygamie en criant haut et fort que l’Islam signifie liberté et égalité.

En instituant la parité des droits en politique, nous disons simplement : femmes de Tunisie, vous avez guidé une révolution, guidez le peuple vers plus de lumière, vers plus de liberté.

  1. L’un des fondateurs de la Confédération générale des travailleurs tunisiens (CGTT), en 1924. []
  2. Fondateur du Destour en 1920. []
  3. Grande université islamique 
qui forma des générations 
de savants. []
  4. Premier lycée secondaire moderne de Tunisie fondé en 1875. []
  5. Première école moderne de Tunisie fondée en 1896. []
Par
professeur,
membre de la Haute instance pour la réforme politique en Tunisie


Voir tous les articles de

Au sommaire du n°

746