Courrier des lecteurs

Confusion générale ou Comment la religion peut masquer le racisme

lundi 1 juin 2015
Par

Rentré de voyage en France après les attentats du début janvier, j’ai compris qu’ il ne fallait pas dire un mot de travers. Ni « Je suis Charlie » ni « Je ne suis pas Charlie » et surtout ne participer à aucune polémique. Elle serait vaine. Car enfin où est le problème avec un livre, un journal, un film ou une pièce de théâtre ? On ne force personne à lire un journal ni à voir un film !
Le comble du ridicule est atteint quand vous avez une manifestation hostile à Charlie Hebdo en Afghanistan (ou au Pakistan, à Gaza ou au Bangla Desh… pays où ce journal est totalement ignoré). J’ai eu la chance d’ aller en Afghanistan en 1983 pour une mission de Médecins du Monde, ce fut un choc. Et je peux dire que ce genre de manifestation est instrumentalisée et pure hypocrisie. Et que si on veut parler indignation alors c’est la situation qui est faite aux femmes chez les Pashtounes qui est indigne ! Qui est la pire de ce que j’ ai pu voir à travers plus de 50 ans de voyages dans plus de 80 pays. Qui partage ce triste record de sexisme avec l’ Arabie saoudite, terra incognitapour moi – mais où nous avons suffisamment de témoignages, compris le film Wadjda de la Saoudienne Haifaa al Mansour pour l’affirmer.
La chronique des événements en Afghanistan à partir de 1979 a été bâtie sur un mensonge de l’Occident et de ses alliés. Le méchant était l’U.R.S.S. et il s’agissait d’ une invasion… Faux. Le gouvernement afghan était communiste.Il avait signé des traités d’ assistance avec l’URSS. Il a fait des réformes par décrets, malhabiles peut-être mais que je ne pourrai jamais lui reprocher : réforme agraire, égalité hommes/femmes ! Vous imaginez la tête des mollahs ! Guerre sainte contre les impies ! Allah Akbar ! C’est parti ! Vous imaginez la tête de nos imbéciles de service, Bernard Kouchner en première ligne ! Allons aider ces pauvres afghans opprimés. Médecins du Monde aux côtés d’ Amine Wardak et Médecins sans Frontières aux côtés du « Lion du Panshir » avec un double but : humanitaire et rapporter de l’ information… tronquée et rien sur les femmes. Mais c’est seulement en 2014 que j’ai appris qu’Amine Wardak et Massoud, qui avaient fait des études en France et parlaient un excellent français, étaient tous deux des agents du SDECE (voir J.C.Notin, La guerre de l’ombre des Français en Afghanistan. 1979-2011 » Fayard) ! D’autres pays se sont investis de façon plus directe en fournissant armes et argent aux moudjaheddines (on ne parlait pas encore de talibans) : USA, Arabie saoudite et Égypte.
Cette expérience m’a beaucoup aidé à comprendre la situation actuelle, disons la confusion actuelle et m’a rendu méfiant rapport aux guerres saintes soi-disant libératrices.(la Syrie en particulier et là encore une fois la propagande occidentale a « mis le paquet »). Très vite j’ai compris que quand il y avait un Salman Rushdie quelque part (ou une Taslima Nasreen) nous devions être à ses côtés. Que nous devions être solidaires d’ une femme comme Taslima Nasreen même si elle a l’hostilité de 100 millions de personnes qui ne l’ont pas lue et que nous devrions lire, au moins Enfance au féminin. Que nous devrions bannir à jamais les fatwas et ceux qui les prononcent !
Le lavage de cerveau peut être pratiqué par des gens que nous croyons proches ou qui l’ont été. Les islamo-gauchistes par exemple. Les Indigènes de la République se sont spécialisé dans la dénonciation de l’ islamophobie. Une obsession chez eux qui engendre de la confusion dans le débat sur le racisme.
Quand un flic ou un militaire israélien maltraite un Palestinien, il se  fout de savoir si celui-ci est musulman, chrétien ou communiste. Il l’identifie comme Arabe et ça lui suffit. Quand un flic français contrôle ou maltraite un Arabe, il ne sait pas s’ il est musulman, indifférent ou athée. C’est ce qu’on appelle le contrôle au faciès. C’ est du racisme pur et non pas de l’islamophobie, terme que je n’ utilise pas car il amène du religieux là où ce n’ est pas nécessaire. (C’est même malhonnête dans la mesure où nous savons que ceux qui souffrent le plus du racisme sont les Roms et assimilés.)
J’ai pu mesurer à quel point les islamo-gauchistes pouvaient faire du mal. Leur sectarisme leur permet d’ éviter de parler du racisme dans sa globalité. En Afrique de l’ Ouest des Africains (Noirs) qui étaient allés au Maghreb m’ ont parlé du racisme qu’ ils y ont subi. C’est hélas le fléau le mieux partagé dans le monde.
La religion devrait garder un caractère privé. Or de nombreux sujets restent tabous. La sexualité, le planning familial, l’avortement, même l’adoption… L’ambassadeur de France au Vatican vient d’être nommé par le gouvernement. Il est homosexuel et n a toujours pas été adoubé par le Vatican ! Oui les religions sont géniales pour les dirigeants pour dominer les peuples. Poutine l’a bien compris et les Pussy Riots ont bien compris Poutine.
Le problème avec les Indigènes est qu’ils évitent de parler de ce qui dérange. Rien sur Boko Haram. Rien sur les dizaines de milliers de morts dans les guerres sectaires et fratricides qui opposent chiites et sunnites. (Bien sûr nous avons connu les guerres de religion en France opposant catholiques et protestants voici 500 ans). Mais depuis Darwin et bien des philosophes sont passés par là. Niés par les fondamentalistes des sectes évangélistes et nombre d’ islamistes. Ce matin de 13 mai 2015 j’ apprends qu’ un 3e Libre Penseur a été assassiné au Bangla Desh. Et un raid sur une école au Pakistan, 154 enfants massacrés, on peut en parler non quand on fait la chasse à l’ islamophobie ? Et Malala ? Une balle dans la tête à 15 ans parce que femme rebelle ?
Comment voulez-vous que le Français qui avale du TF1 à longueur d’année puisse comprendre leurs discours pitoyables enfermés dans la victimisation alors que le plus grand nombre de victimes dans le monde sont des musulmans tués par d’ autres musulmans et qu’en France même les premières victimes du racisme sont les Roms (comme par hasard ce sont eux qui ont le moins les moyens de se défendre ).
Quand les islamistes égyptiens massacrent des Coptes nous devons défendre les Coptes. Quand des protestants oppriment des catholiques (je l’ai vécu en Irlande du Nord) nous devons soutenir les catholiques. Quand des musulmans oppriment des bouddhistes nous devons soutenir les bouddhistes (je l’ai vécu au Bangla Desh). Et quand des bouddhistes oppriment des musulmans (présentement en Birmanie) nous devons soutenir les musulmans Rohingyas. Tout simplement parce que le sectarisme qui débouche sur le crime est intolérable.
Tout est à traiter au cas par cas. Les analyses des islamo-gauchistes sont manichéennes. Ils n’ ont pas compris que nous sommes dans une nouvelle phase du fascisme et que, malgré les apparences la plupart des pouvoirs sont complices (les USA en particulier mènent une politique ambiguë mais aussi le Pakistan, l’ Arabie saoudite, la Turquie par haine des Kurdes etc.). Dans les années 30 on a laissé monter le fascisme, on a laissé écraser les Républicains espagnols et en 1939… trop tard, le rapport de force était encore une fois imposé, il fallait se battre…
Qu’ils relisent Matin brun.

Par

Voir tous les articles de