Politique

Elections à Mantes et Perpignan : le Front de Gauche doit clarifier sa position

dimanche 14 juin 2009

Le Front de gauche a plusieurs atouts pour lui : stratégie à front large, clarté vis-à-vis des traités de l’Union Européenne, ligne qui se laïcise et se républicanise (seule possibilité de diminuer le fossé avec les couches populaires ouvriers-employés). Mais il y a loin encore de la coupe aux lèvres tant les embûches sont possibles.

L’avenir est donc dans le Front de gauche1 … à condition d’une clarification politique, car ce qu’il se passe à Mantes (78) et à Perpignan (66) à l’occasion d’élections locales est inquiétant et doit être condamné par les responsables du Front de gauche !

A Perpignan pour les élections municipales, le PCF a souhaité partir dès le premier tour en alliance avec le PS au lieu de partir au premier tour en stratégie Front de gauche puis négocier pour fusionner au deuxième tour. Voilà qui est contre-productif et va amplifier et renforcer la campagne anti-unitaire du NPA.

Pour la cantonnale à Mantes-la-Jolie, la stratégie du PCF est de présenter un communiste, Joël Jegouzo, avec pour suppléante Nathalie Coste de Décil. Or, Decil qui est une association voulant promouvoir la démocratie et la citoyenneté locale est un repaire de communautaristes islamo-gauchistes , avec comme membre influent le Vert Mariojouls, ami de Tariq Ramadan.

Nathalie Coste était une des dirigeantes d’ « Une école pour tous et toutes » qui soutenait les lycéennes voilées dans le sillage de la “pétition des Indigènes de la république“. C’est une amie de Bénédicte Bauret, conseillère régionale d’Ile de France qui a été la présidente du comité de soutien du Front de gauche à Mantes pour les dernières européennes. Elle est aussi à la LDH. Nous rappelons qu’ Hayet Morillon, ancienne socialiste naguère laïque a brouillé les cartes   en rejoignant avec ses amis l’équipe communautariste et affairiste de l’UMP Bédier qui vient d’être condamné et dont l’invalidation provoque ces élections cantonales. Aujourd’hui, nous avons besoin de clarté pour opposer à la droite néolibérale communautariste une gauche anticapitaliste laïque et républicaine. Toute autre voie est une impasse et ajoute à la confusion.

Le PC s’était engagé dans des alliances Front de gauche à Mantes et dans d’autres villes comme celle de Poissy où vont se dérouler des législatives partielles par suite de la condamnation d’un autre affairiste Masdeu-Arrus. Il revient sur tous ces engagements, ne parlant plus que de stratégies unitaires ce qui veut dire dans son jargon “exit le Front de gauche“. Même Lahsen Zbayar candidat aux élections européennes et secrétaire du Parti de Gauche du mantois a pesé de toute son influence pour faire accepter ce recul anti-républicain et anti-laïque. Le clou de la confusion est que dans le programme, on dit souhaiter « Défendre la laïcité menacée par les attaques récentes du gouvernement qui ne permettent plus d’assurer l’égalité devant la loi de tous les citoyens» mais pour cela, on s’associe avec les adversaires de la laïcité et de la république. C’est insensé ! Bien évidemment, cette stratégie qui a déjà fait tant de mal au PCF provoque des remouds : un dissident communiste, Marc Jammet, se présente également contre le candidat du PCF. Les responsables nationaux du Front de gauche ne peuvent pas faire la politique de l’autruche devant ces dérives qui vont renforcer le camp des sociaux-libéraux d’une part et des nonistes de gauche anti-unitaires de l’autre. Nous attendons fermement une mise au point claire de la direction du Front de gauche pour condamner ces deux errements stratégiques.

  1. alliance entre le Parti Communiste Français, le Parti de Gauche, Gauche Unitaire et République et Socialisme []
Par

Voir tous les articles de