Service Public

Et pendant ce temps, la casse du service public hospitalier continue…

samedi 20 février 2010
Par
Secrétaire National à la Santé
République et Socialisme
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : www.republiqueetsocialisme.fr...)

Alors que des millions d’euros ont été négligemment dilapidés pour prévenir la grippe A !! … L’État s’attaque à l’hôpital public, nous en voulons pour exemples :

– L’hôpital des enfants à Toulouse (CHU), très réputé pour son service de cardiologie pédiatrique a été fermé du jour au lendemain sur décision de l’ARH : pourtant un service de pointe qui devait devenir le Centre Interrégional d’organisation sanitaire de la chirurgie cardiaque pédiatrique.

Cette situation relève de l’absurde selon les cardiologues et les chirurgiens toulousains qui pendant plusieurs mois se sont impliqués dans la mise en conformité de ce centre. Ce sont 3 régions qui seront touchées si l’ARH (ARS) ne revient pas sur sa décision. De très petits bébés et des enfants qui devaient subir des interventions ont du être transféré en urgence à Bordeaux dans un service de cardiologie adulte ou à Marseille à plus 5 heures de route.

Cette décision insensée met en danger la vie et la santé de centaines d’enfants.

– La direction de l’hôpital du Centre Hospitalier de Decize (58) confirme l’arrêt des accouchements fin février, malgré l’opposition des élus. Il n’y aura plus d’accouchements à partir du 20 février 2010. La municipalité et les habitants de la Région s’insurgent contre cette décision qui est inacceptable, au seul motif qu’on ne trouve pas de remplaçant au médecin qui part à la retraite et suscite l’incompréhension, en effet, environ 360 enfants naissent chaque année à la maternité. La direction de l’hôpital indique que l’établissement continuera à assurer le suivi gynécologique, les échographies, le suivi pré et post natal, les cours de préparation à la naissance et la rééducation périnéale.

Après Clamecy et Cosne-sur-Loire, c’est un nouveau coup dur pour les maternités de la Nièvre.

– L’Assistance Publique/ Hôpitaux de Paris (AP-HP) est une « grosse machine » sanitaire ; c’est 37 hôpitaux, 90 000 employés et plus de 7 milliards d’euros de budget annuel. Une institution que l’on croyait hors d’atteinte mais Sarkozy a osé le faire ! ! ! Il prévoit de « rendre » 1000 postes en 2010, la prise en charge des patients est déjà insatisfaisante et la charge de travail importante, les agents ont déjà des problèmes pour poser leurs congés…. Si l’année 2010 fait peur, les suivantes également. Il est prévu la réduction annuelle de 1% de postes de personnel soignant jusqu’en 2012.

– L’hôpital de Decazeville (12) : arrêt du financement du service de soins continus pourtant, c’est un service qui fonctionne et il faudra faire plus de 40 kms pour que le patient soit pris en charge…

– Autres atteintes des services publics, ce sont les Centres d’Interruption Volontaire de Grossesse, par souci d’économie mais aussi pour « faire les yeux doux » aux lobbyistes de l’anti-avortement. Depuis Juillet, et le départ en retraite du médecin, le centre IVG de Tenon est fermé pour une durée indéterminée. Les femmes dans l’attente d’IVG sont dirigées vers l’Hôpital Saint Antoine, mais nous savons que la maternité et le centre IVG ST Antoine va disparaître aussi, les femmes devront alors aller à l’hôpital Trousseau, dont on ne sait si les capacités d’accueil répondront aux besoins. Cette année en région parisienne 3 centres ont fermé: Jean ROSTAND, BROUSSAIS, TENON, et prochainement AVICENNE. C’est non seulement une casse des services publics mais aussi une atteinte à la liberté des femmes de « disposer » de leurs corps !

– SISTERON, CREIL, VALREAS, CLAMECY… et la liste est malheureusement très longue de ces hôpitaux menacées par les décisions injustes du gouvernement français.

République et Socialisme sera aux cotés de ceux qui souhaitent garder un système public hospitalier de qualité et de proximité ! seule garantie d’une égalité de traitement de tous les patients quels qu’ils soient !

République et Socialisme exige le maintien des structures pratiquant l’IVG (c’est une obligation : loi du 30/11/1979)

République et Socialisme exige le maintien des grands centres de soins qui font la renommée du système sanitaire français !

République et Socialisme demande que soit mis en place rapidement des Etats généraux de la Santé !

Par
Secrétaire National à la Santé
République et Socialisme


Voir tous les articles de