Débats

Nouvelle-Calédonie : la République coloniale de Guylain Chevrier

lundi 28 mai 2018
Par
Union des Familles Laïques, Réseau Education Populaire

On peut s’étonner que le Comité Laïcité et République ait cru bon de reprendre dans son bulletin de mai un texte de Guylain Chevrier, paru dans Atlantico et intitulé « Nouvelle-Calédonie : Macron évite habilement les pièges… mais ne règle rien » . Cet « historien » – par ailleurs vice-président du CLR – illustre en effet dans cet article comment, à partir de la défense de la  laïcité (qui n’a aucune pertinence stricto sensu dans la question néo-calédonienne) on en vient à brandir la menace d’un communautarisme, facteur de violences à l’image de celles de la grotte d’Ouvéa en 1988.  Voilà le citoyen de métropole averti par des citations prises sur Europe 1, si la République ne s’affirme pas sur ce territoire et que le non l’emporte au référendum de l’automne 2018,  il y a risque insurrectionnel de la part de la minorité indépendantiste !
La visite récente du chef de l’Etat et l’absence de prise de position de celui-ci sont le prétexte à cette incroyable proposition : « …comme si la Nouvelle-Calédonie n’était pas avant tout encore à ce jour française, et donc dans une République dont le président est le chef et dont il est censé défendre selon notre constitution l’intégrité territoriale… ». Et d’ailleurs quel coupable message de faiblesse à l’égard des métropolitains issus de l’immigration, ajoute-t-il [1]!
Outre la grossièreté du procédé de chantage[2], on ne peut s’empêcher d’évoquer d’identiques raisonnements qui ont fleuri du temps de l’Algérie française ; dans les développements de l’article sur les facteurs géo-stratégiques, on pourrait presque substituer essais atomiques et pétrole saharien à zone maritime dans le Pacifique et  nickel…

Que la Nouvelle-Calédonie soit juridiquement une « collectivité territoriale française » et non une colonie, comme l’affirme notre historien hyper-laïque ne change rien à l’affaire, il y a bien eu un processus de colonisation depuis 150 ans, avec violence et expropriations, il doit le savoir. Et  les Nations-Unies ne font pas de sémantique, réitérant  la nécessité « d’un acte libre, équitable et authentique d’autodétermination » tel que prévu par les accords de Nouméa, alors que leur Comité spécial de décolonisation (C24) suit la régularité du processus électoral sur place.

Dernière remarque à propos de la défense de la Constitution française invoquée à propos de « l’intégrité » du territoire »  : dans quel temps historique vit G. Chevrier ? ignore-t-il la complexité du peuplement des trois provinces calédoniennes en tentant d’ethniciser le camp « loyaliste » et le camp « indépendantiste » ? par hantise du multiculturalisme,  refuse-t-il de voir ce que la culture kanak du dialogue, de la terre comme propriété commune du groupe, par exemple, porte en elle de principes universalisables ? de plus voudrait-t-il  rayer de notre droit tout à la fois le référendum de novembre 1988, la loi organique de mars 1999 et loi constitutionnelle de février 2007 ? ne veut-il pas voir les tentatives de l’ex-colonisateur pour limiter la portée des accords de Nouméa, maintenir une colonie de peuplement et rogner le « corps électoral spécial »[3] ?

La notion de République est brandie en étendard, mais laquelle ? la République coloniale d’hier ? ou une République française qui croit à la promesse d’un « destin commun », veille au respect d’engagements négociés tant avec le peuple kanak qu’avec les descendants des colons et ratifiés dans le cadre national ?

Mieux encore, une fois la question institutionnelle réglée ou en attendant qu’elle le soit, ne vaut-il pas mieux s’intéresser aux enjeux sociaux et environnementaux qui conditionnent le devenir du territoire calédonien et de ses habitants ? Car s’il y a un passif de la colonisation, là comme ailleurs, c’est dans les inégalités sociales et dans les atteintes à la nature qu’il est le plus visible. Pour les forces progressistes de la métropole qui veulent utilement soutenir les forces progressistes de Kanaky, la véritable question est d’identifier celles-ci sur la base des réalités locales.
Il nous faudra prochainement y revenir.

Notes

[1] G. Chevrier a un temps collaboré au journal Riposte laïque dont la dérive ultra-droitière et raciste est connue.

[2] Il faut aussi rappeler qu’en cas de majorité du non en novembre 2018, deux référendums supplémentaires peuvent être organisés à la demande du Congrès de la Nouvelle-Calédonie dans les deux et quatre ans qui suivent.

[3] Le gauchisme anticolonial illustré par Saïd Bouamama,  dont nous combattons les positions indigénistes, est cependant bien informé sur ce point : https://bouamamas.wordpress.com/2018/04/16/loeuvre-negative-du-colonialisme-francais-en-kanaky-une-tentative-de-genocide-par-substitution/

Par
Union des Familles Laïques, Réseau Education Populaire

Voir tous les articles de