Quand l’histoire nous sert à comprendre le présent : deux ouvrages recensés

La surpuissance des médias dominants, la faiblesse de la formation militante et de l’éducation populaire refondée auprès des citoyens, sont des causes de l’incapacité citoyenne à résister à l’hégémonie culturelle néolibérale pourtant largement contestée. De nombreuses croyances circulent en milieu militant, malheureusement ce ne sont pas toujours les plus efficaces…

Questions de théorie et de stratégie écosocialistes

Clarifications doctrinales De la vraie-fausse vague verte aux élections municipales à la convention citoyenne pour le climat, des cinquante nuances de « Green New Deal » au « Tous Écologistes » du gouvernement de Jean Castex, le débat public en France continue à être significativement marqué par les tentatives de…

Read more about the article Questions de théorie et de stratégie écosocialistes
Franz Marc "Paysage avec Maison, chien et boeuf'', 1914

Comprendre le nouveau monde Extrait de la Phénoménologie de l'esprit

Le 27 août 1770, à Stuttgart, naissait Georg Wilhelm Friedrich Hegel, maître de la pensée dialectique, théoricien du monde né des Lumières et de la Révolution, professeur de toute une génération intellectuelle allemande et dont les concepts et la méthode ont directement inspiré l’oeuvre de Marx. Pour saluer les 250…

Read more about the article <span class="entry-title-primary">Comprendre le nouveau monde</span> <span class="entry-subtitle">Extrait de la <em>Phénoménologie de l'esprit</em></span>
"Lever de Soleil" (1920)

Leur « République laïque »… et la nôtre Nier la réalité historique discrédite les valeurs et les principes républicains

L’émotion aux États-Unis face à l’assassinat de George Floyd et sa « réplique » en France avec la mobilisation massive du comité Adama en juin ont suscité des prises de position de personnalités et de comités se réclamant du combat laïque. Le moins que l’on puisse dire est que certaines…

Notre boussole : République sociale et laïcité !

La charte d’Amiens nous a légué une des conditions nécessaires à une bifurcation sociale et politique : « la double besogne ». C’est l’articulation entre les revendications immédiates centrales de la lutte de masse avec un objectif à moyen terme, une boussole en fait. Sans une articulation dialectique entre ces deux éléments, on…

« Ségur de la santé » : le cercle de la raison sanitaire

« C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases. » Michel Audiard, Les Tontons flingueurs. Le pouvoir macroniste recourt, depuis son accession au trône de la monarchie républicaine, à trois stratégies pour déminer le terrain social : le mensonge, l’enfumage et la répression policière. Impossible d’oublier la triste…

Le Serment de Vincennes, 19 juin 1960 : la Guerre scolaire visible hier, sournoise aujourd’hui, est toujours d’actualité

La Guerre scolaire public/privé majoritairement confessionnelle, tout comme la lutte des classes que d’aucuns affirment finie et qui pourtant fait toujours plus de ravages pour les plus modestes, la Guerre scolaire est toujours d’actualité mais ce sont les Églises qui la conduisent, notamment catholique, et les républicains qui font profil…

L’Après et l’économie

La crise sanitaire majeure que nous vivons et subissons est révélatrice d’une crise plus vaste, sociale, écologique, démocratique et économique. Elle est un amplificateur des problèmes bien antérieurs à celle-ci comme : les délocalisations massives consubstantielles de la désindustrialisation, l’agriculture intensive, la détérioration dramatique des grands équilibres écologiques planétaires. La…

Pandémie : à voir et à lire

Frédéric Pierru : « Dans l'après-Covid, on jugera la gestion de l'hôpital comme une vraie folie » EXTRAIT La crise du coronavirus jette une lumière crue sur la fragilité de l'hôpital public. En 2019, les sociologues Frédéric Pierru, Pierre-André Juven et Fanny Vincent publiaient La casse du siècle. À propos des réformes de…

Pour que les « jours d’après » soient des « Jours heureux » Préparer le déconfinement du mouvement social...

Autant la gestion erratique du gouvernement rend le déconfinement très incertain, voire dangereux, à partir du 11 mai, autant nous ne pouvons pas nous satisfaire d’attendre un recul possible du virus pour réfléchir au présent et à l’avenir. La priorité reste la santé. Encore faut-il avoir les outils pour pouvoir…

Un numéro propice aux débats

Que faire quand on est un citoyen confiné lecteur de ReSPUBLICA ? Lire, écouter et voir des témoignages, écrire et partager, bref former ses convictions et débattre ! Nous constatons dans la période, amis lecteurs, votre appétit pour nos textes … et les chansons « déconfinées », mais aussi des contributions spontanées comme celles…

La mondialisation malheureuse est contagieuse

NDLR – Cet article a été publié dans une version courte par l’hebdomadaire Marianne.

« Nous sommes en guerre ». Le Président de la République, M. Emmanuel Macron, l’a répété sept fois lors de son allocution solennelle, sinon sépulcrale, du 16 mars 2020. En guerre, certes, mais reste à définir l’ennemi. Nous avons bien compris que l’ennemi désigné par le pouvoir était invisible, viral, comme l’est le terrorisme islamiste. Rien de tel qu’un ennemi invisible, menant une guerre asymétrique, pour faire taire les désaccords, de plus en plus nombreux, et unifier la Nation autour de son Chef, aux accents gaulliens. Certes, on pourra juger que la prestation frisa le ridicule. Ni l’âge, ni l’uniforme, ni le passé résistant ne venaient conforter ce discours martial. Le tragique de l’époque vient de ce décalage entre des rôles définis dans des périodes héroïques d’un côté, leur occupation par des hommes finalement triviaux de l’autre : un héros national ne peut être un homme qui incarne à l’état chimiquement pur le conformisme intellectuel et politique d’un néolibéralisme agonisant. Et, comme si cette dissonance ne suffisait pas, nous apprenions, dans une interview proprement stupéfiante publiée par le quotidien vespéral1, que l’ancienne ministre de la Santé, Mme Agnès Buzyn, avait alerté – ou pas – dès janvier le pouvoir exécutif de la gravité de la pandémie à venir, puis regretté la « mascarade » du premier tour des élections municipales à laquelle elle s’était apparemment volontiers prêtée… Dès lors, l’incrimination de Français « insouciants » servant de justification à des mesures de santé publique coercitives – le confinement – rejoignait le long cortège d’insultes proférées par M. Macron à l’égard des « Gaulois réfractaires ». Emmanuel Todd, dans son dernier livre, a décidément raison : faute d’avoir prise sur l’Histoire, les gouvernants français sont passés « en mode aztèque »2. Ils se vengent de leur impuissance au niveau international en martyrisant leurs concitoyens… (suite…)

De la mondialisation comme virus

Il y a 40 ans, un virus idéologique se répandait sur le monde. Un Alain Minc, héraut autoproclamé, l’appelait « la mondialisation heureuse ». Refusant toute contestation, le bienheureux Minc s’inquiétait de voir la France être le mauvais élève de la modernité. Il entraînait d’autant plus facilement l’adhésion que les gouvernements de…

Pendant l’exposition au virus, les travaux politiques continuent Comment préparer le mouvement social capable de destituer les responsables et de constituer la République des solidarités, de la liberté et de l’intérêt général

Là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve Friedrich Hölderlin 1 (20 mars 1770-7 juin 1843) Depuis la fin de la semaine dernière et probablement jusqu’en mai, l’Europe et une grande partie du monde vivront dans le rythme étrange qu’imposent d’un côté l’attente fébrile d’informations sur l’évolution rapide…