Comprendre le Hirak : One, two, three. Nouvelle Algérie, par Mina Kaci

You are currently viewing Comprendre le Hirak : <em>One, two, three. Nouvelle Algérie</em>, par Mina Kaci

One, two, three. Nouvelle Algérie (La boîte à Pandore éd.) est le second ouvrage de la journaliste Mina Kaci qui a aussi écrit, outre des reportages dans L’Humanité notamment, Enlevée par Boko Haram  (avec Assiatou, 2016) dont nous avons publié un compte rendu.  Le titre reprend un slogan scandé par les supporters de l’équipe d’Algérie de football, les Fennecs, attesté depuis 2014 mais aux origines incertaines[1].

Publié il y a tout juste un an, il tenait compte dans sa postface de l’arrivée d’Abdelmadjid Tebboune à la présidence et de la disparition d’Ahmed Gaïa Salah en décembre 2019. Onze mois de bras de fer soutenu donc entre la majorité du peuple algérien et le pouvoir, qui seront suivis d’une année de trêve Covid (annoncée le 28 février 2020) et que pourraient relancer les annonces d’un président revenu au pays, à l’occasion du deuxième anniversaire du 22 février 2019.

Comme l’indique bien le sous-titre ( « Le mouvement citoyen raconté par celles et ceux qui le font »), le livre donne largement et avec empathie la parole à des Algériens et Algériennes acteurs du mouvement, rencontrés par l’auteur sur place, non seulement pour écrire l’ouvrage, mais aussi à l’occasion de précédents séjours.
De fréquents allers-retours sont faits avec l’histoire pour éclairer la situation du pays à la veille du soulèvement, après quatre mandats du président Bouteflika et l’annonce d’un cinquième, vingt ans d’un régime corrompu « rouillé et verrouillé ». Pour certains, plus âgés, il s’agissait de « parachever l’indépendance inachevée » en 1962 en assurant enfin la primauté du civil sur le militaire. L’héroïque Djamila Bouhered – résistante FLN lors de la bataille d’Alger – sort du silence dans une tribune de mars 2019 pour exprimer aux manifestants sa gratitude et la fierté retrouvée. Visant les « opportunistes, usurpateurs et maquisards de la vingt-cinquième heure », elle les enjoint de ne pas laisser ceux-ci « pervertir la noblesse de votre combat […], voler votre victoire… ».

Le retour sur le passé, c’est aussi celui vers la décennie noire et la fausse « réconciliation sans justice » de 2005 ; c’est aussi la crainte d’un retour aux violences qui fait choisir d’emblée aux manifestants la voie de la silmya (pacifisme) et leur fait proclamer la fraternité peuple-armée (hors son noyau dur), afin de ne pas risquer encore la spirale violence-répression. Mina Kaci observe dans les manifestations de 2019 la présence – plus ou moins discrète – d’islamistes en particulier aux côtés des mères endeuillées dans les années 1990. Elle note aussi l’influence qu’ils conservent sur l’esprit d’une partie des jeunes, encore qu’il faille à cet égard distinguer les filles, moins perméables au rigorisme religieux.

Pourtant, sur le plan politique, pour  préserver le système en place depuis 1962, comme si rien n’avait changé, le pouvoir n’hésite pas au cours de l’année 2019 à faire appel aux islamo-conservateurs. Il s’agit toujours de promouvoir des élections présidentielles pour mieux refuser le processus constituant réclamé par la rue.

Un chapitre étoffé de l’ouvrage est consacré à la Kabylie. L’auteur constate la particulière pauvreté qui frappe la région depuis plusieurs années avec l’abandon des projets de développement consécutifs à la chute des cours du pétrole et avec la diminution des transferts financiers liés à l’émigration et note les formes particulières de la participation des Kabyles au mouvement populaire. Dès juin 2019, l’emblème amazigh est interdit dans les cortèges, le régime mettant les Kabyles à l’épreuve pour pousser à l’affrontement. En même temps, on verra des banderoles proclamant : « Pardon aux Kabyles de ne pas les avoir soutenus en 2001 »  et « 2001, on nous a séparés – 2019, on va les briser » et des pancartes évoquant les héros de ce « printemps noir » où la marche du 14 juin tomba dans le piège tendu à Alger par le gouvernement.

Autre aspect du Hirak que Mina Kaci tient à souligner, la forte participation des femmes qui s’affirme déjà lors de la journée du 8 mars. Les féministes vont rapidement installer leur « carré » dans les manifestations du vendredi. Non seulement les associations et collectifs de femmes existants vont s’unir pour prendre place dans le mouvement citoyen mais une nouvelle génération se recrute à l’Université.  Le Code de la famille, qui a remplacé en 1984 le « statut personnel » hérité de la période coloniale et consacre l’infériorité féminine, est le point d’achoppement central, défendu qu’il est tant par les conservateurs que par les islamistes. Cependant la mixité – largement due à la scolarisation massive des filles algériennes  et au travail des femmes – progresse inéluctablement même si les jeunes étudiantes acceptent de porter le voile pour « être tranquilles » et quitter leur village.
Nous ne pouvons que partager le souhait de Mina Kaci quand elle écrit :

« En se prononçant pour une société d’émancipation humaine, bâtie sur la reconnaissance du statut de citoyen et citoyenne, le féminisme est sans conteste la voie politique la plus ambitieuse, la plus solide pour tendre vers une Algérie nouvelle. »

Car ici, bien sûr, il ne s’agit pas seulement de faire tomber un pouvoir détesté…

NOTE

[1] Un chapitre du livre porte sur la jeunesse des stades et ses rapports avec les réseaux sociaux, en particulier avec les portraits de Foufa Torino, supporteur de foot, auteur de chansons très politiques et populaires, et celui de Amira Bouraoui, blogueuse influente depuis 2009.