Protection sociale

Le krach du système de santé

dimanche 19 mai 2013
Source externe
Afficher cet article dans son contexte d'origine (source : www.marianne.net...)

L’approfondissement des politiques d’austérité va-t-il provoquer un krach sanitaire ? Au moment où l’OCDE estime qu’il serait possible de baisser, en France, les dépenses de santé à hauteur de 1,3 point de PIB sans nuire à la « qualité » des soins, une étude publiée dans la prestigieuse revue médicale The Lancet tire la sonnette d’alarme sur les effets sanitaires dramatiques de la remise en cause des systèmes publics de santé européens : recrudescence des suicides, résurgence de fléaux infectieux que l’on pensait éradiqués (dengue, malaria, tuberculose) ou maîtrisés (VIH), explosion des inégalités d’accès aux soins, le bilan pourrait devenir catastrophique. Il l’est déjà en Grèce. Les spécialistes de santé publique dénoncent le silence des autorités sanitaires face aux tenants de l’« assainissement » des comptes publics à tout prix. La France ne semble pas faire exception.
Prenons l’exemple de l’accord national inter-entreprise (ANI), actuellement en débat au Parlement. Ses promoteurs mettent en avant la « grande avancée » que constituerait la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise. Son extension à l’ensemble des citoyens promise par le président Hollande au dernier congrès de la Mutualité française signifierait en réalité une accélération de la privatisation rampante du système de santé, la Sécurité sociale se « recentrant » sur les plus pauvres et sur les coûts de santé les plus élevés.
Un tel « recentrage » est sous-tendu par un choix politique implicite: la France n’a plus les moyens, via les prélèvements obligatoires, de faire en sorte qu’en matière de soins, chacun paie selon ses moyens et reçoive selon ses besoins. Et elle en a d’autant moins les moyens que le gouvernement n’ose pas affronter les différents lobbies de la santé à l’origine de gaspillages importants.
Reste la solution d’un transfert de prise en charge vers les assurances privées (mutuelles, instituts de prévoyance et assureurs à but lucratif). Or tout euro transféré de la Sécurité sociale vers les complémentaires santé est un euro inégalitaire, et ce pour au moins trois raisons.
La première est que les contrats de complémentaire santé sont de qualité fort variable : ceux qui les souscrivent à titre individuel optent pour des contrats d’entrée ou de moyenne gamme, couvrant mal les soins dentaires, d’optique ou
les dépassements d’honoraires tandis que les cadres des grandes entreprises ont accès à des contrats haut de gamme, financés pour moitié par l’employeur.
La seconde raison tient en deux chiffres : pour un ménage modeste, l’acquisition d’une complémentaire santé représente près de 13 % de son budget, contre moins de 4 % pour un ménage aisé. Dit autrement, avec ce désengagement programmé de la Sécurité sociale, les plus modestes paieront plus pour avoir moins et les plus riches paieront moins pour avoir plus.
La troisième raison est due à la majoration des primes non pas en fonction des revenus mais en fonction des risques médicaux, les personnes âgées payant 2 à 3 fois plus que les personnes jeunes. Moins égalitaires, moins solidaires, les assurances complémentaires sont aussi moins efficientes avec des frais de gestion pouvant dépasser 20 % du chiffre d’affaires contre moins de 5 % pour la Sécu.
Cerise sur le gâteau, ces accords d’entreprise bénéficient d’une aide de l’Etat sous forme de déductions fiscales et sociales (actuellement de 4 milliards auxquels l’AMI va rajouter 2 milliards) payées par les contribuables y compris par ceux qui n’ont pas de mutuelles ! L’ironie veut que ce ne soient pas les mutuelles qui sortent victorieuses de l’accord ANI, mais les instituts de prévoyance et, à leur suite, les assureurs privés lucratifs. Parce que les premiers sont liés aux organisations syndicales et les seconds sont défendus par le Medef. Les premiers veulent des accords de branche et les seconds des accords d’entreprise. On aurait pu les mettre d’accord en proposant que la Sécurité sociale soit non seulement l’assureur principal obligatoire mais aussi l’assureur complémentaire comme cela est le cas en Alsace-Moselle. Cette proposition a hélas été jugée non recevable. Vous avez dit lutte contre les conflits d’intérêts, transparence, rigueur ?

Paru dans Marianne, 18 – 24 mai 2013, pp. 58 – 59