Chronique d'Evariste

Rompre avec les stratégies perdantes

dimanche 20 septembre 2020
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience. » René Char

« On ne pardonne jamais à un homme les injustices qu’on lui a fait subir. » Galilée

Pourquoi la gauche a-t-elle participé au progrès social et politique pendant près de deux siècles et depuis plus de 30 ans n’y arrive-t-elle plus ? Nous vous proposons ici quelques pistes de discussion (sur lesquelles nous sommes prêts à venir débattre avec vous lors d’initiatives montées dans vos territoires).
En effet, du siècle de la Révolution française jusque dans les années 1980, la gauche a eu une histoire mouvementée mais l’histoire n’est pas avare de dates qui ont marqué le progrès de l’humanité. Où sont alors les différences avec les dernières décennies ?

Hier, elle agissait pour le progrès social, aujourd’hui elle croit pouvoir être majoritaire dans le pays en ne proposant pas d’agir sur les causes des injustices sociales !
Malgré ses divergences internes, la gauche proposait d’améliorer le sort des travailleurs les plus défavorisés, des sans-culottes de la Première République jusqu’à la classe populaire ouvrière et employée dans la deuxième moitié du XXe siècle. Aujourd’hui, elle n’est plus pro-active, elle n’est que réactive, une partie de la gauche devient l’opposition de Sa Majesté, passant son temps à critiquer passivement le recul organisé par le patronat et la droite. Le 10 août 1792 a produit le suffrage universel, aujourd’hui la gauche ne dit plus rien avec une abstention de 60 à près de 80 % des ouvriers et des employés !

De la Révolution française jusqu’au serment de Vincennes de 1961, le principe universel de laïcité est partie intégrante du combat de gauche, aujourd’hui, le néolibéralisme soutenu par une partie de la gauche, opposition de Sa Majesté, produit la fin de l’universel humaniste et le développement du communautarisme, du financement public des cultes, du racialisme indigéniste destructeur des solidarités et de la fraternité, du clientélisme (1)Il faut lire l’ouvrage récent La France des Caïds de Gérald Panelon, aux éditions Max Milo, pour une illustration de l’emprise du « narcobanditisme des cités » dans de nombreuses villes et la mise en évidence des liens entre les élus et les trafiquants. Le combat universaliste antiraciste et anticolonial a été porté par une partie de la gauche minoritaire mais importante dès la Révolution française et par une part de plus en plus grande de la gauche au fur et à mesure de l’histoire. Aujourd’hui, la gauche ne dit plus rien des différentes formes de néo-colonialisme français, en Afrique par exemple, et ne porte aucune action sérieuse pour défendre un antiracisme radical et universaliste. Pire, une partie d’entre elles fait des compromis avec des réactionnaires communautaristes.

La gauche agissait dans le cadre de la lutte des classes pour le progrès social et politique. Aujourd’hui, elle laisse le patronat, la droite et Warren Buffet dire que « bien sûr que la lutte des classes existe puisqu’on est en train de la gagner » en se vautrant dans toutes les déviances en utilisant le mot creux de populisme de gauche qui n’a existé que dans les pays sous-développés à forte économie informelle, et encore pendant une courte période, ou carrément la collaboration de classes. Et que dire des concepts débiles d’économie sociale de marché, de revenu de base, d’effondrement (en lieu et place de la lutte écologique écosocialiste), d’isolationnisme, ou d’union de la gauche sans contenu concret, etc. !

C’est la gauche qui a créé, par la pression populaire, les systèmes de protection sociale, la sécurité sociale, les services publics, les congés payés pour tous, la journée de 8 heures, Aujourd’hui tout cela est détruit. Et quel est le dirigeant de gauche qui présente un projet désirable de sécurité sociale pour mobiliser ? Pire, toute la gauche aujourd’hui encense Lionel Jospin, le champion toutes catégories des privatisations (avec 26 milliards, il explose Villepin et Balladur – respectivement 20 et 15 milliards), celui qui a tué les mutuelles solidaires avec son code assurantiel de 2001, qui a même réussi à détruire les avancées de sa première loi sur les 35 heures par sa deuxième loi deux années plus tard ! Il n’est pas revenu sur la loi Balladur de 1993 sur les retraites ni sur celle de Juppé sur la Santé-Assurance-maladie de 1995. Il a accentué la désindustrialisation avec sa piteuse position sur Renault Vilvorde où il a théorisé l’incapacité de l’action de l’Etat, pourtant le plus gros actionnaire. Hier, la gauche avait un projet de société, aujourd’hui elle pavane avec des mots creux ou des généralités dont le contenu n’est plus actualisé (pôle public du médicament, pôle public financier, maison des retraites prônée par la CGT, sécurité sociale professionnelle, etc.).
Ainsi, on n’est pas crédible avec pour seul discours contre le projet néolibéral sur les retraites « non au système à points », comme si le système actuel de répartition était désirable ! Il aurait fallu dire « non au système actuel de répartition, et non au système à points encore pire que le système actuel ! »

La gauche ne sait pas analyser l’impasse de l’affrontement direct aux forces de répression. La violence légale est le monopole de la police. Aujourd’hui l’oligarchie capitaliste ne peut se maintenir qu’en renforçant la répression. L’affrontement direct avec les forces de l’ordre est contre-productif et fait le jeu de ladite oligarchie qui réprime en donnant des images aux médias dominants qui en profite pour cacher les revendications réelles des mouvements sociaux et la violence patronale. La gauche doit donc développer une pédagogie montrant que cet affrontement direct favorise l’oligarchie. Il faut donc lutter avec d’autres moyens. Et pour cela, la pratique d’une éducation populaire refondée dans les mouvements sociaux est indispensable. Et pour cela, il ne faut pas mépriser les mouvements sociaux du type gilets jaunes.

La visibilité médiatique ne sert à rien sans un travail d’éducation populaire dans les mouvements sociaux mobilisés. Pratiquer l’éducation populaire refondée auprès des jeunes, des ouvriers, des employés, des paysans, des salariés, des couches moyennes intermédiaires en lutte est plus pro-actif que de se contenter d’une visibilité médiatique qui s’estompe en quelques jours.  Ceux qui font l’inverse tomberont de haut car on ne change la société qu’avec une société mobilisée et non avec des consommateurs médiatiques sidérés. Les consommateurs médiatiques sont des alliés du système.
Renoncer au mythe de l’immédiateté pour pratiquer un travail éducatif et politique de moyen terme est indispensable. Contrairement aux croyances altermondialistes, le spectaculaire n’a pas l’efficacité qu’elles lui donnent.
Dit autrement, il faut produire une parcelle de monde nouveau. Comme Cédric Herrou qui a agi de façon illégale, certes, pour créer un droit positif du primat de la solidarité et de la fraternité humaniste pour tous les êtres humains donc aussi pour les migrants. Comme ceux qui occupent leurs usines pour monter une coopérative à la place de la propriété lucrative (les 1336 par exemple).
Ou encore, contrairement à ce que font la plupart des organisations naguère d’éducation populaire, il faut politiser les actions pour mener la bataille pour une nouvelle hégémonie culturelle face au système bourgeois actuel
D’ailleurs, la conception réactionnaire ordolibérale n’a pas été obtenue par la droite en passant du nazisme aux formes modernes de l’ordolibéralisme par de la simple visibilité médiatique. Qui connaît la Société du mont Pèlerin et toutes les officines qui ont permis à l’oligarchie d’être infiltrée pour produire l’ordolibéralisme dès le traité de Rome de 1957 – combattu par Mendès-France pour de bonnes raisons ? (2)Mendès-France refusait le traité de Rome en 1957, aujourd’hui toute la gauche est européiste en espérant changer l’UE de l’intérieur alors qu’il faut l’unanimité pour le faire, on croit rêver… De plus alors qu’elle industrialisait hier, aujourd’hui la gauche se satisfait de la désindustrialisation qui place la France en 7e position dans le monde en attendant pire. Et qui a fusionné ensuite avec le tournant néolibéral de 1979 de Thatcher et Reagan.

La gauche doit adopter une stratégie pro-active et constituer un nouveau bloc historique autour de la classe populaire ouvrière et employée (53 % de la population) et des couches moyennes intermédiaires (24 % de la population). Mais pour cela, il faut agir, selon leurs intérêts. Le slogan par exemple « fin de mois, fin du monde même combat » n’est qu’un slogan de la petite bourgeoisie intellectuelle n’ayant pas de problèmes de fin de mois, un scandale fini ! Car pour la majorité de la classe populaire, les fins de mois, c’est tous les mois et donc il faut commencer par cela. Il y a bien d’autres explications pour lier la bataille sociale à la bataille écologique sans prendre un slogan qui met les deux au même niveau.
Dit autrement, il faut allier des couches sociales avant de penser alliances partisanes. Si une union de la gauche se fait sans la classe populaire ouvrière et employée, elle a perdu d’avance. Même François Mitterrand avait compris ce théorème puisqu’il justifiait l’alliance avec le PCF sur cette seule base !

Par ailleurs, faire croire que le virus Sars-Cov-2 allait préparer un monde meilleur « le jour d’après », fut une illusion de courte durée des partisans de la méthode Coué au sein de la gauche. Nous savons maintenant que ce sera pire qu’avant. Croire ne remplace pas le raisonnement rationnel ! La lutte des classes a repris de plus belle, pourquoi avoir cru à sa fin, alors que le discours de l’oligarchie reste celui de la solidarité nécessaire avec les patrons et les banquiers !
De ce point de vue, il convient de débattre sur le nouveau régime de sécurité sociale et non pas apparaître soutenir une Sécu inégalitaire et pas assez solidaire. Se battre sur les nouvelles copropriétés d’usage pour réformer le droit de propriété, sur la promotion du salaire socialisé par la cotisation aux côtés de l’impôt mais sans mélanger l’un avec l’autre, sur les nationalisations nécessaires mais cette fois-ci démocratiques, sur les biens communs, sur l’écosocialisme pour contrer le syndrome de l’effondrisme et du communautarisme, etc.

La gauche se doit de construire un imaginaire positif
autour de la notion du travail

Les soignants hospitaliers, médecins et paramédicaux ont montré dans la crise sanitaire du virus Sars-Cov-2 qu’ils étaient capables de s’organiser sans la technobureaucratie, largement parasite, installée par le nouveau management néolibéral. C’est à partir de cela que l’on doit réfléchir à une nouvelle organisation. Et il en est de même dans bien d’autres organisations sociales.
Par ailleurs, c’est bien parce que le pouvoir de cette bourgeoisie parasite, cette technobureaucratie néolibérale, a montré son inconséquence, que le pouvoir est obligé d’être de plus en plus autoritaire, jusqu’à utiliser la violence policière contre des infirmières, contre des pompiers !
Mais, c’est bien autour du concept de l’auto-organisation que les discussions doivent se tourner. La technobureaucratie néolibérale joue le rôle joué par l’aristocratie dans le système féodal, toutes choses étant différentes par ailleurs.

Auto-organisation veut dire de réfléchir à une sortie du salariat en devenant travailleur associé ce qui renvoie à un nouveau statut du travailleur associé adossé à une sécurité sociale refondée et donc à une modification des rapports sociaux de production. C’est le changement des rapports sociaux de production qui détermine le passage d’un système de production à un autre. Bien évidemment, cela est aujourd’hui possible grâce aux nouvelles forces productives numériques et électroniques.

⇒ Le travailleur associé, c’est aussi un autre versant de l’acquisition de la souveraineté populaire sur son propre travail, souveraineté populaire qui donne de nouveaux droits au travailleur associé par rapport aux salariés qui sont en état de subordination par rapport au capital. Mais aussi souveraineté collective qui donne également des droits à la collectivité des travailleurs associés. Redonner la souveraineté à des travailleurs associés peut se comprendre avec l’analogie, toutes choses étant différentes par ailleurs, avec la libre disposition du corps des femmes par les femmes elles-mêmes pour lutter contre la domination patriarcale.

Répétons, que changer de système ne consiste pas seulement à la prise du pouvoir d’Etat mais aussi à la prise du pouvoir sur le travail par les nouveaux travailleurs associés. Si on s’arrête à la prise du pouvoir dans l’Etat, on obtient une nouvelle aristocratie d’Etat pilotant une technobureaucratie qui peut être soit néolibérale de plus en plus autoritaire (ce qui va advenir si la gauche ne se met pas à la hauteur des enjeux), soit soviétique (nous avons vu où cela a mené).

Dans ce cadre, le secteur des travailleurs associés deviendrait le secteur pro-actif dans le nouveau système en transition face à l’Etat et aux survivances du secteur capitaliste contrairement aux coopératives et mutuelles actuelles qui subissent la subordination directe de la formation sociale capitaliste.

 

Mais gardons-nous de vouloir proposer le paradis. Restons-en à la formule matérialiste d’Engels que l’on « ne peut pas faire bouillir les marmites de l’avenir ». Dit autrement, nous pensons que toute pensée téléologique est erronée, car c’est l’activité matérielle et ses contradictions qui font surgir la « force des choses » et ce ne sont pas les idées qui créent les futures activités matérielles. Les hommes et leurs idées ne peuvent qu’agir dans le cadre de cette « force des choses » qui arrive toujours mais pas forcément quand on le souhaite. Mais ils peuvent agir positivement que si, et seulement si, ils ont correctement analysé la période, qu’ils ont préparé les conditions de la bifurcation là et qu’une organisation collective peut prendre en charge la rupture politique. Nous avons de ce point de vue expliqué dans des conférences sur les grandes révolutions que ce qui précède est corroboré dans toutes les périodes révolutionnaires sans exceptions. Car il n’y a pas plus de fin de l’histoire, n’en déplaise à Kojève ou Fukuyama que de finalité écrite d’avance par une téléologie, fût-elle de gôche.

 

Notes de bas de page   [ + ]

1. Il faut lire l’ouvrage récent La France des Caïds de Gérald Panelon, aux éditions Max Milo, pour une illustration de l’emprise du « narcobanditisme des cités » dans de nombreuses villes et la mise en évidence des liens entre les élus et les trafiquants.
2. Mendès-France refusait le traité de Rome en 1957, aujourd’hui toute la gauche est européiste en espérant changer l’UE de l’intérieur alors qu’il faut l’unanimité pour le faire, on croit rêver… De plus alors qu’elle industrialisait hier, aujourd’hui la gauche se satisfait de la désindustrialisation qui place la France en 7e position dans le monde en attendant pire.
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org


Voir tous les articles de