Crise de l’euro et lutte de classe

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, l’introduction de l’euro lors du traité de Maastricht en 1992, réalisée volontairement entre des économies divergentes d’une part et trop inégalitaires d’autre part et sans aucun transfert budgétaire pour compenser la croissance des inégalités économiques, était la pire des choses. L’euro dans ces conditions a été un terrain de jeu pour la finance internationale, pour l’enrichissement de la bourgeoisie internationale au détriment des peuples, c’est-à-dire des couches populaires et des couches moyennes intermédiaires, appelées à chaque accentuation de la crise à éponger les dégâts causés par la bourgeoisie internationale dans la spéculation la plus débridée possible. (suite…)

Le néoliberalisme propose un avenir de chômage

Le taux de chômage dans la zone euro a atteint en avril le niveau record de 11 % de la population active.17,40 millions de personnes étaient au chômage en avril soit 110.000 de plus que le mois précédent. Et, la réalité est bien pire que ne l'indique ce chiffre. Tout simplement…

La Croissance par l’Industrie

La rédaction de Respublica a décidé de passer cet article, car il défend une idée qui nous est chère à savoir que le développement économique d’un pays développé ne peut se construire sur longue période qu’avec un développement industriel primordial. Nous regrettons néanmoins la non-prise en compte dans l’article de la différenciation entre croissance et développement qui empêche de penser la liaison entre le développement industriel et le nécessaire développement écologique et social. Nous reviendrons sur ce point ultérieurement.
NLDR
(suite…)

Syriza, la conscience de la Grèce

Après la percée de Syriza, la coalition de la gauche radicale, aux dernières élections législatives grecques (voir notre analyse sur les résultats des élections en Grèce), nous voilà repartis comme prévu pour de nouvelles élections en juin 2012. Nous avons montré dans cet autre article que la gauche de gauche (celle qui est en rupture avec les politiques néolibérales, c’est-à-dire Syriza et KKE) pouvait déjà « empocher » le bonus de 50 députés donné à celui arrivé en tête de la consultation, à la place de la droite néolibérale (ND, Nouvelle démocratie), soit un écart de 100 députés entre les deux lignes contradictoires au profit de la gauche de gauche. Mais le KKE (parti communiste néo-stalinien), qui ne veut s’allier avec personne, a permis que ce bonus aille à la droite néolibérale. Il reste donc au peuple grec à donner à Syriza les 3 % supplémentaires lui permettant d’« empocher » seule le bonus du premier parti. Ce n’est pas insurmontable. (suite…)

Poussée de la gauche de transformation sociale et de l’extrême droite en Grèce

Les élections législatives grecques ont donné les résultats suivants : Extrême droite néonazie - Aube dorée - 7 % - 21 sièges Droite néolibérale - Nouvelle démocratie - 18,9 % - 108 sièges Droite anti-austérité - Grecs indépendants - 10,6 % - 33 sièges Gauche néolibérale - PASOK - 13,2 % - 41 sièges Gauche démocratique (scission de droite de Syrisa) - 6,1 % - 19…

Le CADTM dénonce la campagne de désinformation sur la dette grecque et le plan de sauvetage des créanciers privés

Plus de 85% des créanciers privés (banques, assurances, fonds de pension…) ont accepté jeudi soir de participer à la restructuration de la dette grecque en effaçant 107 milliards d’euros. Sur le papier, ces créanciers renoncent ainsi à 53,5% de leurs créances. Mais contrairement aux apparences, le CADTM affirme que cette opération est surtout une bonne nouvelle pour les banques grecques et européennes (principalement françaises et allemandes), pas pour le peuple grec à qui on promet de nouvelles détériorations de ses conditions de vie. (suite…)

Appel aux citoyens et à leurs élus pour s’opposer au « coup d’État » du Mécanisme Européen de Stabilité !

Lien permanent de la pétition : https://www.gaucherepublicaine.org/petitions/appel-aux-citoyens-et-a-leurs-elus-pour-s-opposer-au-coup-d-etat-du-21-fevrier-2012 [emailpetition id="1"] (1) Ajout proposé à l’article 136, paragraphe 1, du TFUE : « Les États membres dont la monnaie est l’euro peuvent établir un mécanisme de stabilité pouvant, si nécessaire, être activé dans le but de préserver la stabilité de la zone euro…

L’Alliance libre européenne ou le laboratoire des régionalismes

L’Alliance libre européenne est une alliance de divers partis politiques qui ont tous pour caractéristique de représenter une certaine région ou minorité d’un des États membres de l’Union européenne. Ses projets, toutefois, vont au-delà de la simple région UE pour inclure les États des Balkans, la Turquie, les États de l’ex-URSS. (suite…)

Les socialistes espagnols sanctionnés pour leur soutien à la dictature des marchés, la gauche européenne en pleine déroute, la gauche arabe à l’heure des choix…

Ainsi va la vie ! Que la droite soutienne la dictature des marchés, le cœur de leur électorat peut le comprendre. Mais à chaque fois que les socialistes et autres sociaux libéraux (comme la majorité des partis écologistes) soutiendront cette dictature des marchés, elle sera décapitée. Le PSOE vient d’en faire l’expérience avec 4, 5 millions de citoyens qui l’ont abandonné. (suite…)

Les dominos commencent à tomber en Europe

Le 4 octobre, les Ministres des Finances français et belge ont annoncé conjointement leur décision d’intervenir pour sauver la banque Dexia, la plus grande entité financière en termes d’actifs en Belgique. Cette annonce a fait suite à des mois de rumeurs après les plus importantes pertes de l’histoire de la banque, plus de 4 milliards d’euros, entre les mois de mai et d’août 2011. C’est le deuxième sauvetage de Dexia après le sauvetage de 2008 au cours duquel la France et la Belgique avaient injecté chacun plus de 3 milliards d’euros pour racheter ses actions, ce à quoi il faut ajouter des garanties étatiques des crédits pour une valeur de 150 milliards d’euros (1)Voir, “France, Belgium Pledge Dexia Help Amid Breakup Talk. (suite…)

Notes de bas de page