Chronique d'Evariste

Venezuela, Ukraine, Russie et ailleurs : vers une intensification de la confrontation inter-impérialiste ?

lundi 3 mars 2014
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org

Vous avez vu les 20h de TF1,de France 2, lu la presse dominante, écouté les grandes radios. Vous savez donc qu’en Ukraine, les gentils démocrates pro-occidentaux ont gagné et que les méchants totalitaires corrompus qui regardent vers l’Est sont défaits. Vous savez aussi qu’au Venezuela, les gentils aspirants à la liberté, manifestent dans le calme et la dignité et que le pouvoir sanguinaire des bolivariens entrave ces promenades « bisounours ». Je vois d’ici certains lecteurs de ReSpublica faire la fine bouche en disant :– « On nous a déjà fait le coup en Libye, la situation actuelle étant aujourd’hui pire que sous Khadafi avec la charia, la régression du droit des femmes, la guerre civile des milices d’extrêmes droites, la régression des droits,le pouvoir d’achat en berne, il n’y a que les multinationales de l’énergie qui sont contentes, etc. »
– « On nous a fait le coup en Syrie où la force militaire dominante anti-Assad est aujourd’hui formé par l’extrême droite islamiste dans ses différentes composantes, largement soutenue par les alliés des néolibéraux, l’Arabie saoudite et la Turquie. »
Et ces lecteurs ont bien raison : au delà de l’idéologie universaliste, qui oppose les bons du camp occidental aux méchants anti-démocrates de l’Est, la réalité du rapport de forces géopolitique renvoie à des rivalités économiques.

Nous sommes dans une intensification de la guerre inter-impérialiste

Une contradiction fondamentale du mode de production capitaliste est, qu’il ne peut se développer que dans un cadre social spécifique, l’État-nation, mais qu’il doit en sortir, poussé par la loi de l’accumulation capitaliste, à la recherche de débouchés et d’argent frais. Le capitalisme a vocation à être impérialiste, d’où les inéluctables rapports de forces entre nations, qui ne sont que des rapports de compétitivité entre capitalismes, c’est-à-dire de capacités d’exploitation. La géopolitique gère ces rapports, selon une idéologie propre à chaque camp.
Ainsi, l’impérialisme occidental (piloté par les EU qui ont fini par enrôler, après la Grande-Bretagne via la finance, l’UE via son impuissance) tente d’endiguer la Russie et la Chine au nom de l’idéologie des droits de l’homme. Il le fait au nom de l’idéologie des droits de l’homme, mais partout où cet impérialisme passe (Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, etc.) il fait le lit des forces les plus obscurantistes et intégristes au point de faire s’allier des ennemis de toujours (Iran-Irak par exemple). Cela ne vient-il pas de la contradiction fondamentale du mode de production capitaliste ? Ce dernier ne peut se développer que dans un cadre social spécifique, l’État-nation, mais doit en sortir (pour cause de recherche de débouchés, de baisse tendancielle du taux de profit et le besoin d’argent frais) et devenir impérialiste, d’où la géopolitique pour rendre compte des rapports de forces entre nations, c’est-à-dire des rapports de compétitivité entre capitalismes, c’est-à-dire entre capacités d’exploitation.

La réalité géopolitique est que nous vivons en direct le passage de témoin entre les EU et la Chine, comme les anciens ont vécu celui entre le Royaume-Uni et les EU dans la période fin du XIXe-première-moitié du XXe. La Russie apparaît dans le jeu comme l’équivalent de l’Allemagne d’alors, à la différence que l’Allemagne était une puissance industrielle montante, tandis que la Russie d’aujourd’hui est une puissance rentière, assise sur sa richesse gazière et pétrolière.

Quelques exemples sous nos yeux

• Ainsi, en Europe, dans la guerre civile qui se passe en Bosnie-Herzégovine, la seule chose qui fait consensus est que plus personne ne veut des accords communautaristes pro-intégristes de Dayton imposés par les forces néolibérales occidentales, accords aujourd’hui pointés comme étant l’une des causes majeures de la guerre civile. La Bosnie, c’est un système de type libanais au plein cœur de l’Europe. On ne peut pas faire plus éloigné de la République sociale que ce système usine à gaz antidémocratique. C’est le produit du traitement impérialiste de dépeçage de l’ex-Yougoslavie.

•  De même, au Venezuela, nous sommes confrontés à une stratégie de la tension en vue d’un coup d’État pro-américain. Lisez cet article de Maurice Lemoine, il le montre très bien.  Mais, cette tentative de déstabilisation s’appuie sur des difficultés économiques sérieuses. Le système bolivarien basé sur la rente énergétique n’a pas réussi à empêcher la croissance de l’écart des taux de change officiel et officieux de la monnaie bolivarienne. Cet écart a progressé fortement de 2010 à aujourd’hui. Aujourd’hui le ratio est de 9 pour 1 ce qui n’est pas rien. Bien évidemment, cela participe à l’enrichissement d’une petite minorité de Vénézuéliens et une part de plus en plus importante de l’économie se développe en fonction de cet écart. Par exemple, la grande compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA doit vendre ses devises issues des recettes au taux officiel mais doit payer ses fournisseurs au taux officieux ! D’où la nécessité de subventionner cette grande entreprise. Le gouvernement souhaite donc entrer dans un processus de taux de change unique mais qui sera au début situé entre les deux anciens taux officiel et officieux. Cela demande un pilotage fin et précis par la Banque centrale, une aide monétaire aux plus défavorisés à cause de la hausse des prix qui s’en suivra.
Mais ce n’est pas suffisant. D’aucuns proposent de passer d’une économie de rente énergétique à une économie basée sur une plus forte redistribution (le Venezuela est un des pays à fiscalité faible), d’aller plus vite dans une politique industrielle plus développée, plus diversifiée, plus haute en gamme et sans doute d’avoir une politique économique et financière visant à transformer les excès de liquidités en une épargne à long terme, sans compter la nécessité d’augmenter encore la qualité de l’enseignement, notamment des filières scientifiques et techniques. Ces propositions, quoique nécessaires, sont au mieux la copie déformée de la thèse des industries industrialisantes de Gérard Destanne de Bernis qui sous-estime la logique effrénée d’un capitalisme qui n’a pas d’autre solution que d’intensifier ses politiques d’austérité et renforcer ses menées impérialistes.Il y a donc loin de la coupe aux lèvres mais le combat continue.

•  En Ukraine, la situation est d’une grande gravité. D’abord la corruption endémique est généralisée tant du côté de l’ex-président Victor Yanoukovitch déchu que de l’ancienne première ministre Youla Timochenko, libérée de prison il y a quelques jours. Dans son indice de perception de la corruption, l’ONG Transparency International classe l’Ukraine au 144e rang sur 175 ce qui était déjà le cas avant l’arrestation de l’ex-première ministre Youla Timochenko qui a été présentée par les médias néolibéraux comme la coqueluche de Maïdan.
Les populations du Sud (la Crimée) majoritairement russophones vivent pour beaucoup dans une économie marquée par la présence massive de la flotte russe. Les populations de l’Est vivent beaucoup du commerce avec la Russie d’autant que ce commerce a bondi depuis 2009, même si la balance commerciale est défavorable aux Ukrainiens. Tandis que les populations du Nord-ouest et de la région de Kiev sont tournés vers les économies de l’UE.
Les besoins financiers à court terme de l’Ukraine (sans compter les investissements nécessaires) se chiffrent à plus de 27 milliards d’euros (35 milliards de dollars) pour les deux ans qui viennent dont plus de la moitié sont exigibles en 2014. Il va sans dire que la poursuite du prêt que la Russie avait consenti à l’Ukraine (reste environ 12 milliards de dollars) devient pour le moins hypothétique. Ce n’est pas le milliard de dollars promis par les EU et les 1,5 milliards promis par l’UE qui sont de nature à couvrir les besoins immédiats. Reste le FMI, bien que sa doctrine reste la contrepartie d’une politique d’austérité en Ukraine. Notons que, officiellement, ce fut par refus de la contrepartie exigée par les Occidentaux (la politique d’austérité) que l’ancien président déchu n’avait pas signé le plan européen.
La dette de l’Ukraine n’est pas exorbitante (43 % du PIB) mais le pays est en récession avec un abaissement du PIB de plus de 2 % en 2013. Faible industrie bas de gamme et secteur agricole développé.
Notons de plus que l’Ukraine est le pays où circule via des oléoducs la grande majorité du gaz et du pétrole russe à destination de l’Europe de l’ouest mais aussi de l’Europe du sud.
Quant aux élites politiques nouvelles présentées par les médias occidentaux, en plus du nouveau pouvoir ukrainien d’Olexandre Tourtchinov et d’Arseni Iatseniouk, proche de l’ex-première ministre, notons l’ancien champion de boxe Vitali Klitschko, chef du parti ultra-libéral Udar et l’ultranationaliste nazi Oleh Tiahnybok de Svoboda.
Que du « beau monde » qui ne résoudra pas par un coup de baguette magique la crise actuelle. D’autant qu’étant « sûrs » du soutien de l’impérialisme occidental, ces hommes ont dès les premières mesures supprimé le russe comme langue officielle, une langue parlée par 60 % de la population. Et décidé dans la même lancée une discrimination contre les langues hongroise et roumaine. Le gouvernement roumain a déjà protesté. Le député Vadim Kolesnitchenko parle de discrimination linguistique. Il est facile de prouver que les habitants russophones d’Ukraine ne sont pas des immigrés, mais des autochtones. Rien de surprenant de voir les russophones d’Ukraine demander au grand frère russe une intervention. Mais même à Lviv, bastion pro-européen en Ukraine, les militants ont, par exemple, déclaré le 26 février « journée russophone » afin de montrer leur solidarité avec les habitants des régions de l’est et du sud de l’Ukraine, à majorité russophone. Le gouvernement vacille d’où la volonté de certains de rencontrer Poutine…

Il y a de la fébrilité dans l’action d’Olexandre Tourtchinov, le nouveau président favorable à l’impérialisme occidental. Quelques jours après la réaction musclée de l’impérialisme russe, il demande au Parlement de revenir sur ce vote et modifier la loi. Sans doute, l’impérialisme occidental a-t-il été surpris de la détermination du président russe qui a planifié son action de façon très professionnelle.

Et si « l’ukrainisation » était une maladie contagieuse ?

Déjà, nous connaissons le cas de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie en Géorgie et du Haut-Karabakh en Azerbaïdjan. En Moldavie, la Transnistrie, ou République moldave du Dniestr, a voté en 2006 à 97,1 % de voix en faveur du rattachement à la Russie.« Nous sommes prêts à doter la Transnistrie d’une large autonomie, sur le modèle catalan », a proposé le Premier ministre moldave Iurie Leanca. Mais le 2 février 2014, la Gagaouzie a voté d’une même voix (à 98,7 %!) en faveur du rattachement à l’Union douanière (Russie, Biélorussie, Kazakhstan) initiée par la Russie. Un caillou dans le sabot pour des autorités moldaves engagées dans un rapprochement avec l’UE.
Tout cela pour dire que la géopolitique reprend ses droits.
Au moment du déclin de l’hyperpuissance étatsunienne, de notre entrée dans un monde multipolaire et peut-être demain pourquoi pas « apolaire », tout se passe comme si les alliés impérialistes transatlantiques (États-Unis, Canada, Union européenne) avaient engagé une nouvelle politique d’endiguement (containment en anglais) contre la Russie en Europe et contre la Chine en Asie, avec des répercussions au Moyen Orient et en Afrique. Les conflits en Azerbaïdjan, en Ukraine, en Moldavie, en Géorgie, l’entrée rapide de la Bulgarie, de la Roumanie et des pays baltes dans l’Union européenne, ne sont-ils pas un sous-produit de cette nouvelle politique d’endiguement occidentale ?
La tentative du Partenariat transpacifique1 sur un projet de regroupement de 40 % du PIB mondial ne l’est-elle pas également ? Même si le TPP vient de reporter à 2015 la résolution des différends EU-Japon sur la taxation des produits agricoles importés par le Japon, idem pour l’automobile par les EU, voire des différends avec la Malaisie sur la défense par cette dernière des entreprises nationales ou encore sur la questions des brevets pharmaceutiques et des génériques pour l’accès aux médicaments pour les pays plus pauvres.
Tout ne s’explique pas par la géopolitique, mais rien ne peut s’expliquer sans elle. Il faudra sans doute à l’avenir s’intéresser plus à ces gigantesques batailles inter-impérialistes qui sont devant nous. La gauche de la gauche peut-elle devenir une gauche de gauche sans être claire sur ce sujet ? Il faut bien, à un moment, poser les questions qui fâchent…

  1. Le TPP tente de regrouper douze pays: le Japon, l’Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis et le Vietnam []
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org


Voir tous les articles de