Préparons-nous à la prochaine crise sociale !

Une prochaine crise sociale est prévisible en France. Tout simplement parce que le logiciel du capitalisme néolibéral ne permettra pas aux dirigeants du système de l’éviter. Le redémarrage de la croissance ne correspond qu’à un effet de rattrapage de la dépression due à la crise du coronavirus, crise qui n’est de plus pas terminée. Répondre positivement à cette crise sociale demanderait une bifurcation économique, politique, idéologique et sociale. Est-ce que la gauche est en mesure de l’assumer ?

Comprendre le passé, analyser le présent, ouvrir le chemin de l’émancipation

Qu’il est difficile de faire les trois choses à la fois ! Et pourtant, toutes les grandes transformations sociales et politiques ont vu des groupes d’hommes et de femmes tirer les enseignements des erreurs passées pour penser les trois à la fois ! Et toutes les périodes de confusion et tous les échecs possibles quand l’un ou l’autre est négligé. Eh bien, nous sommes dans ce cas, ne pas avoir compris que nous sommes dans une nouvelle séquence dans laquelle les stratégies d’hier ne permettent plus de franchir une nouvelle étape sur le chemin de l’émancipation. Les innovations « magiques » de la gauche n’ont aucune prise sur la majorité du peuple formée par la catégorie ouvrière et employée et par la jeunesse de moins de 35 ans...

Du frivole bourgeois à la présidentielle en passant par la géopolitique du capitalisme

La bourgeoisie ne sait plus comment dépenser son argent tant la répartition de la valeur ajoutée produite est défavorable au plus grand nombre. C’est le moment néolibéral avec sa morale et sa culture abjecte comme le montre l’emballage de l’Arc-de-Triomphe avec l’accord de la Ville de Paris propriétaire du monument.…

Lire la suite à propos de l’article Du frivole bourgeois à la présidentielle en passant par la géopolitique du capitalisme
Echelon, un réseau d'écoute mondial (cl. National Security Agency)

Refonder la Sécu pour réaliser la République sociale

Par son programme publié le 15 mars 1944, le Conseil national de la Résistance (CNR) fixait l’avenir émancipateur de la République sociale (( Voir nos livres dans la Librairie militante du média en ligne Respublica )) en lui donnant un nom : « Les jours heureux ». Les ordonnances des 4 et 19…

Lire la suite à propos de l’article Refonder la Sécu pour réaliser la République sociale
© Adobe Stock

Vivez avec nous une séquence politique singulière mais terriblement intéressante !

Pour la rédaction de ReSPUBLICA, il est important de travailler en commun avec nos lecteurs. Deux raisons à cela : - D’abord, nous souhaitons analyser avec vous l’actualité, syndicale, politique, économique qui se déploie devant nous. Car nous souffrons de voir les stratégies perdantes à l’œuvre dans les différentes gauches. Comme…

Lire la suite à propos de l’article Vivez avec nous une séquence politique singulière mais terriblement intéressante !
© Adobe-Stock

Nous vivons une séquence formidable !

Mais pourquoi inaugurer la nouvelle formule de ReSPUBLICA avec un tel pessimisme ? Et pourquoi êtes-vous nombreux à avoir répondu positivement à notre appel de financement participatif ? Parce que vous et nous partageons peu ou prou ce pessimisme de l’analyse sur le court terme mais aussi l’optimisme de notre volonté commune pour le long terme de renverser les choses, l’ordre établi, et de reprendre le chemin de l’émancipation individuelle et collective.

Après la séquence des syndics-liquidateurs, la gauche est-elle capable de refonder la France ?

Le dernier article de Philippe Hervé mis à la Une de ReSPUBLICA intitulé « ENA :  des bâtisseurs… aux syndics-liquidateurs ! »  participe de la nécessaire compréhension du réel sans laquelle aucune bifurcation émancipatrice n’est possible. Mais alors, posons-nous la question suivante : Après la séquence des syndics-liquidateurs, la gauche est-elle capable de…

Lire la suite à propos de l’article Après la séquence des syndics-liquidateurs, la gauche est-elle capable de refonder la France ?
Source : CNES, Airbus/Safran. © AFP

Pourquoi le  Concordat d’Alsace-Moselle va subsister encore …et pourquoi n’est-il pas tenu compte de l’opinion des citoyens ?

L’Alsace-Moselle connaît un anachronisme concordataire anti-républicain désormais rejeté par une majorité de personnes : le sondage IFOP commandité par le Grand Orient de France  montre qu’une majorité de concitoyens sont favorables à l’abrogation du régime dérogatoire en vigueur en Alsace-Moselle et qui concerne le Concordat : ensemble de la France, 78 % et…

Objectif République sociale !

Le capitalisme détruit nos vies, nos relations humaines. Il nous impose d’abord de vivre sous un rapport d’exploitation par autrui, Le tout agrémenté de dominations de toutes sortes, quand elles ne vont pas jusqu’à l’expropriation dans certains cas. Le capitalisme nous pousse à la concurrence guerrière de tous contre tous.…

Les Communes de Paris : l’émancipation anticipée

Réactiver la mémoire populaire On célèbre souvent les grandes lois de la IIIe République de 1880 à 1910. Rappelons-nous cependant qu’elles ont été anticipées par les Communes insurrectionnelles de Paris. D’abord celle de de 1792, puis celle de 1871. Nous remercions notre ami Francis Daspe d’une part et Maurice Dommanget…

Reconstruire la France par une République sociale

La France s’enfonce : augmentation phénoménale des injustices sociales, 7 millions de chômeurs en prenant en compte les cinq catégories de l’INSEE, 10 millions de pauvres, mépris grandissant du prolétariat employé et ouvrier y compris à gauche, les dix principes républicains et sociaux (liberté, égalité, fraternité, laïcité, démocratie, solidarité, universalité, sûreté, souveraineté…

Qui a peur du prolétariat majoritaire ?

Est-ce qu’un changement social et politique émancipateur est aujourd’hui possible sans l’action du prolétariat (ouvriers, employés, couches moyennes en voie de paupérisation) majoritaire dans le pays ? D’autant que les intérêts de la grande bourgeoisie ne peuvent se maintenir, dans la crise paroxystique du capital sans l’abaissement continu des droits et…

Déjouer les leurres de la pensée de gauche

Ce premier numéro de l'année paraît avec un retard (dû à des problèmes informatiques) que nous prions nos lecteurs d'excuser. Nous tenons par ailleurs à remercier très chaleureusement tous ceux qui nous ont bien concrètement et généreusement encouragés par un don financier fin 2020. Et à vous assurer tous, dans…

Après Conflans : l’école, la liberté collective et l’universel

Pour le mouvement révolutionnaire républicain, l’école publique, laïque et gratuite, est le lieu où se forge la communauté de discours et de pratiques qui institue l’espace public, c’est-à-dire la collectivité civique, le cadre même où doit se dérouler tout débat politique et social, faute de quoi la République n’est qu’un…

Le 7 novembre, relançons la campagne de liaison du combat laïque et du combat social Pour changer les choses, il faut fédérer le plus grand nombre 

Pourquoi relancer en ce moment une campagne en faveur de la liaison du combat laïque et du combat social ? Au cours des deux années passées, ReSPUBLICA vous a informés du lancement d’un appel dans ce sens puis des réunions qui en ont découlé. Aujourd’hui à nouveau nous relayons l’initiative…

La gauche émancipatrice, de nouveau assiégée Peut-elle renouer avec ses avancées passées ?

Le président de la République Emmanuel Macron a déclaré début septembre 2020 : « Le sacre de Reims et la Fête de la Fédération. On ne choisit jamais une part de France, on choisit la France. » Pour « nous », notre choix, c’est la Fête de la Fédération sans le sacre de Reims ! Pourquoi ? Parce que le « nous » désigne la gauche émancipatrice et s’inscrit dans une diachronie historique ; une bonne connaissance de l’histoire passée nous aide de ce fait à construire la lutte des classes pour aujourd’hui, demain et après-demain.
Eh oui, pour nous, la Fête de la Fédération et ses contradictions ouvrent la porte, par la politisation des contradictions grandissantes, à d’autres événements qui permirent à la gauche émancipatrice de produire la journée du 10 août 1792 qui ouvre le concept de révolution dans la révolution, puis l’avènement de la Première République, qui elle ouvre la voie au suffrage enfin universel et aux politiques sociales et ainsi de suite. Et quels que soient les difficultés, les reculs, et les erreurs stratégiques, et ils furent nombreux, la gauche émancipatrice est repartie de plus belle.

Charles Thevenin. « La Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, au Champ-de-Mars » (1795).

(suite…)

Rompre avec les stratégies perdantes

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience. » René Char « On ne pardonne jamais à un homme les injustices qu’on lui a fait subir. » Galilée Pourquoi la gauche a-t-elle participé au progrès social et politique pendant près de deux siècles et…