Actualités de l’Amérique latine Pérou : second tour des élections présidentielles / Mexique : élections législatives-régionales et locales / Colombie : la révolte continue

Pérou : la gauche en tête au second tour de l'élection présidentielle Après quatre jours de dépouillement, les résultats officiels n’étaient toujours pas proclamés. Le scrutin mettant aux prises Keiko Fujimori (à droite) et Pedro Castillo (à gauche) avait donné lieu à une bataille très serrée, mais alors que 99,20…

Un appel à la sédition en France : l’Amérique latine s’inquiète

Des généraux, hiérarques ou troupe de l’armée française, mais aussi gendarmes et policiers (tous en retraite dit le texte) qui appellent à la sédition : voilà de quoi surprendre l’Amérique latine. La France y est en effet considérée comme un pays dont la stabilité permet d’intervenir dans les débats du…

Read more about the article Un appel à la sédition en France : l’Amérique latine s’inquiète
Le général Jorge Videla et la junte militaire en juin 1978 en Argentine. (Photo by Gilbert UZAN/Gamma-Rapho via Getty Images)

Amérique latine : des élections sous l’œil des États-Unis, seigneurs d’un autre temps

Le 11 avril, d’importantes élections se sont déroulées sur le sous-continent : au Pérou, des élections présidentielles et législatives ; en Équateur, le second tour de l’élection présidentielle. L’élection prévue au Chili pour une assemblée constituante, en revanche, a été reportée aux 15 et 16 mai.   Pérou – Élection présidentielle Participation :…

Ingérences américaines et complicités européennes Bien des questions se posent sur ces attitudes interventionnistes et partisanes

Le récapitulatif, certes partisan et non exhaustif, des vingt dernières années sur le sous-continent, peut éclairer la photo d’une partie de l’Amérique latine d’aujourd’hui, du moins des pays dans lesquels des élections se sont déroulées ces derniers mois (voir les précédents articles : sur l'Argentine et l'Uruguay, sur la Bolivie,…

Une année d’élections sur le sous-continent latino-américain : 2019-2020 – 1e partie Préambule - Argentine et Uruguay

NDLR - Ingérences américaines et complicités européennes Ces vingt dernières années, les États-Unis ont continué à peser sur les pays d’Amérique latine, et ils sont à présent suivis par une Union européenne bien silencieuse. Mais ils ont aussi rencontré une résistance nouvelle qui n’est pas près de céder : 2002…

Actualité de la pensée de Karl Marx Sa réappropriation en Amérique latine

Entretien réalisé par Silvina Friera, pour le journal argentin « Pagina 12 » (http://www.pagina12.com.ar/diario/suplementos/espectaculos/17-35875-2015-06-22.html) et traduit de l'espagnol pour la Rédaction de ReSPUBLICA (merci à Ricardo Zugaro).   L’historien publie un ouvrage qui, après une importante étude préliminaire, intègre treize textes écrits entre 1843 et 1881 par le penseur allemand (Antología Karl…

Mieux vaut être femme en Uruguay qu’en Pologne !

Dans un pays où l'IVG était jusqu'à maintenant passible de neuf mois de prison pour la mère et jusqu'à vingt-quatre mois pour le praticien, le projet de loi dépénalisant l'avortement jusqu'à 12 semaines de gestation a été définitivement adopté par le parlement uruguayen le 17 octobre (Cuba l'avait fait en…

Interview de Rafael Correa

Entretien publié sur le site de la Revue de la régulation.

Rafael Correa remporte l’élection présidentielle en Équateur le 26 novembre 2006. Il est investi à ce poste le 15 janvier 2007. Une nouvelle Constitution destinée à « enterrer le modèle néolibéral » et à le remplacer par un nouveau modèle de développement est élaborée par une assemblée constituante. Elle est adoptée par voie référendaire le 28 septembre 2008 et permet d’accélérer les réformes. Soucieux d’asseoir leur légitimité, Rafael Correa organise une élection présidentielle anticipée qu’il remporte au premier tour avec 54 % des voix le 26 avril 2009 pour un mandat de quatre ans. (suite…)

Honduras-Bolivie-Uruguay : lignes de fracture du continent

A posteriori, on mesure à quel point le putsch organisé par l’oligarchie du Honduras le 28 juin 2009, avec le soutien implicite, puis direct des Etats-Unis, trahissait, depuis le départ, un état de nervosité croissant de cette dernière face à la montée des aspirations populaires dans la vie politique et économique du pays. (suite…)