Analyse du discours présidentiel, ses présupposés et les leçons à en tirer pour l’action

En ce début de printemps, nous pouvons décrypter le mouvement « réformateur » de la communication hollandaise dont la dernière allocution télévisée du jeudi 28 mars est un morceau d’anthologie. Première caractéristique : le néolibéralisme est la fin de l’histoire De ce point de vue, il perpétue cette absence de perspective nouvelle qui…

Aller aux causes fondamentales de la baisse du niveau des élèves

Depuis son lancement à la fin du siècle dernier, le journal Respublica a théorisé la triple attaque turbocapitaliste contre l'école : l'attaque néolibérale (souhaitée par le MEDEF et l'OCDE entre autres) contre le caractère public de l'école et contre le projet d'émancipation et de conscientisation de l'école, l'attaque communautariste contre le…

La destruction de la protection sociale solidaire continue

D’aucuns pouvaient penser qu’après la crise de 2007-2008, nos néolibéraux de droite au pouvoir en France allaient changer les fondamentaux de la politique économique. Rien n’y fit. Ensuite, depuis l’intensification de la crise de la dette, d’aucuns ont cru que les néolibéraux de gauche qui ont remplacé leurs collègues de droite allaient annuler les politiques d’austérité en changeant le logiciel de la politique. Pire, ils persistent et signent en accélérant les politiques néolibérales. (suite…)

Les « petites lâchetés » et le « grand renoncement » de Marisol Touraine et du gouvernement

Après six mois de communication intense et d'appel à la concertation, le masque tombe. On a connu déjà la légalisation des dépassements d'honoraires par un projet pire que celui de Sarkozy-Bachelot (voir un précédent article), voici l'épisode de la convention 51. Nous sommes en présence de la Convention collective nationale…

L’Institut Montaigne fixe le nouveau cap du néolibéralisme pour 2013

L’Institut Montaigne, qui ne vit que grâce aux fonds privés de l’oligarchie, propose de réaliser 60 Mds d’euros d’économies nouvelles sur la dépense publique pour l’ensemble des administrations publiques, dont près d’un tiers concerne l’assurance maladie et les personnels hospitaliers.
Dans un document d’environ 140 pages intitulé Redonner sens et efficacité à la dépense publique, l’Institut propose 15 mesures pour réduire encore la dépense publique. (suite…)

A qui profite le crime ?

Tenez-vous bien et ouvrez les yeux ! La Commission européenne vient de publier son dernier document sur les aides d’État, le Tableau de bord des aides d'État portant sur l'année 2011. Et là, nous sommes dans le grandiose. Les aides d’État non liées à la crise s'élèvent à 64, 3…

La politique de Marisol Touraine, ou comment désespérer à nouveau les couches populaires

Une majorité de Français n'en pouvait plus de l'arrogance de la droite néolibérale incarné par l'équipe Sarkozy-Fillon-Copé et autres Bachelot et consorts, de son mépris des intérêts du peuple. Ils ont joué l'alternance. Le premier tour de l'élection présidentielle de 2012 voit, par rapport à 2007, une poussée de la…

Comme prévu, le chômage poursuit sa hausse frénétique en octobre

Après les 47.000 chômeurs nouveaux de catégorie A (aucune activité) en septembre, voilà les 46.500 nouveaux chômeurs de catégorie A pour octobre 2012 (230.000 depuis l'accession de François Hollande à la présidence de la République et 18ème mois d'augmentation incessante du chômage). Si on y ajoute les chômeurs en activité…

Après le choc démographique et le choc de compétitivité, à quand le prochain choc ordolibéral ?

Le système ordolibéral (variante européenne du néolibéralisme) est en crise profonde. Chaque rustine mise en place (voir les dernières mesures telles l’accord sur les dépassements d’honoraires ou la politique du « choc de compétitivité ») renforce la crise elle-même en précipitant notre pays vers la récession et l’austérité sans fin. Seule l’oligarchie voit ses intérêts défendus par ces politiques anti-sociales et austéritaires. (suite…)

Dépassements d’honoraires médicaux : Sarkozy en a rêvé, le gouvernement Hollande-Ayrault-Touraine veut le faire !

La crise de 2007 a marqué la fin de la fuite en avant financière devant l’incapacité du capitalisme développé à créer de la richesse réelle. On arrive maintenant à l’os : seule une baisse drastique des salaires peut encore permettre de continuer. Là où le salaire socialisé est important, comme en France, les coupes commencent dans cette composante, c’est moins directement visible et politiquement plus gérable. Les services publics sont de plus en plus ouvertement la cible des gérants du capital, qu’ils soient de droite ou de gauche. (suite…)

Santé et protection sociale : quoi de nouveau durant l’été ?

Là où le gouvernement Sarkozy-Fillon faisait beaucoup de communication autour de beaucoup de mesures régressives, la stratégie médiatique du gouvernement Hollande-Ayrault est de faire beaucoup de communication pour ne pas dire grand-chose. Pourtant les urgences sont là. Et elles n’attendront pas très longtemps, car les échéances sont là : examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale le 10 octobre notamment. Comme ReSPUBLICA s’intéresse plus aux politiques gouvernementales qu’aux kilomètres de dépêches de Marisol Touraine, notre ministre, nous ne commenterons pas ses nombreuses déclarations qui ne sont que des déclarations d’attente. Sortons de la gangue du bla-bla avec une bonne nouvelle, si elle est maintenue : la réforme de la perte d’autonomie se ferait sans le recours aux  assurances privées souhaité par l’ancien trio infernal Sarkozy-Fillon-Bachelot. (suite…)

Crise de l’euro et lutte de classe

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, l’introduction de l’euro lors du traité de Maastricht en 1992, réalisée volontairement entre des économies divergentes d’une part et trop inégalitaires d’autre part et sans aucun transfert budgétaire pour compenser la croissance des inégalités économiques, était la pire des choses. L’euro dans ces conditions a été un terrain de jeu pour la finance internationale, pour l’enrichissement de la bourgeoisie internationale au détriment des peuples, c’est-à-dire des couches populaires et des couches moyennes intermédiaires, appelées à chaque accentuation de la crise à éponger les dégâts causés par la bourgeoisie internationale dans la spéculation la plus débridée possible. (suite…)